Navigation – Plan du site

De la beauté des psaumes tardifs : petite promenade exégétique à travers les Psaumes de Salomon

Patrick Pouchelle
p. 299-310

Résumés

Les psaumes non canoniques, dont les Psaumes de Salomon, ont longtemps pâti d’une mauvaise réputation. Leur rejet de la Bible officielle du judaïsme et du christianisme semblait confirmé par un style considéré comme lourd. Principalement perçus comme une source historique pour le messianisme juif et chrétien, les Psaumes de Salomon ne se limitent pas à cela et méritent d’être davantage connus. L’objectif de cet article est de présenter ces psaumes sous des angles peu étudiés, tels que leurs formes, leur ressort poétique et leurs allusions scripturaires.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 H. Ludin Jansen, Die Spätjüdische Psalmendichtung ihr Entstehungkreis und ihr Sitz im Leben. Eine l (...)
  • 2 S. Holm-Nielsen, « Religiöse Poesie des Spätjudentums », Aufstieg und Niedergang der römischen Welt(...)

1Les psaumes non canoniques ont longtemps joui d’une mauvaise réputation. Leur rejet de la Bible officielle du judaïsme et du christianisme semblait confirmé par un style considéré comme lourd et ampoulé. Ils n’étaient, au fond, qu’une imitation sans grande valeur des « beaux » psaumes canoniques. Bien heureusement, ce constat a largement évolué et l’école nordique représentée par Ludin Jansen1 et Holm-Nielsen2 a su reconnaître le génie des auteurs de ces écrits. Faire éprouver au lecteur la richesse de ces créations est l’objectif de cet article.

  • 3 Voir par exemple le doublet Ps 18 et 2 S 22, 1-51, ou encore la prière de Néhémie, Ne 9, 4-37.

2La collection des 150 psaumes du texte massorétique ne fut pas close avant l’ère chrétienne, ainsi la Septante en compte un de plus. De fait, la production de psaumes fut maintenue jusqu’à une époque assez récente. On compte ainsi des psaumes surnuméraires, de Ps 151 à 155, ainsi que quelques psaumes isolés telles que la prière de Manassé. Cependant la production fut telle qu’il exista au moins deux collections juives indépendantes (les Psaumes de Salomon et les Hodayot) et une collection chrétienne (les Odes de la Septante, à ne pas confondre avec les Odes de Salomon). Enfin, comme dans la Bible hébraïque3, un certain nombre de narrations pseudépigraphes intégraient des parties psalmiques, telles que le Psaume de Taxo (Testament de Moïse 10, 1-10), la prière d’Énoch (1 Enoch 84, 1-6) et celle d’Aseneth (Joseph et Aseneth 12).

  • 4 Le commentaire le plus récent est celui de K. Atkinson, I cried to the Lord, A Study of the Psalms (...)
  • 5 La recherche hésite entre les Pharisiens, les Esséniens quand elle ne se contente pas de décrire un (...)
  • 6 L’opposition entre les « justes » et les « pécheurs » est un des principaux ressorts de ces psaumes (...)
  • 7 Cf. AtkinsonI Cried to the Lord, p. 129-179.

3Parmi ces œuvres, nous observerons les Psaumes de Salomon [Ps Sol]. Il est vrai que l’auteur de ces lignes les connait mieux que les autres textes. Par ailleurs, cette collection recèle suffisamment de beautés et de surprises pour qu’il ne soit pas nécessaire de faire appel à d’autres œuvres. Contrairement à nombre de contributions sur ces textes4, nous ne nous appesantirons pas sur les questions toujours ouvertes, à savoir quelle communauté les a écrits5 et contre qui6, quel messianisme ils promeuvent7. Au contraire, nous nous promènerons dans ces textes sous d’autres angles :

  1. Les formes 

  2. La poésie 

  3. L’intertextualité

1. Les formes

  • 8 H. Gunkel, Einleitung in die Psalmen, Die Gattungen der religiösen Lyrik Israels, 4e édition, Götti (...)
  • 9 Ps 9-10 ; 12 ; 77 ; 90 ; 94 …
  • 10 Gunkel, Einleitung in die Psalmen, p. 397-404 ; voir aussi C. Westermann, Lob und Klage in den Psal (...)

