Navigation – Plan du site
84.401

Dieu seul1

Yannick Courtel
p. 439-441

Texte intégral

  • 1 Le numéro de la Revue était en voie de publication lorsque, le 10 août 2010, est survenu le décès d (...)
  • 2 Y. LABBÉ, « La question de Dieu parmi les philosophies contemporaines », Revue des Sciences Religie (...)
  • 3 A. GESCHÉ, « Topiques de la question de Dieu » dans Dieu pour penser, III Dieu, Paris, Cerf, 1994, (...)

1Publié, il y a quelques années de cela, dans cette même Revue des Sciences Religieuses, un article d’Yves Labbé, intitulé « La question de Dieu parmi les philosophies contemporaines », se proposait d’in- terpréter un certain nombre de contributions philosophiques de la seconde moitié du vingtième siècle relatives à la question de Dieu2. Pour mener à bien ce projet, il était recouru aux « topiques de la ques- tion de Dieu », c’est-à-dire aux six questions posées à son sujet au cours du dernier millénaire, et une hypothèse était avancée, celle d’un transfert possible à la courte période considérée des topiques qui virent successivement le jour pendant la longue période de leur formulation, presque dix siècles. Présentées dans le premier chapitre du livre d’Adolphe Gesché Dieu, troisième volume de la somme Dieu pour penser, ces six questions sont : « Dieu existe-t-il ? », « qu’est-ce que Dieu ? », « comment en parler ? », « où le trouver ? », « pourquoi vouloir un Dieu ? », « qui est Dieu ? » 3. Yves Labbé concluait son étude en faisant remarquer que, si toute question sur Dieu est datée et située, les années qui s’écoulent entre la fin de la seconde guerre mondiale et celle du siècle se caractérisent par le développement de quatre de ces questions et un double silence :

  • 4 LABBÉ, « La question de Dieu. », p. 513.

La question de l’existence de Dieu n’a jamais été posée, alors que le recours à Dieu est sans cesse revenu vers l’inconnaissable. L’occulta- tion de l’existence de Dieu et la valorisation de son indicibilité semblent définir les deux constantes de la philosophie depuis un bon demi-siècle. Elles nous reconduisent vers deux questions jusqu’à main- tenant écartées : Dieu est-il ? Qui est-il ? 4

2Différentes dans leur intention, leur réalisation et leur écriture, les contributions réunies dans ce volume confirment, pour partie, le diagnostic posé par Yves Labbé et, pour partie, s’écartent de la matrice des questions qui l’a rendu possible.

3Il se pourrait que le titre retenu pour ce numéro de la revue, Dieu seul, l’ait été en réaction à un renforcement de l’intérêt pour la positi- vité religieuse, surtout s’il est accompagné d’un amoindrissement, voire d’un effacement, de l’intérêt pour Dieu. Quoi qu’il en soit de cette supposition, le thème des différents articles est Dieu par lui-même, sans considération du reste et, en particulier, sans nulle adjonction qui soit imputable à l’homme, Dieu, donc, dans la simplicité de son « être », si pareil terme a encore un sens. Mais un pareil projet est- il réalisable ? Qui entreprend de traiter d’un Dieu seul, séparé, est au rouet et sa rencontre avec les différentes variantes de la théologie négative, les démarches apophatique et aphaïrétique, inévitable. C’est ce que montre Françoise Vinel en comparant les thèses sur l’incompréhensibilité et l’ineffabilité de Dieu de deux auteurs du IVème siècle, Grégoire de Nysse et Jean Chrysostome, à celles de deux auteurs du XXème, Ludwig Wittgenstein et Hans Jonas. Autre est la voie indiquée par Françoise Dastur. Après avoir montré que pour le poète-penseur, Hölderlin, l’expérience du sacré ou de la totalité formée par l’homme et le monde en leur mutuel échange est la condition de la nomination de la déité ou de la divinité, Françoise Dastur se porte aux limites de l’expérience humaine, la mort et le rien, pour trouver, dans leur pensée, le lieu d’où se lèvent l’horizon de l’intemporel et les figures du divin. Ici, le « rien » ne désigne pas la nullitude et s’entend en référence à l’Être, comme dans la philosophie de Heidegger pour qui l’Être n’est « rien » de ce qui est, « rien » d’étant. L’article de Philippe Capelle-Dumont est précisément une analyse historique et systématique de la question de Dieu dans l’ensemble de l’œuvre heideggérienne, parce qu’elle éclaire les rapports complexes entretenus par Heidegger avec le christianisme dans ses deux variantes, catholique et réformée. La reprise des données fragmentaires consacrées par Heidegger au « dernier dieu » ou au « dieu ultime » dans le volume, non traduit à ce jour, des Beiträge permet de s’interroger sur ce que peut un tel dieu. Enfin, l’écriture brève des méditations auxquelles se livre Roger Munier, un des premiers traducteurs de Heidegger et celui de la fameuse Lettre sur l’humanisme, peut être comparée à un miroir proféré pour capter le silence d’un Dieu qui « en ne disant rien, se dit comme Rien » et dont « l’absence amère, mais irradiée en elle-même, est celle du Dieu divin. »

4Les articles de ce dossier reprennent donc quelques-unes des questions posées, à propos de Dieu, par les traditions philosophiques et théologiques, mais ils en laissent une de côté, la dernière, « qui est Dieu ? » La raison de ce silence est évidente : pour formuler cette question, il faut avoir répondu à une autre, une septième donc, et c’est elle qui sourd dans les articles ici réunis : « que peut Dieu ? »

Haut de page

Notes

1 Le numéro de la Revue était en voie de publication lorsque, le 10 août 2010, est survenu le décès de Roger Munier. Que ce dossier auquel il avait accepté de contribuer soit reçu comme un discret hommage à la générosité d’un homme et à l’œuvre d’un écrivain contemplatif qui a rendu ses lecteurs attentifs au silence et à la faiblesse de Dieu. À son épouse, à ses enfants, celles et ceux qui ont collaboré à ce numéro spécial présentent leurs condoléances.

2 Y. LABBÉ, « La question de Dieu parmi les philosophies contemporaines », Revue des Sciences Religieuses, 69 n° 4 (1995), p. 497-516.

3 A. GESCHÉ, « Topiques de la question de Dieu » dans Dieu pour penser, III Dieu, Paris, Cerf, 1994, p. 19-51, (étude publiée une première fois dans la Revue théologique de Louvain, n° 5, 1974, p. 301-325). « Dieu existe-t-il ? » est la question du an sit, « qu’est-ce que Dieu ? », celle du quid sit, « comment parler de Dieu ? », celle du quomodo, « où est Dieu ? », celle de l’ubi, « pourquoi Dieu ? », la question du cur, enfin, « qui est Dieu ? », celle du quis deus.

4 LABBÉ, « La question de Dieu. », p. 513.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yannick Courtel, « Dieu seul », Revue des sciences religieuses, 84/4 | 2010, 439-441.

Référence électronique

Yannick Courtel, « Dieu seul », Revue des sciences religieuses [En ligne], 84/4 | 2010, document 84.401, mis en ligne le 20 novembre 2015, consulté le 28 septembre 2016. URL : http://rsr.revues.org/296

Haut de page

Auteur

Yannick Courtel

Faculté de Théologie Catholique, Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page