Navigation – Plan du site
Recensions

Dominique Jacquemin, Vers une éthique pour la famille. Aimer, être aimé, se laisser aimer

Namur, Lessius, coll. « Donner raison. Théologie, 45 », 2014, 239 p.
Marie-Jo Thiel
p. 540-542
Référence(s) :

Dominique Jacquemin, Vers une éthique pour la famille. Aimer, être aimé, se laisser aimer, Namur, Lessius, coll. « Donner raison. Théologie, 45 », 2014, 239 p.

Texte intégral

1L’A. est professeur d’éthique de la vie et de la morale familiale à la faculté de théologie de Louvain-la-Neuve et de sciences humaines à la faculté libre de médecine de Lille, chercheur au Centre d’éthique médicale de cette même Université catholique de Lille. Infirmier, prêtre et théologien, il a donc bien des cordes à son arc pour aborder de front les difficiles questions de la famille au moment où celles-ci font aussi l’objet d’un synode des évêques à Rome.

2L’ouvrage aborde ainsi sur les plans anthropologique et psychologique, éthique et théologique, quelques questions essentielles autour de la famille, de ses chances mais aussi de ses échecs, dans sa perspective traditionnelle mais aussi selon des modalités que notre temps et nos contextes culturels ne cachent plus mais par rapport auxquelles les mentalités et les instances normatives restent encore hésitantes. L’objectif formulé à propos de l’homosexualité pourrait s’appliquer à tout l’ouvrage : non seulement étayer les interrogations mais « maintenir ouverte une interpellation qui ne clôture pas la complexité de la question » (p. 170). Il ne s’agit pas de proposer des réponses définitives mais d’ouvrir des pistes pour favoriser le dialogue et permettre un discernement.

3Six chapitres scandent cette réflexion, et leurs titres sont évocateurs du contenu. Le premier, « aimer, s’aimer aujourd’hui », propose un état de la question sur quelques approches contemporaines de ce qu’aimer veut dire et de ce que peut signifier la relation au corps. Le second, « Fonder une famille » commence par prendre acte de la multiplicité des modèles familiaux, mais aussi de la cohabitation avant le mariage, de la place/peur de l’engagement, tout en prenant en compte l’enseignement de l’Église à ce niveau. D. Jacquemin étaye ce dernier, en particulier avec le texte de Familiaris consortio. C’est que la famille est la première cellule d’Église.

4Le troisième chapitre, « Se marier pour toujours », approfondit cette donne de l’engagement, à la fois sur le plan anthropologique et dans une perspective d’alliance théologique impliquant la fidélité et une question de finalité (les fameux « biens » du mariage). L’étape suivante, la sexualité, la procréation, les enfants, font l’objet du chapitre suivant : « Vivre sa sexualité en couple et désirer un enfant à l’heure de la médecine ». L’A. s’y attarde longuement sur Dignitas personae dont il propose une lecture détaillée, point par point, avant de poursuivre avec quelques « prolongements critiques » sur les destinataires réels de cet enseignement, la question de l’eugénisme, la place de l’échec…

5Le cinquième chapitre, « homosexualités et homoparentalité », propose une analyse assez fine de cette réalité multiple (des homosexualités), complexe, sans « cause » univoque mais impliquant des facteurs psychiques, sociaux, et autres. La tradition et l’Écriture ne proposent pas non plus d’éclairages précis. Alors quelle approche faut-il privilégier ? Comment prendre en compte le vécu de la personne chrétienne avec son homosexualité ? Quels repères à propos du mariage homosexuel et de l’homoparentalité ? Le dernier chapitre poursuit au fond cette recherche du « comment faire » : intitulé « accompagner la distance », il revient sur la notion d’échec pour la relire à partir des mystères de la foi avant de poursuivre avec « quelques repères pour un accompagnement des personnes divorcés-remariés » en proposant une « ouverture à une théologie du Samedi Saint ».

6Force est de le constater, l’A. ne se veut pas « révolutionnaire » mais pose des questions qui doivent aider à aller plus loin afin de mieux respecter les personnes, spécialement quand elles sont en situation d’échec.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Jo Thiel, « Dominique Jacquemin, Vers une éthique pour la famille. Aimer, être aimé, se laisser aimer », Revue des sciences religieuses, 89/4 | 2015, 540-542.

Référence électronique

Marie-Jo Thiel, « Dominique Jacquemin, Vers une éthique pour la famille. Aimer, être aimé, se laisser aimer », Revue des sciences religieuses [En ligne], 89/4 | 2015, mis en ligne le 05 février 2016, consulté le 25 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/2894

Haut de page

Auteur

Marie-Jo Thiel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page