4Gunkel8 avait défini pour les psaumes canoniques cinq principales formes : hymnes, lamentations communautaires, lamentations individuelles, remerciements individuels et psaumes royaux. Devant la richesse des psaumes canoniques, il avait également défini quelques formes « mineures » : psaumes de pèlerinages, psaumes de Sagesse, remerciements communautaires et psaumes liturgiques. Cependant, un certain nombre de psaumes résistaient à toute classification et semblaient présenter un caractère mixte9. Gunkel avait bien noté qu’un tel caractère se retrouvait dans les Psaumes de Salomon10.

  • 11 Voir aussi S. Holm-Nielsen, « Erwägungen zu dem Verhältnis zwischen den Hodajot und den Psalmen Sal (...)

5L’un des points les plus éclatants est l’hésitation entre l’individu et la communauté par l’utilisation conjointe dans le même psaume des pronoms de la première personne au singulier et au pluriel11. Ainsi, le Ps Sol 5 commence par un cri à la première personne du singulier :

  • 12 Sauf indication contraire, les traductions sont tirées de P. Prigent, « Les Psaumes de Salomon », d (...)

[…] Quand je crie vers toi, ne garde pas le silence (Ps Sol 5, 1)12

Il se poursuit ensuite par un cri à la première personne du pluriel :

Dans la détresse nous invoquerons ton secours, et toi tu ne repousseras pas notre prière car tu es notre Dieu (Ps Sol 5, 5)

Il rebascule un peu plus loin au singulier :

Lorsque j’aurais faim, je crierai vers toi, ô Dieu (Ps Sol 5, 8)

Il se termine au pluriel :

Bénie soit la Gloire du Seigneur, car il est notre roi (Ps Sol 5, 19)

6Ces changements sont tellement abrupts que pour nombre d’entre eux, les critiques ont envisagé des erreurs de traduction ou de copie. Ainsi, le premier verset de Ps Sol 13 est souvent corrigé par la critique moderne :

La droite du Seigneur nous a protégés, la droite du Seigneur nous a épargnés

Pourtant, une traduction plus littérale du grec serait :

  • 13 Traduit selon Prigent, « Les Psaumes de Salomon », p. 978, n. XIII. 1. Le problème se pose surtout (...)

La droite du Seigneur m’a protégé, la droite du Seigneur nous a épargnés13.

7Au-delà de cette hésitation entre le singulier et le pluriel, il faut également noter le passage fréquent de la première à la troisième personne. Le psalmiste décrit volontiers l’homme ou la communauté en employant des mots techniques, tels que le(s) pieux, le(s) saint(s) ou le(s) pauvre(s). Ainsi, il est fréquent que ces textes commencent à la première personne puis basculent ensuite à la troisième. Ps Sol 15 débute par un unique verset à la première personne du singulier puis traite ensuite de la différence entre les justes et les pécheurs.

  • 14 M. de Jonge, Outside the Old Testament, Cambridge, Cambridge University Press, 1985, p. 159.
  • 15 Cf. G. L. Davenport, « The ‘Anointed of the Lord’ in Psalms of Solomon 17 », Ideal Figures in Ancie (...)

