Navigation – Plan du site
Recensions

Emmanuel Pic, Les filles de Dieu. Aux origines de Port-Royal (1608-1638)

Paris-Perpignan, Desclée de Brouwer-Artège, 2015, 263 p.
Denis Donetzkoff
p. 530-531
Référence(s) :

Emmanuel Pic, Les filles de Dieu. Aux origines de Port-Royal (1608-1638), Paris-Perpignan, Desclée de Brouwer-Artège, 2015, 263 p.

Texte intégral

1Disons-le d’emblée, l’ouvrage d’Emmanuel Pic se lit agréablement. Peut-être n’est-on plus aujourd’hui habitué au style quelque peu fleuri dans lequel il est rédigé, qui tient sans doute plus de l’histoire romancée que de l’ouvrage historique proprement dit. Cependant, même si les dialogues entre les personnages qu’il évoque sont recomposés, les faits qu’ils relatent ont été puisés aux bonnes sources, qu’il eût été bon d’indiquer de manière plus précise dans l’Épilogue. Il est intéressant, certes, d’indiquer que les textes auxquels l’on a eu recours sont numérisés et accessibles sur Google, mais il eût valu la peine d’indiquer que beaucoup de ces textes anciens avaient fait récemment l’objet d’éditions critiques renouvelant notre connaissance de Port-Royal et disponibles dans le commerce ou consultables en bibliothèque. Il eût de même été utile d’indiquer l’existence de la Société des amis de Port-Royal et les volumes de Chroniques publiés chaque année, livrant le texte des colloques annuels organisés par cette Société. Quelques approximations historiques n’ont pas été évitées. C’est ainsi, par exemple, que s’il est vrai que la famille de Saint-Cyran a fait fortune dans le commerce de la boucherie, elle y avait réalisé une ascension sociale rapide et avait ainsi pris pied dans le grand négoce, avait accédé aux fonctions de monnayeurs, d’adjudicataires de fermes, de trésoriers publics et même aux charges municipales : les Duvergier appartiennent de fait à la bonne bourgeoisie de Bayonne. Ce n’est pas pour avoir suivi à Tours Bertrand d’Eschaux, qui venait de passer du siège de Bayonne à celui de Saint-Martin, que Jean Duvergier devient abbé commendataire de Saint-Cyran-en-Brenne, mais pour être devenu le familier de La Rochepozay, évêque de Poitiers, dont il avait défendu l’action militaire pour la défense de sa ville épiscopale contre les troupes de Condé. Il est permis de sourire en apprenant que « Maman Duvergier était inconsolable de le [Jansénius] voir dédaigner le lit qu’elle avait pourtant garni d’un gros édredon de plumes d’oie en provenance de l’entreprise paternelle – à la boucherie de Bayonne, on ne jetait rien » (p. 15). Ce n’est pas en 1630, après la Journée des Dupes, que « s’évanouirent [ses] espérances séculières » (p. 178), mais déjà en 1622, lorsqu’il se défait en faveur de son frère Jean du domaine familial de Camp-des-Prats.

2Quoiqu’il en soit de ces quelques réserves, l’ouvrage d’Emmanuel Pic constitue une introduction agréable et aisée à lire aux graves questions qui agitent la France religieuse de la première moitié du xviie autour de ces foyers spirituels que sont l’abbaye de Port-Royal-des-Champs et celle de Tart, toutes deux filles de Cîteaux, avant que Port-Royal ne passe sous la juridiction de l’archevêque de Paris en 1627 et qu’en 1630 la charge d’abbesse ne soit plus à la nomination royale mais devienne élective.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Donetzkoff, « Emmanuel Pic, Les filles de Dieu. Aux origines de Port-Royal (1608-1638) », Revue des sciences religieuses, 89/4 | 2015, 530-531.

Référence électronique

Denis Donetzkoff, « Emmanuel Pic, Les filles de Dieu. Aux origines de Port-Royal (1608-1638) », Revue des sciences religieuses [En ligne], 89/4 | 2015, mis en ligne le 05 février 2016, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://rsr.revues.org/2876

Haut de page

Auteur

Denis Donetzkoff

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page