Navigation – Plan du site

Un mode de relation entre Rome et Constantinople : la vénération commune des saints

Syméon A. Paschalidis
p. 461-479

Résumés

Trois éléments favorisent les relations ecclésiales entre Rome et Constantinople jusqu’à la fin du Moyen-Âge, y compris après le schisme : le maintien du grec en Occident, les traductions latines et grecques, dans un sens et dans l’autre, en partie favorisées par l’émigration vers l’Ouest de savants byzantins et les voyages de pèlerins à Rome, Thessalonique et Constantinople, et, de façon décisive, la traduction du calendrier des saints. La découverte et l’édition de textes hagiographiques enrichissent encore aujourd’hui la connaissance de ce patrimoine commun. On peut alors observer comment le culte commun de martyrs et de saints constitue un lieu de communion, malgré les divisions et les aléas de l’histoire. La circulation des reliques, y compris avec ses ambiguïtés politiques, en est également un des signes tangibles tout au long du Moyen Âge.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2017.

Plan

I. Le martyrologe hiéronymien : un témoin précoce de communion des saints entre l’est et l’ouest
II. La transmission littéraire de textes hagiographiques entre Byzance et l’Occident
III. Les saints, signes de l’unité entre Orient et Occident
IV. L’« échange » de saints entre l’Occident et l’Orient
Saints occidentaux en Orient
Saints orientaux en Occident
La circulation des reliques sacrées

Aperçu du texte

Le facteur principal de la configuration et de l’évolution des relations ecclésiastiques entre Rome et l’empire byzantin et principalement son centre administratif, Constantinople, fut, dès le tout début de leur histoire, le cadre d’organisation de leur culte et les échanges spirituels variés entre l’Orient et l’Occident, élément essentiel d’expression de l’unité ecclé­sia­stique, au-delà de toute diversité ou divergence enregistrées avec l’évolution des formes liturgiques locales, de la souveraineté byzantine en Orient et romaine en Occident.

La langue grecque demeura durant au moins les quatre premiers siècles le moyen privilégié de communication, puisque, c’est bien connu, elle a toujours gardé une place importante en Occident en tant que langue d’éducation ; le grec fut la langue principale de la Rome chrétienne durant le troisième siècle, tandis que le latin, considéré par les écrivains ecclésiastiques de l’Occident tels qu’Augustin, comme un outil majeur de l’expansionnisme rom...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Syméon A. Paschalidis, « Un mode de relation entre Rome et Constantinople : la vénération commune des saints », Revue des sciences religieuses, 89/4 | 2015, 461-479.

Référence électronique

Syméon A. Paschalidis, « Un mode de relation entre Rome et Constantinople : la vénération commune des saints », Revue des sciences religieuses [En ligne], 89/4 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2017, consulté le 20 août 2017. URL : http://rsr.revues.org/2847 ; DOI : 10.4000/rsr.2847

Haut de page

Auteur

Syméon A. Paschalidis

Département de théologie pastorale et sociale. Université Aristote de Thessalonique

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page