Navigation – Plan du site
Recensions

Éric Palazzo, L’invention chrétienne des cinq sens dans la liturgie et l’art au Moyen Age

Paris, Cerf, 2014, 503 p.
Michel Steinmetz
p. 537-538
Référence(s) :

Éric Palazzo, L’invention chrétienne des cinq sens dans la liturgie et l’art au Moyen Age, Paris, Cerf, 2014, 503 p.

Texte intégral

1Éric Palazzo est un historien français spécialiste de l’histoire de la liturgie au Moyen Âge, membre senior de l’Institut universitaire de France. Né en 1963, il est l’auteur d’une thèse de doctorat sur les sacramentaires de Fulda (Université de Paris X-Nanterre, 1990) et titulaire d’une habilitation à diriger des recherches sur l’illustration du pontifical au Moyen Âge (1997). Depuis 1999, il est professeur d’histoire de l’art du Moyen Âge à l’Université de Poitiers et occupe différentes responsabilités dans le monde de la recherche.

2L’ouvrage qu’il publie aux éditions du Cerf s’articule en quatre parties. La première, « Théologie chrétienne des cinq sens », entend reprendre le dossier à partir du donné biblique puis dans la théologie patristique et médiévale pour déboucher sur le concept qui sera comme le fil rouge de l’ensemble, celui d’une synesthésie opérant dans le christianisme, et la liturgie en particulier. La deuxième partie aborde différents sujets qui ont trait à la liturgie ou permettent d’y entrer : la manière d’entrer dans le bâtiment-église, la question du vêtement liturgique, la manière encore dont les sens sont activés par le livre liturgique mais aussi, bien évidemment, par la musique et les chants. Dans une troisième partie, l’A. s’arrête à la consécration eucharistique ; il y étudie le visible et l’invisible, puis s’intéresse à la manière dont les prières du Canon sont illustrées avant d’en arriver à une approche plus globale suivant le programme synesthésique qu’il s’est fixé. La quatrième et dernière partie est dévolue à « deux pratiques spécifiques : les rites dévotionnels et baptismaux ». Là, en toute rigueur liturgique, on aurait préféré que l’A. commence par les rites du baptême, d’autant plus que les visions « de l’au-delà », eschatologiques donc, auraient permis de conclure le parcours. Ce n’est qu’un détail.

3L’A. a constitué un corpus impressionnant d’œuvres d’art de tous ordres qu’il commente et décrit avec précision pour appuyer sa démarche. On trouvera avec bonheur plusieurs pages en couleur donnant aussi au lecteur un accès à une partie des œuvres étudiées.

4Le lecteur pourra se découvrir songeur devant le titre même de l’ouvrage : « l’invention des cinq sens ». Le christianisme n’investirait-il la corporéité qu’à la période médiévale ? Assurément non, et les deux premiers chapitres sont là pour nous rassurer. Plus qu’une vision théologique, il en va de l’identité même du christianisme. Le Christ s’est fait homme pour notre salut. Il a donc pris sur Lui l’humanité, y compris en sa nature sensorielle. Les Pères de l’Église ont tenté, avec beaucoup de prudence mais aussi de fermeté parfois, de clarifier un juste rapport à la corporéité et à l’usage des sens. Sans doute faut-il donc entendre dans le titre retenu la saveur latine du invenire : la découverte à frais nouveaux, et avec une acuité particulière, à l’époque médiévale de la question des sens.

5Alors que l’auteur se donne la « synesthésie », la prise en charge globale des sens par l’art dans la liturgie, quasiment comme une thèse à défendre, on reste quelque peu sur sa faim devant une conclusion si rapide (p. 417-421), alors qu’on aurait aimé pouvoir ressaisir l’ensemble d’un chemin aussi vaste en une synthèse à la fois historique et théologique. Cela aurait permis de comprendre comment le riche et abondant corpus d’œuvres traitées modifie ou précise nos connaissances de la liturgie au Moyen-Âge.

6Il n’en reste pas moins que la méthode originale d’Éric Palazzo, celle de l’historiographie qui lui est chère, est pertinente. Ainsi qu’il l’expose lui-même dans l’introduction, nos connaissances sont souvent livresques, au sens où elles se révèlent désincarnées par les sacramentaires et autres sources liturgiques dont l’herméneutique est parfois complexe. Il est donc heureux de les faire se croiser avec la manière dont l’acte liturgique lui-même en ce qu’il est vivant a été représenté ou illustré par les diverses modalités d’expression de l’art (cf. p. 13). Une telle approche permet de saisir, un peu mieux au moins, la manière dont l’homme médiéval, par-delà les concepts et les rubriques, habitait la liturgie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Steinmetz, « Éric Palazzo, L’invention chrétienne des cinq sens dans la liturgie et l’art au Moyen Age », Revue des sciences religieuses, 89/4 | 2015, 537-538.

Référence électronique

Michel Steinmetz, « Éric Palazzo, L’invention chrétienne des cinq sens dans la liturgie et l’art au Moyen Age », Revue des sciences religieuses [En ligne], 89/4 | 2015, mis en ligne le 05 février 2016, consulté le 25 juin 2017. URL : http://rsr.revues.org/2886

Haut de page

Auteur

Michel Steinmetz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page