Navigation – Plan du site
Recensions

Nicolas Weill-Parot, Points aveugles de la nature : l’occulte, l’attraction magnétique et l’horreur du vide (XIIIe-milieu du XVe siècle)

Paris, Les Belles Lettres, 2013
Isabel Iribarren
p. 361-363
Référence(s) :

Nicolas Weill-Parot, Points aveugles de la nature : l’occulte, l’attraction magnétique et l’horreur du vide (XIIIe-milieu du XVe siècle), Paris, Les Belles Lettres, 2013, 656 p.

Texte intégral

1Alors que le merveilleux, la magie et les pratiques superstitieuses ont souvent fait l’objet d’étude dans le domaine de l’histoire doctrinale et culturelle médiévale, les tentatives d’explication rationnelle des phénomènes naturels occultes au Moyen Âge n’ont été considérées que de manière tangentielle. Dans une perspective d’histoire des sciences qui n’est pas sans revendiquer l’ascendant de Danielle Jacquart, cet ouvrage vient combler cette lacune dans l’historiographie. Weill-Parot, auteur également du livre primé « Images astrologiques » au Moyen Age et à la Renaissance (Honoré Champion, 2002), vise ici à cerner les mécanismes et les implications du raisonnement scientifique de la scolastique médiévale à partir de l’étude comparée de l’évolution de trois questions qui furent autant de défis pour elle : l’occulte naturel, c’est-à-dire les propriétés occultes par lesquelles on expliquait des phénomènes inexplicables dont on ne pouvait rendre compte par l’agencement des qualités premières (chaud, froid, sec et humide) ; l’attraction magnétique qui semblait contrarier l’axiome aristotélicien selon lequel, dans tout mouvement, ce qui meut et ce qui est mû sont en contact ; et l’« horreur du vide » qui faisait que la nature était amenée à contredire ses processus ordinaires pour éviter toute formation de vide dans un monde qu’Aristote avait voulu plein. Le livre est structuré en quatre chapitres, consacrés chacun à une des questions, puis un quatrième sur le lien historique et épistémologique entre les trois questions. Au sein du corpus étudié, l’ouvrage privilégie les commentaires scolastiques à la Physique aristotélicienne entre 1250 et 1320 (dont beaucoup de sources manuscrites), considéré par l’auteur comme « âge classique » de l’occulte naturel.

2Le choix de questions répond au fait qu’elles forment un ensemble cohérent et articulé qui sert de clef d’accès au problème de l’explication rationnelle médiévale du monde naturel. C’est donc le concept de nature tel que l’envisage la science médiévale qui est en jeu. Comme l’auteur le montre avec compétence, la tentative d’explication de ces « points aveugles » donna lieu à des découvertes importantes sur l’origine de notions comme la « nature universelle », pour expliquer l’horreur du vide (« vertu régitive » de l’univers qui transcende et prime sur les natures particulières et qui les pousse contre leur nature afin d’éviter le vide), ou la « forme spécifique », pour expliquer la propriété attractive de l’aimant, qui ne correspond pas aux éléments primaires mais qui les dépasse – explications qui versent toutes dans une forme de tautologie que l’auteur cherche à déjouer, pivot et force de son argument. C’est ce qu’il appelle la « dé-tautologisation » de l’explication du phénomène occulte. L’explication de l’horreur du vide par une nature qui chasse le vide n’est pas tautologique pour trois raisons : parce qu’elle affirme que le rejet du vide est une opération naturelle ; parce qu’elle est interprétée de façons diverses dans l’histoire (tantôt comme vertu céleste, tantôt comme principe interne aux corps) ; enfin, parce qu’elle constitue un dépassement rationnel de ce qui n’est pas connu. Du point de vue épistémologique, ces concepts clés répondent à un même projet scientifique « d’évincer par la raison tout inexpliqué », projet enraciné, selon l’auteur, dans la conviction que les savants sont d’ores et déjà dépositaires de la totalité du savoir scientifique grâce à l’aristotélisme scolastique. Ainsi, conclut l’auteur, alors que le « savant moderne recherche, le savant médiéval explicite » (p. 417). Cette tendance d’exhaustion de la nature par une raison déjà pleinement armée par les principes du péripatétisme est expliquée par la structure formelle de la quaestio dont la dialectique exigeante épuise les possibles du sujet. La structure de l’explication scolastique s’accorde donc avec l’ordre du monde qu’elle défend où rien n’est fait en vain. Selon cette lecture, la condamnation de 1277 est venue opportunément dénoncer la confusion typiquement artienne entre l’explication rationnelle et la nature que les maîtres se sentaient maîtriser.

