Navigation – Plan du site
Recensions

Frédéric Rognon (dir.), Dire la Guerre, penser la Paix, Actes du Colloque international de Strasbourg (14-16 mai 2012)

Genève, Labor et Fides, coll. « Le champ éthique, 62 », 2014, 441 p.
Sonia Drissi
p. 550-551
Référence(s) :

Frédéric Rognon (dir.), Dire la Guerre, penser la Paix, Actes du Colloque international de Strasbourg (14-16 mai 2012), Genève, Labor et Fides, coll. « Le champ éthique, 62 », 2014, 441 p.

Texte intégral

1Il s’agit d’un ouvrage essentiel qui se caractérise tant par le nombre de participants que par les diverses thématiques traitées pour réfléchir la guerre et la paix en notre temps – signalons d’ailleurs qu’une première série de contributions au colloque Dire la Guerre, penser la Paix a fait l’objet d’un numéro thématique de la Revue des Sciences religieuses (RevSR n° 87/4, octobre 2013). L’ouvrage est orienté autour de deux axes. Dans un premier temps, il s’agit d’examiner la guerre et la « guerre juste ». Dans un second temps, y est menée une exploration des chemins de paix tout en abordant les questions relatives aux périodes antérieures et postérieures au conflit.

2Or, la guerre a radicalement changé de visage de telle sorte qu’il nous importe de réfléchir sur la mutation survenue au sein même de la conception du conflit militaire. S’il y a rupture épistémologique en polémologie, il y a également rupture en irénologie. En cela, la paix s’avère être la restauration des conditions de possibilité de la parole.

3Dans ces conditions, les catégories classiques de la polémologie ne sont plus opérationnelles. S’il importe de « dire la guerre », c’est pour ne pas la faire. C’est pour traquer le mensonge consubstantiel à la guerre que ce colloque appelle à un travail interdisciplinaire afin de « faire dialoguer » les différentes disciplines et non, ce qui ne serait plus propre à un esprit pluridisciplinaire, à n’être qu’un monologue des spécialistes.

4Daniel Payot, adjoint à la culture du maire, rappelle que « les armes ont parlé » à Strasbourg. Dans cette formule on attribue aux armes ce qui leur manque, c’est-à-dire la parole. Aussi, c’est une parole qui a pour mission de détruire. Cette formule est terrible, car elle nie ce qui est de la parole elle-même. On pourrait lire l’histoire de Strasbourg comme un combat incessant visant à préserver les conditions de possibilité de parler. Toutefois, la parole n’est jamais de l’ordre de l’acquis. Elle doit être acquise. La paix n’est pas un état naturel mais est toujours à construire.

5Dans l’introduction de l’ouvrage, Frédéric Rognon définit « la « guerre » comme « un conflit armé collectif et réciproque ». Cette définition ne pose aucune symétrie, ni régularité ou condition de rationalité des initiatives d’hostilité. « Tout conflit n’est pas guerre, car tout conflit n’est pas armé ». La paix vise alors « à ramener le conflit guerrier vers le conflit d’objet, c’est-à-dire à restaurer les protagonistes comme sujets de langage ».

6Cinq types de paix ont été élaborés par Bruno Arcidiacono, qui sont aujourd’hui d’actualité et qui sont analysés dans l’introduction. Il s’agit de : I. la « paix d’hégémonie » bien connue aujourd’hui dans le « paradigme » de la pax americana mais dont les figures historiques sont la pax romana, le rôle de la chrétienté médiévale et la pax napoleonica ; II. la « paix d’équilibre » qui instaure une vision sécuritaire et antihégémonique de l’équilibre qui rappelle la figure des quinze souverainetés de Sully en Europe, un modèle de paix équilibré au sujet duquel Roosevelt déclarerait en 1945 sa volonté d’y mettre fin ; III. la « paix fédérative », sous l’égide d’une autorité supérieure, qui nous rappelle le nom de l’Abbé de Saint-Pierre et sa proposition de paix pour l’Europe en 1713 mais qui subira les critiques de Rousseau ; IV. la « paix confédérative » convoque les propositions de Kant qui suggère l’établissement d’une communauté d’États souverains, entités légales mais non politiques et un droit « inter-national » et qui ressort comme un des principes de la Société des Nations (SDN) ; enfin V. la « paix de directoire » où un petit nombre de grandes puissances (modèle oligarchique) « s’entendent pour mettre fin à la compétition et pour administrer le système conjointement » (voir Friedrich von Gentz). C’était le « paradigme » vers lequel glissait la SDN et qui rappelle aujourd’hui celui de l’ONU. Si ces « paradigmes » s’inscrivent dans un cadre interétatique, il importe de réfléchir à ce que F. Rognon appelle une « paix sociétale », qui consiste dans « un style de vie qui tarisse la plupart des causes des guerres et désamorce ainsi ce que Johan Galtung appelle la “violence culturelle” ».

7Cette publication des actes du colloque regroupe les participations de Frédéric Rognon, Daniel Payot, René Heyer, Gilbert Vincent, Patrice Buffotot, Jean-Vincent Holeindre, Yves Lacoste, Alain Bertho, Général Jean-Paul Thonier, Pierre Hassner, Christian Mellon, Wolfgang Huber, Mathieu Arnold, Philippe Breton, Daniel Gerber, Jean-Marie Muller, Michel Lafouasse, Bulangalire Majagira, Musa Nabirire, Johan Galtung, Daniel Frey, Jean-Bernard Marie, François Roux et de Gaudiose Vallière-Luhahe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sonia Drissi, « Frédéric Rognon (dir.), Dire la Guerre, penser la Paix, Actes du Colloque international de Strasbourg (14-16 mai 2012) », Revue des sciences religieuses, 89/4 | 2015, 550-551.

Référence électronique

Sonia Drissi, « Frédéric Rognon (dir.), Dire la Guerre, penser la Paix, Actes du Colloque international de Strasbourg (14-16 mai 2012) », Revue des sciences religieuses [En ligne], 89/4 | 2015, mis en ligne le 05 février 2016, consulté le 25 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/2906

Haut de page

Auteur

Sonia Drissi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page