Navigation – Plan du site

La rencontre de l’orthodoxie et de l’islam au 14siècle : les positions de Grégoire Palamas et de l’empereur Jean VI Cantacuzène

Apostolos Kralidis
Traduction de Françoise Vinel et Christos Filiotis
p. 451-459

Résumés

L’installation du pouvoir ottoman en Asie Mineure et en Grèce n’est évidemment pas une réalité uniforme aux 13e et 14e siècles, et des tensions existaient, à l’intérieur même de l’islam comme dans les sphères du pouvoir byzantin. Dans les écrits chrétiens de cette période, une meilleure connaissance des sources apporte un éclairage sur des relations complexes entre islam et christianisme. Au milieu du 14e s., le témoignage de l’action et des œuvres de Grégoire Palamas, un temps prisonnier des Turcs, et de Jean VI Cantacuzène, empereur puis moine, montre qu’au plan religieux, des tentatives de dialogue existent. L’apologie de la foi chrétienne et la critique sévère de « l’autre » sont cependant dominantes, alors même qu’un certain pragmatisme politique conduit à des alliances avec le nouveau pouvoir.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2017.

Plan

I. Quelques rappels historiques
II. Deux témoins de la rencontre avec l’islam
II. 1. Grégoire Palamas et l’expérience de la captivité
II. 2. Jean VI Cantacuzène

Aperçu du texte

I. Quelques rappels historiques

À la fin du 13e s., les principales provinces de l’Empire byzantin et presque toute l’Asie Mineure passent sous occupation turque, pendant que de petits émirats remplacent le pouvoir Seldjoukide reconnu jusque-là. L’impuissance de ces derniers à réconcilier les factions opposées de l’islam sunnite officiel et de l’islam turc « laïc » des tribus nomades, c’est-à-dire la foi musulmane adaptée aux couches populaires (un islam mêlé à des superstitions et à des traditions pré-islamiques) a créé les conditions pour la fondation de l’état ottoman.

À sa tête était Osman, émir d’une tribu turque de la région qui s’étendait du lac de Nicée au massif montagneux de Domaniç. Sa victoire sur les Byzantins à la bataille de Bapheus en 1302, malgré les tentatives manquées de l’empereur Michel IX Paléologue par des contacts diplomatiques, donna la supériorité militaire à Osman et à cause de cela à Orchan ; progressivement et jusqu’en 1337, ils conquirent presque toutes l...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Apostolos Kralidis, « La rencontre de l’orthodoxie et de l’islam au 14siècle : les positions de Grégoire Palamas et de l’empereur Jean VI Cantacuzène », Revue des sciences religieuses, 89/4 | 2015, 451-459.

Référence électronique

Apostolos Kralidis, « La rencontre de l’orthodoxie et de l’islam au 14siècle : les positions de Grégoire Palamas et de l’empereur Jean VI Cantacuzène », Revue des sciences religieuses [En ligne], 89/4 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2017, consulté le 29 avril 2017. URL : http://rsr.revues.org/2803 ; DOI : 10.4000/rsr.2803

Haut de page

Auteur

Apostolos Kralidis

Département de Théologie pastorale et sociale
Université Aristote – Thessaloniquefr

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page