3À cet égard, alors que l’analyse même des questions choisies est très précise et compétente, l’auteur semble tomber dans un piège « époqual » selon lequel il y aurait un idéal-type de maître scolastique distinct de l’idéaltype de scientifique moderne. Ce dernier, contrairement à l’assujettissement formel aux autorités et aux mécanismes dialectiques du premier, se serait libéré de telles contraintes pour ouvrir la voie à la découverte scientifique. Or, cette explication me paraît aller à l’encontre des recherches mêmes de l’auteur, qui s’évertue 400 pages durant à nous rappeler à quel point les phénomènes dont il est question étaient ancrés dans l’expérience et accordaient une place à l’expérimentation, comme en témoigne la démarche de Roger Bacon, auteur que Weill-Parot privilégie.

4En revanche, les mérites de l’ouvrage sont nombreux et importants. Tout d’abord, par son originalité. L’auteur comble ici un vide dans l’historiographie : la signification épistémologique de ces explications scientifiques n’ont fait l’objet d’aucune étude systématique jusqu’à ce jour. Il fournit une vue exhaustive du sujet par moyen d’analyses très précises et pointues, et par le traitement systématique des sources dans une chronologie assez large. On nous offre une vision d’ensemble du problème de l’occulte naturel au Moyen Âge, avec des prolongements jusque dans la Renaissance et la seconde scolastique espagnole. Le choix d’auteurs est considérable : des théologiens comme Albert le Grand, Thomas d’Aquin, Robert Grosseteste, Roger Bacon, Jean Buridan, Walter Burley (dont la contribution majeure sur la « nature universelle » est éditée en annexe) ont une place importante, mais aussi des médecins comme Arnaud de Villeneuve et Pierre d’Abano, et une myriade d’auteurs « mineurs » et d’anonymes. L’étude entrecroise divers domaines scientifiques, dont la physique, la médecine, la cosmologie, l’optique, tout en étant sensible aux enjeux métaphysiques (relation entre « forme spécifique » et forme substantielle) et théologiques (affirmation de la transcendance divine contre le matérialisme, ou les mises en cause de la toute-puissance divine dans les tentatives d’explications totalisantes).

5Weill-Parot fait ici preuve d’une véritable virtuosité dans son analyse des questions hautement techniques et dans l’impressionnante étendue disciplinaire et chronologique qu’il couvre. Si le contenu est parfois un peu aride et exigeant, l’écriture est suffisamment aisée pour attirer le lecteur initié.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabel Iribarren, « Nicolas Weill-Parot, Points aveugles de la nature : l’occulte, l’attraction magnétique et l’horreur du vide (XIIIe-milieu du XVe siècle) », Revue des sciences religieuses, 87/3 | 2013, 361-363.

Référence électronique

Isabel Iribarren, « Nicolas Weill-Parot, Points aveugles de la nature : l’occulte, l’attraction magnétique et l’horreur du vide (XIIIe-milieu du XVe siècle) », Revue des sciences religieuses [En ligne], 87/3 | 2013, mis en ligne le 17 mars 2016, consulté le 28 juin 2017. URL : http://rsr.revues.org/2974

Haut de page

Auteur

Isabel Iribarren

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page