Navigation – Plan du site
Recensions

Anne Marie Velu, La Visitation dans l’art

Orient et Occident Ve-XVIe siècle, Paris, Cerf, coll. « Cerf Histoire », 2012
Ataa Denkha
p. 359
Référence(s) :

Anne Marie Velu, La Visitation dans l’art. Orient et Occident Ve-XVIe siècle, Paris, Cerf, coll. « Cerf Histoire », 2012, 217 p.

Texte intégral

1Anne Marie Velu, théologienne et spécialiste de l’icône byzantine, montre dans ce livre comment les artistes d’Occident et d’Orient du Ve au XVIe siècle traduisent par leur art la visite de Marie à Élisabeth, sa cousine qui attend un enfant. Cette scène est présentée sur toutes sortes de supports : peintures murales, sculptures, enluminures, retables, icônes, mosaïques, vitraux… produits en Orient et en Occident. Cette recherche d’Anne Marie Velu est d’une ampleur sans précédent, comme le confirme François Boespflug dans sa préface « vérification faite ».

2L’auteure commente les reproductions d’une façon détaillée et montre comment des artistes ont su avec leur talent exprimer la façon dont Dieu intervient et parle au cœur de l’aventure humaine. Au premier chapitre, elle se réfère au récit qu’en a fait Luc et les autres évangiles canoniques mais également au Protévangile de Jacques, un apocryphe. Elle évoque la visite que fait Marie, quelques jours après l’Annonciation, à sa cousine Élisabeth. Les deux femmes partagent cette condition, d’avoir été élues par Dieu lui-même pour porter, l’une un prophète, et l’autre le Fils de Dieu. L’accent est mis sur la joie d’autant plus forte qu’Élisabeth a pressenti l’état de Marie par une agitation intérieure. Ce moment décisif de tressaillement et des mouvements des deux enfants à genoux est souvent représenté dans les nombreuses images figurant le ventre de leurs mères respectives. Dans une société médiévale que Jacques Le Goff définissait comme une civilisation du geste, la représentation de la Visitation est particulièrement parlante. Elle est d’abord la représentation d’un geste, l’embrassade, assortie d’une caresse de Marie sur la joue d’Élisabeth dans certains cas et dans presque tous, le geste d’Élisabeth qui touche le ventre de Marie. Cette façon d’être de Dieu rend la joie entre ces deux femmes encore plus lumineuse, plus intense. Des artistes l’ont exprimée avec leur génie. Ils l’ont fait de mille manières, l’Occident insistant plus sur l’humanité du Christ et l’Orient étant plus contemplatif et plus sensible à la divinité de Jésus-Christ. D’autant plus que, comme le montre ce livre, la culture de l’image n’est pas l’apanage de notre époque. Dans ce très beau livre l’auteure offre un dossier d’images de cette simple scène de joie incommensurable et nous fait entrer dans cette rencontre intime de Dieu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ataa Denkha, « Anne Marie Velu, La Visitation dans l’art », Revue des sciences religieuses, 87/3 | 2013, 359.

Référence électronique

Ataa Denkha, « Anne Marie Velu, La Visitation dans l’art », Revue des sciences religieuses [En ligne], 87/3 | 2013, mis en ligne le 17 mars 2016, consulté le 24 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/2970

Haut de page

Auteur

Ataa Denkha

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page