Navigation – Plan du site

La réception du Concile de Chalcédoine dans la Mystagogie de Maxime le Confesseur

Marie-Lucie Charpin-Ploix
p. 373-392

Résumés

Il s’agit de démontrer sur texte que la Mystagogie de Maxime le Confesseur constitue une réponse à l’interdiction de parler du nombre d’activité en Christ. En s’inscrivant dans la réception du Concile de Chalcédoine et par une initiation au mystère réalisée grâce à l’Église, Maxime amène à reconnaître par une suite de contemplations la compatibilité de l’unité et de la différence dans tous les êtres selon le dessein de Dieu, y compris dans la tension du monde présent, puis la réalisation de la synergie des activités divines et humaines au cours de la syntaxe et dans l’exercice de la philanthropie. Ainsi, tout en gardant le silence au sujet du nombre d’activités en Christ, il montre comment l’Église introduit au mystère du Christ.

Haut de page

Notes de la rédaction

Marie-Lucie Charpin-Ploix a enseigné la patristique à l’Institut Catholique de Paris. Elle a publié une traduction de la Mystagogie dans la collection Pères dans la foi.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juillet 2017.

Plan

I. La Mystagogie
II. L’analyse textuelle du préambule au chapitre 7
1. La finale du préambule
2. Une première approche contemplative : le chapitre 1
3. La contemplation naturelle : les chapitres 2-5
a. La mise en rapport de l’église et du monde entier : le chapitre 2
b. La mise en rapport de l’église et de l’âme : le chapitre 5
4. La contemplation scripturaire : les chapitres 6 et 7
a. La mise en rapport de l’Écriture et de l’homme : le chapitre 6
b. La mise en rapport du monde et de l’homme : le chapitre 7
III. L’analyse thématique des chapitres 8 à 24
1. La contemplation liturgique : les chapitres 8 à 24
2. La participation à la philanthropie divine : les exhortations finales

Aperçu du texte

La réception de Chalcédoine est considérée comme un trait majeur de l’œuvre de Maxime le Confesseur (580‑662). Mais une question surgit aussitôt : dans telle œuvre précise, la référence à Chalcédoine revêt-elle une priorité particulière, signifiant dès lors que cette œuvre fait partie intégrante de la lutte de Maxime contre le monoénergisme et le monothélisme, ou se trouve-t-elle présente parmi d’autres sans signifier pour autant que cette œuvre en fasse partie ?

Cette question se pose au sujet de la Mystagogie. En effet, bien que le vocabulaire chalcédonien y soit présent, il n’est jamais utilisé explicitement au sujet du Christ. De plus, bien que le thème de l’activité y soit récurrent, il n’y est pas traité une seule fois du nombre d’activités en Christ. Enfin, l’ensemble convergeant sur la réalisation progressive de la divinisation des hommes, elle semble s’opposer aux thèses de l’origénisme radical. À première vue, il ne semble donc pas qu’elle fasse partie des œuvres polémiques...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Lucie Charpin-Ploix, « La réception du Concile de Chalcédoine dans la Mystagogie de Maxime le Confesseur », Revue des sciences religieuses, 89/3 | 2015, 373-392.

Référence électronique

Marie-Lucie Charpin-Ploix, « La réception du Concile de Chalcédoine dans la Mystagogie de Maxime le Confesseur », Revue des sciences religieuses [En ligne], 89/3 | 2015, mis en ligne le 01 juillet 2017, consulté le 22 mai 2017. URL : http://rsr.revues.org/2768 ; DOI : 10.4000/rsr.2768

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page