Navigation – Plan du site
Recensions

Benoît Grévin, Le parchemin des cieux. Essai sur le Moyen Âge du langage

Paris, Le Seuil, 2012
Isabel Iribarren
p. 363-365
Référence(s) :

Benoît Grévin, Le parchemin des cieux. Essai sur le Moyen Âge du langage, Paris, Le Seuil, 2012, 407 p.

Texte intégral

1Depuis la parution de la thèse de Benoît Grévin sur l’histoire du langage politique au Moyen Âge (Rhétorique du pouvoir médiéval. Les Lettres de Pierre de la Vigne et la formation du langage politique européen (XIIIe-XVe siècle), École française de Rome, 2008), ses travaux sur les cultures linguistiques et rhétoriques médiévales ne cessent de nous éblouir par sa vaste érudition et l’originalité de sa réflexion. Cet ouvrage en est encore un bel exemple. Le « parchemin des cieux » du titre fait référence au langage paradigmatique de communication angélique imaginé par Gilles de Rome, théologien du XIIIe siècle et précepteur de Philippe le Bel : à part le langage dont se servent les anges pour se communiquer entre eux et celui qui leur permet de s’adresser aux humains, il existe un langage écrit qui utilise le ciel comme parchemin. L’image d’une communication incorporelle et divine est évoquée par l’auteur pour représenter le rapport que l’homme médiéval entretenait avec le langage. La métaphore classique de la tour de Babel a guidé jusqu’à présent la vaste majorité des études sur le langage au Moyen Âge, privilégiant ainsi la question de l’origine divine de la pluralité linguistique. L’image du parchemin des cieux entend focaliser l’enquête plutôt sur la question du degré de perfection de la langue en fonction d’une hiérarchie linguistique qui répondait à celle, cosmique, des anges. À cet égard, l’un des mérites de cette enquête tient à l’adoption d’un schéma ternaire émancipé des contraintes de la répartition binaire entre langues « hautes » et « basses », qui voilent les possibilités d’interaction entre les cultures linguistiques médiévales. Cette grille d’analyse plus souple qualifie de « référentiel » le langage du Livre, paradigmatique et sacré ; de langage « courtois », le résultat de la promotion sociale du vulgaire dû à sa scripturalisation ; enfin, de « langue locale », le vulgaire dialectisé, non écrit.

2Un second aspect signalant la grande originalité de cet ouvrage concerne l’étendue de l’enquête. Dans une perspective comparatiste gouvernée par un jeu d’échelles, l’auteur entend relever les similitudes derrière la multiplicité des cultures linguistiques qui foisonnent dans la Chrétienté latine et dans l’espace islamique du VIe au XVe siècle. Ici encore, on nous invite à nous dégager de schémas évolutifs trop linéaires, responsables de certaines idées reçues sur le devenir de l’une et l’autre civilisation, notamment le cliché d’un immobilisme des cultures linguistiques islamiques, face à « l’irrésistible ascension du vulgaire » en Occident chrétien. Le jeu de renvois entre les deux pôles 400 pages durant suffiront pour se persuader de la complexe cohabitation, dans l’une comme dans l’autre aire géographique, des langues référentielles (latin et arabe) avec la multiplicité des dialectes (l’occitan ou le français, le persan ou le turc). En se concentrant non pas sur leur évolution, mais sur la pratique et la représentation des langues dans leur conditionnement social, l’auteur dégage, au-delà de leurs différences, certaines constantes dans les cultures linguistiques latines et musulmanes : le culte de Livres sacrés et la révérence pour l’écrit, le prestige de certaines formes linguistiques maîtrisées par une élite à l’exclusion de la majorité de la population, l’absence d’une idéologie d’uniformisation linguistique, la perception magique des pouvoirs du langage.

3L’ouvrage est articulé en cinq parties : la première, « Paysages sonores », décrit l’évolution et la répartition des fonctions linguistiques selon des facteurs extra-linguistiques. Les pratiques se déclinent alors selon l’aire géographique (romanes, germaniques, slaves), le moyen de transmission (oral ou écrit), le contexte social (guerrier, marchand), le statut culturel (populaire ou savante) ou la nature du discours (scientifique, littéraire, politique, religieux). Une deuxième partie, « Les géomètres de Babel », aborde la perception des langues. La hiérarchisation de la multiplicité babélique des langues s’organise non pas selon la verticalité d’une tour, mais en cercles concentriques, où les langues référentielles contiennent l’ascension des formes linguistiques (courtoise ou populaire) qui en dépendent. La troisième partie, « Les disciplines de la parole », s’attaque à la question de l’enseignement des langues, c’est-à-dire les modes d’acquisition des habitus et savoirs linguistiques. L’association des langues référentielles à la transmission de la doctrine et aux milieux politiques et juridiques assurait le statut élitaire des maîtres qui en assuraient l’enseignement. Qu’il s’agisse du texte sacré, des corpus poétiques ou des modèles prosaïques, le savoir linguistique est inégalement réparti dans l’ensemble du corps social, où les savants s’opposent à la majorité des illiterati. L’auteur fait ici une lecture linguistique fort originale des codes sociaux : l’identification du noble au poète, du secrétaire au prince, du scolaste au clerc, se base sur l’assimilation des hiérarchies du pouvoir aux hiérarchies linguistiques. Une quatrième partie, « Les prismes de la création », décrit l’utilisation des différents cadres linguistiques comme instruments de création textuelle. Le prisme comprend de nombreuses composantes : la production poétique, la rhétorique politique, la composition des lettres, les registres scolastiques et scientifiques, les traductions. Enfin, une cinquième partie, « Le grand large et le pentacle », examine les tentatives faites par ces sociétés pour explorer d’autres univers linguistiques, que ce soit par le contact avec le monde mongol ou, plus modeste, par les mouvements de traduction scientifique. Malgré la mobilisation inévitable des concepts linguistiques et de vocables arabes, on est reconnaissant à l’auteur d’avoir minimisé la terminologie technique et de nous avoir choyés avec un très utile glossaire à la fin de son étude.

4L’ambitieux projet de B. Grévin pourrait se résumer en ses propres termes comme « une recherche idéale » permettant de relever comment « les paysages sonores du macrocosme linguistique se reflètent dans autant de microcosmes textuels… La superposition des deux ensembles reconstituant le Moyen Âge du langage » (p. 314). Quoiqu’il en soit des réserves qu’on puisse émettre à propos de son approche comparatiste (le risque est toujours présent de forcer le trait sur les configurations structurellement équivalentes des deux civilisations), on sait gré à l’auteur de nous avoir montré, par un travail de recherche solide et extrêmement riche, la grande diversité des cultures linguistiques au Moyen Âge dans leur conditionnement social.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabel Iribarren, « Benoît Grévin, Le parchemin des cieux. Essai sur le Moyen Âge du langage », Revue des sciences religieuses, 87/3 | 2013, 363-365.

Référence électronique

Isabel Iribarren, « Benoît Grévin, Le parchemin des cieux. Essai sur le Moyen Âge du langage », Revue des sciences religieuses [En ligne], 87/3 | 2013, mis en ligne le 17 mars 2016, consulté le 25 avril 2017. URL : http://rsr.revues.org/2976

Haut de page

Auteur

Isabel Iribarren

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page