8Ces hésitations sont le signe de constructions complexes. Du point de vue de la forme, ces textes présentent fréquemment un genre mixte. Ainsi, Ps Sol 17 est fréquemment catalogué parmi les psaumes de lamentations14, alors qu’il présente un savant patchwork de lamentations, prières, hymnes, louanges15

9Ainsi le Psaume débute et se termine par un hymne à la royauté divine :

Seigneur tu es notre roi à jamais et toujours (Ps Sol 17, 1)
Le Seigneur est notre roi à jamais et toujours (Ps Sol 17, 46)

10La lamentation proprement dite se situe en première partie du Psaume (Ps Sol 17, 5-6 ; 11‑20). Mais elle est précédée par une argumentation logique de type sapientiel :

Qu’est-ce que la durée de vie de l’homme sur la terre ? Comme de cette durée, ainsi en est-il de tout espoir humain. Mais nous, nous espérons en Dieu notre sauveur, car la puissance de notre Dieu est éternelle (Ps Sol 17, 2-3).

11En s’appuyant sur une question rhétorique soulignant la brièveté de l’existence humaine, l’auteur souligne tout à la fois la vanité des espoirs humains et la force de son espérance en Dieu. La lamentation est entrecoupée d’une louange à Dieu qui a renversé les pécheurs.

Fidèle est le Seigneur en tous ses jugements exercés sur la terre (Ps Sol 17, 10)

Elle se termine sur une prière :

Regarde, Seigneur, et suscite-leur leur roi, fils de David (Ps Sol 17, 21)

  • 16 Il s’agit du Ps 72 qui est également pris comme référence par le Psaume de Salomon 17 et qui est, d (...)
  • 17 Cf. M. de Jonge, « The Use of the Word ‘Anointed’ in the Time of Jesus », Novum Testamentum 8 (1966 (...)

12Cette prière est importante car elle marque le commencement d’une partie qui décrit le « messie » attendu. Cette description du « messie » est basée sur les psaumes royaux. Or aucun des psaumes royaux, sauf un, ne comporte une prière16. Par ce mélange des genres, le psalmiste enracine une attente royale terrestre dans un contexte historique d’oppression, tout en affirmant avec force que la royauté parfaite n’appartient qu’à Dieu17.

  • 18 Cf. Gunkel, Einleitung in die Psalmen, p. 403.

13Enfin, si Ps Sol 16 semble être forgé sur un modèle de psaume de remerciement, Ps Sol 13 ne fait que débuter par cette forme (Ps Sol 13, 1-4) pour se terminer par une réflexion sur le destin des justes et des pécheurs (Ps Sol 13, 5-12)18.

14En revanche, la plupart des psaumes se termine par une doxologie :

Que le Seigneur soit à jamais béni par ses serviteurs (Ps Sol 2, 37)

Que ta grâce, Seigneur, soit sur tous ceux qui t’aiment (Ps Sol 4, 25)

Béni soit le Seigneur qui fait miséricorde à ceux qui l’aiment dans la vérité (Ps Sol 6, 6)

La grâce du Seigneur soit sur Israël à jamais et toujours (Ps Sol 11, 9)

  • 19 Holm-Nielsen, « Erwägungen zu dem Verhältnis zwischen den Hodajot und den Psalmen Salomos », p. 126 (...)

15Sans être stéréotypées, ces finales sont une caractéristique des Psaumes de Salomon qui les distinguent, par exemple, des Hodayot davantage marqués par des formules introductives19.

2. La poésie

16En tant que poésie sémitique, ces textes présentent des exemples de parallelorum membrorum :

A – Comme mon âme délaissait le Seigneur,
B – J’ai failli sombrer dans un fatal sommeil
A’ – Comme j’étais loin de Dieu,
B’ – mon âme a presque glissé dans la mort. (Ps Sol 16, 1‑2)

  • 20 Cette structure est bien évidemment présente en grec où « comme » correspond à en. L’éloignement de (...)

