Navigation – Plan du site
Recensions

Karl Golser, Moraltheologe und Bischof. Eine Auswahl aus seinen Schriften. Teologo morale e vescovo. Scritti scelti

Brixen/Bressanone-Innsbruck,Verlag A. Weger-Tyrolia-Verlag, 2012, 424 p.
Marie-Jo Thiel
p. 543-545
Référence(s) :

Karl Golser, Moraltheologe und Bischof. Eine Auswahl aus seinen Schriften. Teologo morale e vescovo. Scritti scelti, Brixen/Bressanone-Innsbruck,Verlag A. Weger-Tyrolia-Verlag, 2012, 424 p.

Texte intégral

1L’ouvrage publié sous la direction de Jörg Ernesti, Ulrich Fistill et Martin M. Lintner est un livre d’hommage au théologien et évêque émérite du diocèse de Bozen-Brixen, le Dr Karl Golser, pour son 70e anniversaire. Préfacé par Ivo Musser, l’actuel évêque de ce lieu, il représente aussi une forme de testament à celui qui a dû démissionner prématurément de sa fonction d’évêque (en juillet 2011, alors qu’il n’avait été ordonné qu’en mars 2009) en raison d’un syndrome parkinsonien atypique d’une particulière gravité.

2Karl Golser avait soutenu sa thèse de doctorat à l’université grégorienne à Rome à l’automne 1973 sur le concept de conscience. Cinq années durant (1977-1982), il avait travaillé à la Congrégation pour la doctrine de la foi avec le Cardinal Seper qui l’avait ordonné prêtre en 1968 et le cardinal Ratzinger. En 1982, il obtient un poste de professeur de théologie morale à la Philosophisch-Theologische Hochschule Brixen (l’équivalent de notre faculté de théologie) où il exercera aussi la fonction de doyen. Parmi ses nombreuses responsabilités, il faut noter celle de président de l’ATISM (l’équivalent italien de l’ATEM, c’est-à-dire l’association des théologiens pour l’étude de la morale) et celle de représentant de la section italienne de l’AETC (Association européenne de théologie catholique).

3Son engagement dans l’Église, son expérience de pasteur, sa fonction de professeur marquent ses écrits mais aussi l’homme que nous avons pu rencontrer dans les réunions internationales auxquelles il participait. Le présent ouvrage reprend quelques-uns de ses articles les plus marquants, tantôt en allemand, tantôt en italien, autour de cinq thèmes. Le premier (conscience et responsabilité personnelle) rejoint directement celui de sa thèse de doctorat et se décline en deux contributions : la conscience comme milieu le plus caché de l’être humain, puis, le théologien moraliste et le devoir d’obéissance à l’égard du magistère dans l’Église catholique. La seconde partie touche au mariage et à la famille en s’interrogeant d’abord sur la pastorale des divorcés remariés et ensuite sur le désir d’un enfant en bonne santé comme signe d’une mutation culturelle à l’égard de la procréation des nouvelles générations.

4La troisième partie fait se croiser l’éthique de la vie et l’éthique médicale avec quatre chapitres : d’abord le statut de l’embryon et les questions éthiques autour de la protection de la vie naissante ; puis le respect de la vie finissante ; les aspects éthiques de la question du suicide ; et enfin une discussion autour de la mort cérébrale intitulée : reconnaissance de la mort versus critères de la mort.

5La quatrième partie, « Paix, justice et préservation de la création » fait écho à la devise épiscopale de Mgr Golser « Christus pax nostra » et à sa première lettre pastorale. Ses chapitres déclinent des réflexions originales : chercher et trouver Dieu en toutes choses ; l’Église catholique et la responsabilité environnementale dans un monde globalisé ; considérations éthiques sur le trafic routier ; agriculture durable comme responsabilité pour la création ; religions et paix.

6La cinquième et dernière partie, enfin, la plus longue, reprend des questions qui jalonnent toute existence chrétienne : souffrance et croix : un défi religieux et éthique ; santé et maladie dans une perspective éthique ; quête d’identité au temps du vieillir comme devoir éthique ; culture du mourir versus culture de la mort (conséquences pour l’accompagnement) ; la vertu d’hospitalité au temps de la migration et du tourisme ; et, enfin, éthique de l’internet.

7Après ces différentes contributions, une sixième partie propose un retour biographique de l’A. sur lui-même (récit autobiographique) puis une septième partie reprend les quatre lettres pastorales (à chaque fois en allemand et en italien). La dernière, consacrée à la signification de la providence divine est particulièrement poignante : intitulée « Seigneur, que ta volonté soit faite », elle a été écrite au moment où son auteur demandait aussi au pape Benoît XVI d’accepter sa démission comme évêque pour raison de santé. Et elle commence en évoquant ce contexte : « Quand tomba le diagnostic de ma maladie, j’ai essayé de prier avec Jésus au Mont des Oliviers : « Père, tout t’est possible. Éloigne de moi ce calice ! Mais non ce que je veux ; que s’accomplisse ce que tu veux. » Nous savons qu’il y a des gens qui disent « c’est juste le destin ». Mais une telle attitude serait l’expression d’un fatalisme aveugle. Nous croyons en un Dieu qui est amour, qui a des plans pour notre salut. C’est ce qui m’a donné l’idée d’écrire quelque chose sur le thème difficile de la divine providence, sur ses plans pour la vie des individus et sur les possibles réponses des individus à l’appel de Dieu ». Dieu ne nous livre pas à des destins aveugles, continue Mgr Golser, mais nous cache au creux de sa main. Mystère d’amour d’un plan de Dieu pour notre vie qui interpelle.

8Au final, ce « Brixner Theologisches Jahrbuch 2012 » qui se termine avec une liste des publications de l’A., est le témoin d’une théologie des frontières, en particulier linguistiques, autant qu’un hommage à un théologien dont je garde personnellement un souvenir vif.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Jo Thiel, « Karl Golser, Moraltheologe und Bischof. Eine Auswahl aus seinen Schriften. Teologo morale e vescovo. Scritti scelti », Revue des sciences religieuses, 89/4 | 2015, 543-545.

Référence électronique

Marie-Jo Thiel, « Karl Golser, Moraltheologe und Bischof. Eine Auswahl aus seinen Schriften. Teologo morale e vescovo. Scritti scelti », Revue des sciences religieuses [En ligne], 89/4 | 2015, mis en ligne le 05 février 2016, consulté le 25 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/2896

Haut de page

Auteur

Marie-Jo Thiel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page