Navigation – Plan du site
Recensions

François Bovon, Dans l’atelier de l’exégète

Du canon aux apocryphes Genève, Éditions Labor et Fides, coll. « Christianismes antiques »
Michèle Morgen
p. 357-359
Référence(s) :

François Bovon, Dans l’atelier de l’exégète. Du canon aux apocryphes, Genève, Éditions Labor et Fides, coll. « Christianismes antiques », 2012, 408 p.

Texte intégral

1François Bovon présente un recueil d’articles déjà tous publiés (voir la liste donnée p. 357-358) dans un volume de la collection « Christianismes Antiques ». D’emblée on doit signaler un problème concernant la classification des articles. Le lecteur peine en effet à s’y retrouver entre les deux « foyers d’ellipse » distingués par l’A. dans la préface et les quatre parties répertoriées dans la table des matières. On ne voit pas bien ce qui a présidé à la répartition des articles, notamment pour la séparation de la troisième et de la quatrième partie sur les apocryphes (table des matières) alors que la préface les rassemble. De plus, après le « chapitre premier » clairement indiqué p. 13, il n’y a plus de « chapitres », sinon dans la table des matières. Enfin, il faut aussi décaler le chapitre 3 qui ne vient qu’en neuvième position dans la préface de Bovon. Ces défauts dans l’organisation du livre ne perturbent toutefois pas la lecture des différents exposés.

2Le recueil contient différentes approches et analyses de textes où diverses œuvres du corpus canonique néotestamentaire se trouvent en « compagnonnage » (voir le titre donné p. 179) de la littérature apocryphe des premiers siècles de notre ère. Comme les articles n’ont pas été retouchés, certains peuvent renvoyer à des perspectives anciennes, voire dépassées. Néanmoins au fil de la lecture, d’un article à l’autre, de nombreuses suggestions restent encore à l’état d’ébauches et stimulent la lecture. Enfin ceux qui le connaissent ne seront pas étonnés de lire sous la plume de Bovon l’intérêt pour l’édition critique et la traduction.

3Une première partie de l’ouvrage porte sur les Premières élaborations chrétiennes. Trois études sont rangées dans cette section. La première (2010) s’intéresse à la manière dont l’articulation entre l’exaltation et l’incarnation a marqué les premières christologies. Dans les deux études suivantes, Bovon met le lecteur en contact avec des processus d’écriture souvent négligés et qui devraient au contraire être soigneusement analysés tant ils sont nécessaires à l’interprétation des textes anciens, à savoir le recours aux noms et aux nombres et l’importance des songes dans l’expression des messages divins. Il est intéressant de noter déjà dans cette première section la palette assez large et la richesse de la documentation fournie, en particulier dans des notes solides et abondantes.

4La deuxième partie du livre (selon la table des matières) intitulée « De Paul l’apôtre à Jean le visionnaire » regroupe des études sur divers corpus néotestamentaires : Luc-Actes, Paul, le quatrième évangile et l’Apocalypse. Ce petit ensemble se termine par un exposé sur « Paul comme document et Paul comme monument » par lequel Bovon offre une étude intéressante sur l’histoire de la réception et de la théologie paulinienne, – surtout d’un point de vue protestant. Dans les travaux sur Luc-Actes les lecteurs reconnaîtront le travail du spécialiste et l’avancée de certaines questions par F. Bovon lui-même. Pour les autres articles on aurait peut-être souhaité, sinon une mise à jour, du moins des références plus ciblées dans les positions critiques.

5Selon la présentation de Bovon, l’article classé en dixième position ouvre le « second foyer de l’ellipse ». Il convient donc de suivre le classement indiqué par la préface et de mettre dans un seul ensemble les articles suivants. Ils concernent en effet tous le champ de prédilection de l’A., à savoir la littérature apocryphe et gnostique ainsi que l’histoire de la réception. Comme dans les exposés précédents on relève un double élargissement, à la patristique et à la littérature profane d’une part, aux interrogations à partir de questions actuelles (par exemple sur la violence) d’autre part. Dans son étude intitulée « Évangiles synoptiques et Actes apocryphes des apôtres » (1991) Bovon conclut sur l’attitude souhaitée de la part des exégètes ; il invite à « prendre au sérieux [la] dimension historique » et à « une attitude qui respectera non seulement l’incarnation du Fils, mais aussi l’incarnation des documents qui en portent témoignage » (p. 199).

6Enfin pour terminer le recueil Bovon met à part (voir p. 8) les deux articles écrits en collaboration avec Bertrand Bouvier. Ils présentent des fragments inédits (« Prière et apocalypse de Paul » et « Un fragment grec inédit des Actes de Pierre »). Le florilège d’études s’achève ainsi par une ouverture à d’autres investigations.

7En définitive les 21 études qui s’étalent entre 1987 et 2010, à raison d’une étude presque chaque année, montrent toutes le souci prioritaire qu’a eu constamment François Bovon de situer les recherches sur le christianisme ancien en lien avec une vaste littérature philosophique et religieuse, qui dépasse le simple corpus canonique, et qui, de ce fait enrichit son interprétation. Par ailleurs, si le présent volume souligne la spécificité de l’A. dans le champ de recherche lucanien, il prouve encore à qui ne le saurait pas ou peu, l’importance et la pertinence de ses travaux sur les écrits apocryphes. Enfin ce volume retrace un pan de l’histoire de l’exégèse à travers le parcours personnel d’un chercheur ; dans son atelier Bovon possède des dossiers bien ficelés qu’il met à la disposition de tous mais qui restent encore ouverts et en chantier, parfois encore marqués par des émois exégétiques qui ont laissé des traces. Un index des auteurs modernes et une mise à jour de la bibliographie en langue française auraient augmenté encore l’intérêt du recueil et mieux mis en valeur pour le lecteur actuel le chemin parcouru par l’auteur. Les divers articles rassemblés dans ce recueil témoignent en tous les cas d’une exégèse toujours en mouvement et d’un exégète ouvert, spécialisé dans de nombreux domaines de la recherche sur l’histoire des textes, théologien convaincu aussi, sachant articuler les questions d’aujourd’hui sur celles d’hier. Le lecteur trouvera plus d’un intérêt à visiter cette partie d’un atelier exégétique et à y revenir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michèle Morgen, « François Bovon, Dans l’atelier de l’exégète », Revue des sciences religieuses, 87/3 | 2013, 357-359.

Référence électronique

Michèle Morgen, « François Bovon, Dans l’atelier de l’exégète », Revue des sciences religieuses [En ligne], 87/3 | 2013, mis en ligne le 17 mars 2016, consulté le 30 mai 2017. URL : http://rsr.revues.org/2968

Haut de page

Auteur

Michèle Morgen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page