Navigation – Plan du site
Recensions

Yahya Ibn ‘Adi, L’homme des perfections. Le maître chrétien de la philosophie morale arabe, précédé d’une étude de Marie-Thérèse Urvoy

Paris, Cerf, 2014, 301 p.
Sonia Drissi

p. 553-554
Référence(s) :

Yahya Ibn ‘Adi, L’homme des perfections. Le maître chrétien de la philosophie morale arabe, précédé d’une étude de Marie-Thérèse Urvoy, traduction, index et étude, Paris, Cerf, 2014, 301 p.

Texte intégral

1L’auteure nous présente un texte de Yahya Ibn ‘Adi (mort le 13 août 974 à Bagdad), le « Kitâb tahdhîb al-a[k]hlâq »* (litt. « La correction des mœurs ») traduit en français sous l’intitulé de « Traité d’éthique arabe ». Précédé d’une « Étude » qui traite longuement de la morale dans la logosphère arabe, le texte est présenté en version originale avec des annotations critiques, accompagné de sa traduction, suivi d’un lexique, d’un index et d’une bibliographie.

2Ibn ‘Adi, auteur chrétien, ne serait pas « original » au regard des notions qu’il convoque. Néanmoins, il joue un rôle important dans l’histoire de l’éthique arabe. Il s’inscrit dans trois traditions morales : la tradition arabe remontant à l’antéislam, la tradition persane des conseils aux princes et la tradition philosophique grecque.

3Le caractère propre de l’homme est le discernement qui s’oppose à la passion. C’est ce qui lui permet d’atteindre la perfection. Pour autant, il faut bien éclairer le contenu de la perfection afin d’éviter les fausses apparences. Il faut se livrer alors à une analyse des caractères et celui de l’homme parfait. C’est l’âme raisonnable qui détermine chez un être son orientation. Afin d’aider le discernement de l’âme raisonnable, Ibn ‘Adi expose vingt vertus et vingt vices. Pour celui-ci, « il faut user de la pensée dans tout ce qu’on fait ». C’est ainsi que le texte nous expose à une longue description de l’homme parfait, « al-insân al-tâm ». L’homme parfait « ne manque d’aucune vertu et […] n’est enlaidi par aucun vice ». Il est plus près des anges que des hommes.

4Or, la morale d’Ibn ‘Adi est laïque, car celui-ci ne s’appuie pas sur des sanctions ou des récompenses dans une autre vie. Si on pouvait y voir un écho du « bonheur politique » de Fârâbî, l’anthropologie d’Ibn ‘Adi est toutefois inspirée d’une christologie nestorienne avec le particularisme de privilégier parfois la démarche islamique sur cette dernière, notamment sur « l’ordre du Bien et l’interdiction du Mal » prescrit par le Coran. Quand la morale antéislamique s’oppose à l’enseignement des deux monothéismes, du christianisme et de l’islam, Ibn ‘Adi prend parfois parti pour la première au détriment des seconds, par exemple, quand il discute de la sincérité qui doit être proscrite si elle est une cause de honte pour celui qui la pratique, ou de la protection d’un criminel qui doit être accordée en raison des lois de l’hospitalité mais non en raison de la pure miséricorde.

5Disciple de Fârâbî (827-950), Ibn ‘Adi était un traducteur du syriaque et peut-être du grec. Il était aussi un commentateur d’Aristote et maître du logicien Ibn Zur’a (m. 1008) et d’Al-Sigistânî (m. 1010). Certains ne reconnaissent en lui qu’une transmission de l’enseignement de Fârâbî. D’autres le situent dans le prolongement d’une philosophie première du néophytagorisme d’Al-Râzî (854-925) qui lui aurait enseigné la morale et la philosophie. Le texte présenté tente de nous le faire voir sous un jour meilleur où il se révèle plus profond et capable de belle rhétorique. Pour Ibn ‘Adi, l’éthique est sous-jacente à la logique qui souligne l’utilité de celle-ci. S’il s’agit de définir le Bien, il s’agit aussi de définir le bénéfice que l’homme peut en tirer. Il s’inscrit en ce sens dans le prolongement d’une démarche qui se caractérise, non pas par une définition a priori du Bien et du Mal, mais par une analyse de l’homme qui doit par le « discernement » atteindre le Bien. On voit combien est précieux le travail de M.-Th. Urvoy qui nous donne accès à cette œuvre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sonia Drissi
, « Yahya Ibn ‘Adi, L’homme des perfections. Le maître chrétien de la philosophie morale arabe, précédé d’une étude de Marie-Thérèse Urvoy », Revue des sciences religieuses, 89/4 | 2015, 553-554.

Référence électronique

Sonia Drissi
, « Yahya Ibn ‘Adi, L’homme des perfections. Le maître chrétien de la philosophie morale arabe, précédé d’une étude de Marie-Thérèse Urvoy », Revue des sciences religieuses [En ligne], 89/4 | 2015, mis en ligne le 05 février 2016, consulté le 30 avril 2017. URL : http://rsr.revues.org/2917

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page