Navigation – Plan du site
Recensions

La Fabrique des saintes images : Rome-Paris 1580-1660. Sous la direction de Louis Frank et Philippe Malgouyres. Catalogue publié à l’occasion de l’exposition présentée à Paris, au musée du Louvre, du 2 avril au 29 juin 2015

Paris, Louvre éditions – Somogy, éditions d’art, 2015, 287 p.
Denis Donetzkoff
p. 533-535
Référence(s) :

La Fabrique des saintes images : Rome-Paris 1580-1660. Sous la direction de Louis Frank et Philippe Malgouyres. Catalogue publié à l’occasion de l’exposition présentée à Paris, au musée du Louvre, du 2 avril au 29 juin 2015, Paris, Louvre éditions – Somogy, éditions d’art, 2015, 287 p.

Texte intégral

1La Fabrique des saintes images « fait […] écho à l’exposition dédiée à Poussin et Dieu ». Elle « se déroule aux mêmes dates dans les espaces adjacents ». Elle entend « faire comprendre ce que furent à la fin du xvie siècle et au siècle suivant les enjeux de la fabrique des saintes images ». Pour cela, elle présente « une soixantaine de feuilles parmi les plus précieuses de la collection » du département des Arts graphiques du Musée du Louvre, ainsi qu’« une quinzaine de tableaux dont certains comptent parmi les chefs-d’œuvre de la peinture » : la Mort de la Vierge du Caravage, le Christ mort de Philippe de Champaigne, le Repas de paysans de Le Nain entre autres. Le sujet est d’une actualité brûlante, après les « heures tragiques que » la France « vient de connaître » et qui soulignent « l’importance que l’image religieuse revêt encore aujourd’hui au sein de l’humanité ».

2Deux études ouvrent le large panorama déployé autour de trois thèmes : deux lieux d’abord – Rome et Paris –, un sujet théologique ensuite – l’Eucharistie –. Louis Frank – « L’image » – pose les bases de la problématique de toute représentation du divin, des origines au xviisiècle et en décrit le déploiement historique, de la Bible au « décret sur l’invocation, la vénération et les reliques des saints et sur les saintes images » du concile de Trente, en passant par les Pères et l’Horos de Nicée II. Nourri de textes fondamentaux judicieusement choisis, cet article s’ouvre sur la description de l’oraison de Thérèse d’Avila, en qui « sur le plan de cristal de l’âme anéantie, se projette l’image du Christ, et le miroir de l’âme, à son tour, épouse l’image, se sculpte sur cette image, imite l’image, se fait image », et se conclut sur l’enseignement de ce grand mystique jésuite du xviisiècle qu’est Jean-Joseph Surin, pour qui « Dieu […], par la simple représentation de soi-même, parle à l’âme et l’instruit de différentes vérités ». Ainsi « à l’âme chrétienne », écrit l’A., « il convient également d’imiter » la « relation d’amour » du Père et du Fils « et, par l’imitation de Jésus-Christ, de parfaire sa propre nature, qui est à l’image de Dieu ». Philippe Malgouyres, étudiant « la serviette et le linceul » et les « images non fabriquées » au travers d’un choix d’œuvres significatives – la serviette d’Édesse, l’icône de Laon, les Sainte-Face de Constantinople, de Paris, de Rome, le voile de Bérénice et finalement le Saint-Suaire et ses copies – déploie des variations documentées sur l’affirmation de Théodore du Stoudion : « Toute image n’est-elle pas un sceau, une empreinte portant en elle la réalité de ce dont elle porte le nom ? ». Il démontre brillamment que « les images, en tant que traces, se rapprochent des reliques, fragments qui témoignent d’une réalité spirituelle, matière qui en fut le vecteur, qui en reste le support et la mémoire ».

3Les études qui suivent cette ouverture bien orchestrée s’attachent à répondre, au travers de la variété de leurs approches à « la question lancinante » de la « fabrication » de ces images : « comment créer cette image » et « quel rôle revient à l’artiste dans ce processus ».

4Des pages qui décrivent l’effervescence de cette production à Rome et à Paris, le lecteur retiendra particulièrement, pour Rome : « Le Caravage, le vrai et l’irreprésentable », de Philippe Malgouyres, pour qui l’artiste « a choisi de mettre à l’épreuve ce monde et les limites de l’art lui-même, qui s’y inscrit ». Il ne montre « rien que l’on ne puisse voir, tout en représentant l’action de l’esprit sur la matière ». Pour Paris, Louis Frank démontre, dans « L’École française, le sentiment religieux et l’image », que celle-ci « tient ses images entre l’amour et le retrait, la vie et l’immobilité, l’excès et la mesure, les visions extatiques et l’ordre de la théologie, le lyrisme et le silence, la suavité et la raideur, les gloires tumultueuses et le lent étirement des nuées », car « le sentiment de l’infini est si grand, que les images créées » finissent par le céder à la « grandeur infinie de l’Image ». Le catalogue se conclut sur des pages consacrées à l’Eucharistie, « image ultime » (Philippe Malgouyres) et « signe unique qui manifeste l’invisible », qui « se multiplie en image » : « divinité infinie sous une forme limitée ». L’A. considère la fabrication de l’hostie, la conservation de la réserve eucharistique, l’adoration, la représentation de la Cène, et le lien vital entre « charité et dévotion eucharistique », étudiée à travers Les Pèlerins d’Emmaüs de Matthieu Le Nain et le Repas de paysans de Louis (ou Antoine) Le Nain, tableaux illustrant ce propos de Jean-Jacques Olier : « Le Christ […] ne vit dans ce sacrement que pour donner en nourriture toutes ses merveilles et pour répandre […] sa charité très douce envers le prochain ».

5Soulignons-le encore au terme de ce trop bref parcours : les œuvres présentées dans l’une et l’autre exposition que l’on retrouve dans ces deux magnifiques catalogues, les textes cités dans les études que je viens d’évoquer, aussi bien que les pièces supplémentaires non présentées dans les expositions et reproduites dans ces deux catalogues pour illustrer le propos de ses rédacteurs, font de ces expositions comme des catalogues qui en rendent compte un événement de référence. Il ne sera plus possible d’évoquer la problématique de la représentation du divin au xviisiècle sans y recourir.

6À défaut d’avoir encore le bonheur de parcourir les galeries du Louvre où étaient présentées ces deux expositions et de pouvoir s’arrêter longuement devant chaque œuvre, il reste la bonne fortune de pouvoir feuilleter ces catalogues, même au hasard, sans but précis, comme en flânant : toujours on y rencontrera une perle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Donetzkoff, « La Fabrique des saintes images : Rome-Paris 1580-1660. Sous la direction de Louis Frank et Philippe Malgouyres. Catalogue publié à l’occasion de l’exposition présentée à Paris, au musée du Louvre, du 2 avril au 29 juin 2015 », Revue des sciences religieuses, 89/4 | 2015, 533-535.

Référence électronique

Denis Donetzkoff, « La Fabrique des saintes images : Rome-Paris 1580-1660. Sous la direction de Louis Frank et Philippe Malgouyres. Catalogue publié à l’occasion de l’exposition présentée à Paris, au musée du Louvre, du 2 avril au 29 juin 2015 », Revue des sciences religieuses [En ligne], 89/4 | 2015, mis en ligne le 05 février 2016, consulté le 25 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/2881

Haut de page

Auteur

Denis Donetzkoff

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page