Navigation – Plan du site
Recensions

Pierre de Jean Olivi, Traité des contrats

Édition, traduction, présentation et commentaires par Sylvain Piron, Paris, Les Belles Lettres, 2012
Isabel Iribarren
p. 360-361
Référence(s) :

Pierre de Jean Olivi, Traité des contrats, édition, traduction, présentation et commentaires par Sylvain PIRON, Paris, Les Belles Lettres, 2012, 438 p.

Texte intégral

1Pierre de Jean Olivi, leader des Franciscains « spirituels » de la fin du XIIIe siècle, est l’une des figures les plus controversées de l’histoire doctrinale du Moyen Âge. Sa conception du vœu de pauvreté et de perfection religieuse, étayée par lecture eschatologique de l’histoire de l’Église, lui valurent de graves ennuis auprès des autorités religieuses. En 1283, ses œuvres furent censurées par des responsables de l’Ordre franciscain, censure qui mit fin à sa carrière universitaire. Incapable de se faire entendre par la commission de censure, Olivi quittera Paris pour le Sud de la France, où il continuera à enseigner dans des écoles franciscaines à Montpellier et à Narbonne. La fortune posthume d’Olivi est contrastée : très influent dans le milieu des Franciscains spirituels et des béguines au XIVe siècle, il sera la cible du pape avignonnais Jean XXII, qui condamnera sa vision ecclésiologique comme allant à l’encontre des intérêts politiques de la papauté. Fort négligées par l’historiographie traditionnelle, les études oliviennes ont été rachetées de l’oubli par l’historien américain David Burr dans les années 1970. Outre son célèbre étude biographique The Persecution of Peter Olivi de 1976 (traduit en français en 1997 sous le titre L’histoire de Pierre Olivi, franciscain persécuté, Le Cerf), il est l’auteur d’une quantité considérable d’articles consacrés à la vie et la doctrine d’Olivi. Dans le sillage de Burr, les historiens Alain Boureau et Sylvain Piron ont introduit avec vigueur les études oliviennes en France, notamment avec l’ouvrage collectif Pierre de Jean Olivi (1248-1298). Pensée scolastique, dissidence spirituelle et société (Paris, J. Vrin, 1999). Olivi fait dès lors partie du récit de l’histoire de la doctrine médiévale comme un de ses auteurs les plus originaux et influents.

2Auteur également d’une soixantaine d’articles consacrés à la pensée d’Olivi et à son milieu intellectuel et culturel, S. Piron compte aujourd’hui parmi les grands spécialistes des dissidences franciscaines au Moyen Âge. À cette occasion, il nous présente une édition critique, accompagnée d’une traduction française, du Traité des contrats rédigé par Olivi à la toute fin du XIVe siècle, durant son dernier séjour narbonnais. Cette nouvelle édition entend reprendre et corriger à l’aide de manuscrits supplémentaires, des éditions imparfaites ou incomplètes entamées dans les années 1970. L’originalité ainsi que l’importance du Traité sont de taille : il s’agit de la contribution la plus marquante de la scolastique médiévale à la réflexion morale sur les pratiques économiques (notamment le concept de « capital » qu’Olivi élabore dans son sens le plus moderne) par le leader de la faction de l’Ordre franciscain connue par sa conception radicale de pauvreté apostolique. Les trois volets de la présentation liminaire de S. Piron mettent en relief la portée du texte. Un avant-propos situe l’ouvrage dans la perspective d’une histoire de la pensée économique. Une présentation historique des contextes intellectuels et sociaux du Traité entend mettre en lumière la structure du texte (sa datation, son intitulé, son organisation) et les milieux savants dans lesquels il s’inscrit. Œuvre de théologien, le Traité d’Olivi se nourrit également de la tradition aristotélicienne de l’Éthique à Nicomaque, du droit canon et du droit romain, réussissant à opérer une synthèse de ces trois perspectives, théologique, juridique et philosophique. Cette synthèse est fondée sur une perspective ecclésiologique originale qui entend concilier perfection évangélique et justice civile. La visée pastorale du texte – témoignée entre autres par l’usage qu’en fit Bernardin de Sienne dans ses sermons et que S. Piron considère à la suite de l’édition – destiné à encadrer les frères mineurs lors de la confession des marchands languedociens, fait ressortir également la cohérence derrière le paradoxe qui veut que l’assouplissement théorique de la doctrine traditionnelle de l’Église dans le domaine économique vienne des champions de la pauvreté apostolique. S’établit ainsi entre les religieux et la nouvelle bourgeoisie un échange équilibré des services : les mendiants répondent aux exigences spirituelles des bourgeois et ceux-ci leur accordent des dons d’argents. Enfin, un troisième volet, de rigueur, comporte la partie plus strictement philologique des principes d’édition et des témoins manuscrits utilisés. En complément à l’édition et à sa traduction (celle-ci est fidèle, sensible aux nuances de vocabulaire, et rendue dans un français agréable à la lecture), S. Piron nous offre la traduction des différents écrits d’Olivi portant sur les mêmes sujets et parfois cités dans le corps du Traité, ce qui permet de le mettre en relation avec des formes de réflexion plus typiquement scolastiques. Dans sa présentation de l’ouvrage, S. Piron combine de façon très heureuse une connaissance des notions économiques de base qui lui permettent de décortiquer les termes techniques de ce texte, avec les compétences d’un historien médiéviste sensible aux mœurs scolastiques.

3Par sa grande qualité littéraire et scientifique et par l’originalité du projet (première édition véritablement critique du Traité d’Olivi, et première incursion dans un domaine jusqu’à présent fort marginalisé d’une « pensée économique scolastique »), cet ouvrage réjouira tout lecteur intéressé par l’histoire intellectuelle et par les pratiques économiques médiévales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabel Iribarren, « Pierre de Jean Olivi, Traité des contrats », Revue des sciences religieuses, 87/3 | 2013, 360-361.

Référence électronique

Isabel Iribarren, « Pierre de Jean Olivi, Traité des contrats », Revue des sciences religieuses [En ligne], 87/3 | 2013, mis en ligne le 17 mars 2016, consulté le 25 avril 2017. URL : http://rsr.revues.org/2972

Haut de page

Auteur

Isabel Iribarren

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page