17Cette structure possède une structure strictement parallèle en A-B A’-B’ où A correspond au thème de l’éloignement de Dieu, tandis que B correspond à la mort. Mais cette structure est rendue plus complexe par un chiasme sur « je » et « mon âme20 ». Ps Sol 6 comporte deux exemples de structures en chiasme :

A – Heureux l’homme
B – dont le cœur se tient prêt à invoquer le nom du Seigneur
B’ – Quand il se souviendra du nom du Seigneur
A’ – Il sera sauvé (Ps Sol 6, 1)

et

A – Le Seigneur exauce
B – la prière de quiconque craint Dieu ;
B’ – et la requête de l’âme qui espère en lui,
A’ – le Seigneur l’accomplit (Ps Sol 6, 6)

18L’utilisation de cette structure prend un tour encore plus dramatique dans le Ps Sol 3 quand deux parties s’opposent :

19Le juste a trébuché, mais il a proclamé que le Seigneur est juste

20Il est tombé, mais son regard attend l’intervention de Dieu (Ps Sol 3, 5)

  • 21 Entre les deux stiques se situe ici un stique complémentaire qui indique que le pécheur a accumulé (...)

Le pécheur a trébuché, il a maudit sa vie et le jour de sa naissance où sa mère l’enfanta […]21
Il est tombé, mais fatale est sa chute : il ne se relèvera pas (Ps Sol 3, 9‑10)

21Deux stiques parallèles sont ensuite opposés. Si le juste comme le pécheur chutent, leur réaction et leur destin diffèrent considérablement. Le juste s’en réfère au Seigneur, examine sa vie, se réforme et est pardonné. De son côté, le pécheur maudit sa vie et, ayant accumulé trop de péchés, est définitivement jugé.

  • 22 Cf. Holm-Nielsen, « Die Psalmen Salomos », p. 56.

22Cependant, ce type de construction n’est pas utilisé dans l’intégralité des psaumes. Dans nombre d’entre eux on distingue avec peine de telles structures et les strophes ne se laissent pas aisément délimiter22. On trouve par exemple des accumulations :

Que Dieu éloigne des innocents les lèvres des impies et les frappe de terreur !
Que les os des calomniateurs soient dispersés loin de ceux qui craignent le Seigneur !
Que la langue médisante périsse loin des saints dans le feu flamboyant !
Que le Seigneur garde l’âme paisible qui hait les injustes !
Que le Seigneur assure les pas de quiconque travaille pour la paix dans sa maison !
Que le salut du Seigneur soit sur Israël son serviteur à jamais !
Que les pécheurs périssent tous ensemble loin du Seigneur, et que les saints du Seigneur héritent des promesses ! (Ps Sol 12, 4‑6)

23Si on peut y retrouver quelques parallélismes (entre les lèvres des impies et la langue médisante) ou quelques oppositions (entre les pécheurs qui périssent et les saints qui héritent), il est délicat d’y déterminer une structure claire sans forcer le texte. On retrouve de telles listes en Ps Sol 17, 22-25 ou Ps Sol 4, 14-20 dans un contexte de malédictions.

24On trouve également assez fréquemment une structure où un verset est suivi d’un « répons » introduit par « car » ou « oui » (en grec hoti) :

Si tu veux envoyer la mort, tu lui donneras des ordres à notre sujet,car tu es miséricordieux, et ta colère n’ira pas jusqu’à nous anéantir (Ps Sol 7, 4-5)

Ou bien :

Terrible est en effet la ruine du pécheur. Mais rien de tout cela n’atteindra le juste,
car le châtiment du juste (coupable) sans le savoir n’est pas comparable à la ruine de celui qui pèche consciemment. (Ps Sol 13, 6-7)

Ou encore :

Le Seigneur épargnera ses saints, il effacera leurs fautes par un châtiment,
car la vie des justes est promise à l’éternité, mais les pécheurs seront enlevés pour la perdition (Ps Sol 13, 10-11)

  • 23 Ce que Winninge, Sinners and the Righteous, p. 22, appelle « Substitution on abstraction level ».

25Une autre technique de composition consiste à utiliser des « niveaux d’abstraction » pour récapituler toute une partie du texte23 :

  • 24 Ici, Prigent, « Les Psaumes de Salomon », p. 956, donne un synonyme de ce qui est remplacé par l’ab (...)

