Navigation – Plan du site
Recensions

Gabriel Monet, L’Église émergente. Être et faire Église en postchrétienté

Berlin, Lit-Verlag, coll. « Théologie pratique – Pédagogie – Spiritualité », 2014, 440 p.
Petrisor Ghidu
p. 548-549
Référence(s) :

Gabriel Monet, L’Église émergente. Être et faire Église en postchrétienté, Berlin, Lit-Verlag, coll. « Théologie pratique – Pédagogie – Spiritualité », 2014, 440 p.

Texte intégral

1Gabriel Monet, pasteur de la Fédération des Églises adventistes, enseigne la théologie pratique à la Faculté adventiste de théologie de Collonges-sous-Salève en Haute Savoie et dirige le centre de recherche José Figols. Il est l’actuel secrétaire de la Société Internationale de Théologie Pratique (SITP). Ses recherches sont centrées sur les rapports entre la foi et la culture, l’Église et les jeunes, l’homilétique et l’innovation liturgique, l’ecclésiologie, etc.

2Son ouvrage est le fruit de recherches doctorales menées à l’Université de Strasbourg. En novembre 2014, le prix « Louis Schmutz » lui a été attribué pour son excellente qualité scientifique. Le livre est préfacé par Élisabeth Parmentier, professeur des Universités, et comporte une postface rédigée par Jean Hassenforder, un des pionniers de la réflexion sur l’Église émergente dans l’espace francophone.

3L’A. part du constat que, dans les pays occidentaux plus particulièrement, la religion – dans sa dimension sociale et individuelle – est actuellement confrontée à de sérieuses mutations (p. 427). Il rejoint ainsi, en partie, la pensée de sociologues : Danièle Hervieu-Léger (Vers un nouveau christianisme ? Introduction à la sociologie du christianisme occidental, Paris, Cerf, 1986 ; Le pèlerin et le converti. La religion en mouvement, Paris, Flammarion, 1999 ; Catholicisme, la fin d’un monde, Paris, Bayard, 2003) et Grace Davie (Religion in Britain since 1945. Believing without belonging, Oxford, Blackwell, 1994 ; avec Danièle Hervieu-Léger, Identités religieuses en Europe, Paris, La Découverte, 1996 ; Europe : The Exceptional Case. Parameters of Faith in the Modern World, London, Darton, Longman & Todd, 2002 ; avec Paul Heelas et Linda Woodhead, Predicting religion. Christian, Secular and Alternative Futures, Hampshire, 2003) ; il emprunte à leurs réflexions sur la fin de la « civilisation paroissiale traditionnelle » et sur « l’incorporation croissante de la vie religieuse individuelle et collective à la culture moderne de l’individu ». Cela, non pas pour affirmer le déclin de la religion dans sa dimension publique ou le « désenchantement du monde », mais pour mettre en lumière une toute autre perspective : « l’Église chrétienne est dans une évolution incessante » puisque nous assistons de nos jours à un mouvement de création de nouvelles Églises qui cherchent à exprimer le vécu de la foi communautaire de manière innovante en prenant en compte le contexte de postchrétienté qui ébranle à bien des égards les approches ecclésiastiques plus classiques » (p. 9).

4La première partie de l’ouvrage décrit les pratiques pastorales actuelles au sein de l’Église et essaye de les interpréter. L’A. donne des éléments de méthodologie nécessaires à la compréhension du syntagme « église(s) émergente(s) » (p. 19-94) et développe un regard historique très intéressant sur la « conversion » des Églises en pleine naissance (p. 95-130). Il aborde des questions de théologie systématique fondamentale liées, d’une part, aux rapports entre ces nouvelles « expressions ecclésiastiques » et l’« ecclésiologie traditionnelle » et, d’autre part, à la place des « marqueurs » spécifiques à l’Église chrétienne au sein du vécu spirituel de ces nouvelles formes d’Église (p. 131-161). Il analyse également les rapports de ces nouvelles Églises avec la culture et avec la société (p. 163-188).

5En suivant la méthodologie propre à la théologie pratique, la deuxième partie de l’ouvrage est un temps d’analyse et de questionnement, une partie « normative » qui cherche à faire dialoguer les Églises émergentes avec le théologien protestant Leslie Newbigin, une des sources d’inspiration du mouvement émergent au sein de l’Église. Gabriel Monet défend l’idée que l’Église d’aujourd’hui et de demain est appelée à être missionnelle (et non « missionnaire »), incarnationnelle et expérientielle. Église missionnelle (p. 197-253) car le monde n’est plus chrétien « par défaut » ; il est redevenu « terre de mission », non pas comme on l’entendait autrefois, mais dans le sens où la mission suppose des implications théologiques et ecclésiologiques : le lecteur est renvoyé ici à la notion d’Église incarnationnelle (p. 255-310) ; tout en restant fidèle à la Parole, l’Église doit rejoindre la culture de son temps et prendre l’attitude de Jésus au cours de son ministère comme un modèle. Église expérientielle (p. 311-380) aussi, car, surtout en postchrétienté, l’expérience et le rationnel sont en équilibre quant à leur importance au sein de la vie de l’Église. La conclusion ouvre des pistes nouvelles de réflexion pour construire l’Église de demain.

6La recherche menée par Gabriel Monet au sujet de « l’Église émergente » n’a pas la prétention de transmettre aux instances ecclésiastiques un certain savoir-faire, résultat direct d’une « traduction » des implications pratiques des concepts utilisés par la théologie fondamentale. En prenant appui sur les « analyses de terrain » et les pratiques de la vie de l’Église aujourd’hui, la réflexion théologique de l’A. se veut une instance de « formation-régulation » de ces pratiques, afin que ces dernières soient conformes aux préceptes bibliques et davantage ancrées dans les réalités socioculturelles contemporaines. Par les deux verbes du sous-titre de l’ouvrage – « être et faire Église » –, l’A. s’attache à montrer, tout au long de son travail, que l’Église, peuple de Dieu, n’est pas une réalité figée dans le passé. Elle porte en elle un dynamisme créateur d’un avenir plein d’espérance chrétienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Petrisor Ghidu, « Gabriel Monet, L’Église émergente. Être et faire Église en postchrétienté », Revue des sciences religieuses, 89/4 | 2015, 548-549.

Référence électronique

Petrisor Ghidu, « Gabriel Monet, L’Église émergente. Être et faire Église en postchrétienté », Revue des sciences religieuses [En ligne], 89/4 | 2015, mis en ligne le 05 février 2016, consulté le 25 juin 2017. URL : http://rsr.revues.org/2903

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page