Navigation – Plan du site
Recensions

Poussin et Dieu. Sous la direction de Nicolas Milovanovic et Mickaël Szanto

Paris, Hazan-Louvre éditions, 2015, 487 p.
Denis Donetzkoff
p. 531-533
Référence(s) :

Poussin et Dieu. Sous la direction de Nicolas Milovanovic et Mickaël Szanto, Paris, Hazan-Louvre éditions, 2015, 487 p.

Texte intégral

1Deux expositions complémentaires superbes, dont deux très beaux catalogues rendent compte, permettant ainsi à ceux qui n’ont pas eu le bonheur de se rendre au Louvre d’en découvrir la richesse et la beauté, se sont tenues à Paris du 2 avril au 29 juin 2015.

2L’exposition consacrée Nicolas Poussin (1594-1665) présente « plus d’une centaine d’œuvres, peintures et dessins provenant aussi bien de grandes collections publiques que de collections privées et dont certaines ont rarement, voire jamais, été exposées ». En l’intitulant « Poussin et Dieu », ses organisateurs entendent inviter « le visiteur à une enquête sur le rapport d’un individu, ici un peintre, à Dieu, à son Dieu » à partir de l’étude de ses œuvres, dont ils se demandent s’il est possible de les « lire comme un texte » et de « déduire » à partir d’elles « les prises de position théologique d’un artiste qui s’est peu exprimé verbalement sur la question ». Suffit-il finalement de constater qu’un peintre a produit beaucoup de tableaux à sujets religieux pour en déduire qu’il avait la foi, et en vérifier la nature et la qualité ? Ou bien les œuvres présentées suffisent-elles à rendre témoignage de la foi de l’artiste ?

3Remarquablement illustré et littéralement farci de textes et de citations judicieusement choisis et singulièrement éclairants, le catalogue commence par une série d’études. Les responsables de ce magnifique volume ouvrent le feu et soulignent qu’« à l’abondance des œuvres religieuses […] s’ajoute une grande cohérence dans les sujets abordés », qu’il s’agisse de la Vierge, du Christ, des « épisodes de l’Ancien Testament, qui annoncent, sous le voile de l’énigme, la venue du Rédempteur », mais également des « sujets propres à méditer la puissance de la Providence divine et les vanités des choses d’ici-bas ». Ils soulignent que « les tableaux religieux de l’artiste n’ont livré qu’une part infime de leur message » et rappellent l’invitation de l’artiste lui-même à « lire » ses tableaux : « Refuser de regarder son œuvre à l’aune de la spiritualité chrétienne, ce serait négliger la puissance d’invention d’un artiste d’exception » qui s’est révélé « capable, au nom de la liberté poétique, de mêler le profane et le sacré pour mieux méditer les mystères de la religion ».

4Poussin invitait d’ailleurs lui-même à considérer ses tableaux comme une muette prédication. Lorsqu’il envoya à son ami Chantelou son tableau La pénitence, il lui écrivait : « Je ne vous ferai là-dessus aucun prologue car le sujet est représenté en manière qu’il me semble qu’il n’a pas besoin d’interprète, pourvu seulement qu’on ait lu l’Évangile ». Le Bernin confirme que son but, l’artiste l’a atteint, puisqu’au témoignage du même Chantelou, qui lui avait montré dans sa galerie L’Extrême-onction, le Bernin « l’a [regardée] debout quelque temps », avant de se mettre « à genoux pour la mieux voir », avant de déclarer « que cela faisait le même [effet] qu’une belle prédication qu’on écoute avec attention fort grande et dont on sort après sans rien dire… mais que l’effet s’en ressent au-dedans ».

5Les œuvres exposées sont regroupées selon sept thèmes : Poussin et le catholicisme romain ; La Sainte Famille ; Poussin et ses amitiés chrétiennes ; Fortune, destin et Providence ; Poussin et Moïse ; Poussin et le Christ ; Paysages sacrés.

6L’abondance et la richesse de ces pages sont trop grandes pour tout présenter ici. Je m’arrêterai seulement d’abord sur la section consacrée au Christ, dont « la figure devient dominante » dans l’œuvre du peintre à partir de 1650, sous l’influence « d’une évolution christocentrique et augustinienne de la peinture sacrée de Poussin ». L’étude attentive des « sujets christiques peints par Poussin » montre qu’ils « relèvent d’une mystique avant tout augustinienne » et privilégient « l’Évangile de Jean ». C’est ainsi, par exemple, qu’au centre du Christ et la femme adultère, on ne peut pas ne pas remarquer la figure d’« une jeune femme portant un enfant » rappelant « l’allégorie de la Charité ». On est de même frappé, dans La lamentation sur le Christ mort, par le face à face poignant des « visages du Christ mort et de saint Jean, comme si l’évangéliste méditait […] les mystères […] qui lui ont été communiqués alors qu’il reposait sur la poitrine du Seigneur ».

7Mais c’est sans doute dans la dernière section, consacrée aux paysages, que se révèlent les plus grandes surprises et se livre peut-être la clef de la foi de Poussin, là justement où on ne l’attendrait pas immédiatement. Ainsi les Quatre Saisons, réalisées pendant les dernières années de la vie de Poussin, alors qu’il est déjà malade, selon « une iconographie sans précédent », révèlent à travers une « lecture spirituelle […] l’omniprésence de la figure du Christ ». Il n’est possible de l’expliquer que « par une foi chrétienne […] habitée par l’imaginaire du monde antique, mais néanmoins sincère ». Il s’agit du Printemps ou Le Paradis terrestre ; de L’Été ou Ruth et Booz ; de L’Automne ou La Grappe de Canaan ; de L’Hiver ou Le Déluge. Dans ce cycle, le peintre a « réussi une synthèse unique entre les deux traditions, antique et chrétienne, qui ont inspiré toute son œuvre ». Ou encore « dans le spectaculaire Paysage de tempête avec Pyrame et Thisbé », dans lequel Poussin « concentre l’ensemble des thèmes qui lui sont chers », c’est-à-dire : « L’ordre caché du monde, la Providence divine, le cycle des temps, les tours de la Fortune, les passions aveuglantes et la beauté supérieure de la nature dont la contemplation, support de la tranquillité de l’esprit, conduit vers Dieu ». C’est ainsi que « le Christ augustinien constitue […] la clef de lecture cachée » de ce cycle. En effet, « chacun des épisodes bibliques renvoie […] par le truchement de l’exégèse, à la figure du Christ ».

8Le sceau utilisé par Poussin pour cacheter ses lettres représente « la figure de la Confiance » symbolisée « par une jeune femme tenant dans ses bras un navire », rappelant aussi bien « celui de Virgile qui s’apprête à affronter les dangers de la mer pour rejoindre les côtes de la Grèce », que « la nacelle des apôtres sur le Lac de Tibériade affrontant la fureur des flots » ou encore constitue une « allégorie du chrétien » qui rejoint « les rives de l’éternité » selon l’emblématique du temps codifiée par Cesare Ripa principalement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Donetzkoff, « Poussin et Dieu. Sous la direction de Nicolas Milovanovic et Mickaël Szanto », Revue des sciences religieuses, 89/4 | 2015, 531-533.

Référence électronique

Denis Donetzkoff, « Poussin et Dieu. Sous la direction de Nicolas Milovanovic et Mickaël Szanto », Revue des sciences religieuses [En ligne], 89/4 | 2015, mis en ligne le 05 février 2016, consulté le 21 août 2017. URL : http://rsr.revues.org/2878

Haut de page

Auteur

Denis Donetzkoff

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page