Navigation – Plan du site
Recensions

Marie-Jo Thiel, La santé augmentée, réaliste ou totalitaire ?

Paris, Bayard, 2014, 280 p.
Isabelle Perée
p. 546-547
Référence(s) :

Marie-Jo Thiel, La santé augmentée, réaliste ou totalitaire ?, Paris, Bayard, 2014, 280 p.

Texte intégral

1M.-J. Thiel, dans la continuité de ses recherches et publications antérieures, s’interroge sur le fait de savoir si la médecine contemporaine qui se propose de régénérer, d’« augmenter » l’être humain, se trouve encore dans sa fonction et si le mouvement de médicalisation globale de l’existence humaine contribue vraiment à l’humanisation et au bien-être social. Pour cela elle revisite les modèles anthropologiques, nous ouvre les yeux sur le fait que légiférer n’est pas toujours la solution et nous rappelle que « la santé a besoin de nous ».

2Après une introduction où l’A. fait l’inventaire des questions, nous trouvons six chapitres : sont abordés successivement le mouvement de médicalisation de l’existence humaine, la question de « la santé totalitaire », l’expérience du corps face à la maladie et la mort, la question de l’espérance d’un salut des biotechnologies médicales, l’humanisation des personnes confrontées au handicap et termine sur l’aspect plus théologique du corps vulnérable, corps de grâce. Une bibliographie très généreuse est donnée dans les notes, incluant des auteurs bien connus tels que X. Thévenot, mais également des extraits d’articles, de conférences ainsi que des extraits de règles, de lois et des adresses de site internet. La diversité des domaines couverts par la bibliographie témoigne d’une importante recherche de l’A. et des multiples aspects de ses diverses fonctions de médecin, d’éthicienne et de théologienne. Elle cite Augustin, Bernanos ou Bobin, mais aussi Ricœur, Lacan et Heidegger. On peut juste regretter que cette riche bibliographie ne se situe pas aussi à la fin de l’ouvrage, au moins pour la commodité des lecteurs.

3La question de la corporéité informée par la médecine biotechnologique (chapitre 3) nous a beaucoup intéressée. L’annonce du diagnostic grave qui provoque le choc, l’acte de parole qui informe, déforme ou reforme ne font-ils pas partie de l’expérience de tout un chacun ? M.-J. Thiel rappelle qu’en français, avoir une maladie, c’est « être malade ». Ce corps qui devient soudainement d’une insoutenable vulnérabilité et découvre sa fragilité à la fois constitutive et ontologique intériorise les normes sociétales autour de la santé et se trouve en porte à faux entre sa corporéité à vivre et la corporéité dont il fait l’expérience.

4Comme souvent, M.-J. Thiel aborde ces sujets délicats avec une grande finesse, en se situant avec prudence et distance, ce qui laisse au lecteur la liberté de trouver sa propre position à la lecture de l’ouvrage. Dans ce même chapitre, elle aborde également la question du patient gravement malade qui tente de se confier et à qui l’interlocuteur dans le déni ordonne immédiatement de se taire. Ce déni, qui renforce le décalage, dit l’A., entre la réalité du patient et le refus d’entendre de son entourage. Le malade doit alors assumer sa vulnérabilité mais sans se complaire dans la fragilité.

5L’ensemble des différentes questions abordées par M.-J. Thiel nous concernent tous et les débats qu’elles engendrent ne sont jamais clos, puisque chaque réponse doit sans doute correspondre à la sensibilité de chaque individu. Cependant, l’A. donne des pistes de réflexion, n’hésitant pas à y inclure les aspects théologiques qui peuvent aussi interpeller les non-croyants (une théologie autour d’un fils crucifié et ressuscité), rappelant au passage que l’expérience de la grâce suppose le corps vulnérable. Nous pouvons affirmer sans hésiter que ce livre devrait être lu par les acteurs médicaux, sociaux, enseignants, théologiens mais également au sein de la famille où des questions se posent face à des décisions à prendre devant la maladie « dans la juste distance », comme le dit l’A. qui rappelle que « la question de l’humanisation est ainsi plus prégnante que jamais ! »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Perée, « Marie-Jo Thiel, La santé augmentée, réaliste ou totalitaire ? », Revue des sciences religieuses, 89/4 | 2015, 546-547.

Référence électronique

Isabelle Perée, « Marie-Jo Thiel, La santé augmentée, réaliste ou totalitaire ? », Revue des sciences religieuses [En ligne], 89/4 | 2015, mis en ligne le 05 février 2016, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://rsr.revues.org/2902

Haut de page

Auteur

Isabelle Perée

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page