Dans mon sein et mes entrailles, je souffre de tout cela24 (Ps Sol 2, 14)
Car nous sommes pleins de honte, nous rougissons de tout cela (Ps Sol 9, 6)
Mais de tout cela le Seigneur nous a préservés (Ps Sol 13, 4)
Mais rien de tout cela n’atteindra le juste (Ps Sol 13, 6)

26On peut aussi noter d’autres techniques, telles que l’utilisation de surnoms. Au lieu de désigner une personne en particulier, surtout s’il s’agit d’un méchant, on utilisera un sobriquet, en faisant appel à la sagacité du lecteur : qui est le « dragon » de Ps Sol 2, 25, le « sacrilège » de Ps Sol 4, 1, « l’impie » de Ps Sol 13, 5 et celui de Ps Sol 17, 11 ?

27Enfin, on notera également l’utilisation d’images et de métaphores telles que la comparaison de la langue mensongère avec le feu dévastateur :

La langue du méchant tient des propos habiles à pervertir. Comme dans l’aire un feu renaît de la paille, (ainsi), là où il passe, met-il le feu aux maisons d’un discours mensongers (Ps Sol 12, 2-3)

28Le texte continue en développant une autre image :

Pour détruire, d’une flamme criminelle, les arbres qui font la joie de Dieu (Ps Sol 12, 3)

  • 25 Prigent, « Les Psaumes de Salomon », p. 977, n. 3.

29Ces arbres désignent les justes25, comme le montre un autre des Psaumes :

Le paradis du Seigneur, les arbres de vie, ce sont ses saints. Leur plantation est enracinée pour l’éternité, on ne l’arrachera pas tant qu’il y aura des cieux, car le lot est l’héritage de Dieu, c’est Israël. (Ps Sol 14, 3-5)

  • 26 1QH VIII, 5 6.
  • 27 L’arbre de vie est dans le paradis (Gn 2, 9). L’image de l’arbre de vie est reprise également dans (...)
  • 28 Nous n’approfondirons pas davantage l’épineuse question de la canonicité des textes au temps des Ps (...)

30Cette métaphore se retrouve dans la littérature de Qumrân26 mais pas telle quelle dans la Bible27. Cette manière de construire des idées originales par rapport à la Bible tout en utilisant du matériau biblique est caractéristique de nos psaumes qui ont largement recours à l’intertextualité28.

3. Intertextualité

31Les commentaires de ces textes fourmillent de notes indiquant pour chaque verset une allusion aux textes bibliques. Le Psalmiste solomonien connait les Écritures et s’en sert pour forger des idées nouvelles.

Seigneur Dieu, je louerai ton nom avec allégresse, au milieu de ceux qui connaissent tes justes jugements (Ps Sol 5, 1)

  • 29 Tel que Ps 145[144], 2, Ps 69[68], 31 et même la prière de Si 51, 10.

32L’idée de louer le nom se retrouve dans les psaumes canoniques29. En particulier en Ps 21[22], 23 :

Je parlerai de ton nom à mes frères, au milieu de l’assemblée, je te louerai. (Nouvelle Bible Segond).

  • 30 Ps Sol 2, 10 ; 8, 8. 25.

33Ici, l’intertextualité suggère que l’auteur des Psaumes de Salomon définit l’assemblée (qāhāl dans le texte hébreu ou ekklêsia dans le texte grec) par « ceux qui connaissent tes justes jugements ». L’association entre les jugements justes de Dieu et la connaissance se retrouve plusieurs fois dans les Psaumes de Salomon30. Dans le cadre de ses combats contre les pécheurs, l’auteur des Psaumes de Salomon renforce l’identité de sa communauté : ce sont ceux qui ont su lire dans l’histoire le signe du jugement divin contre les pécheurs.

34Dans le Ps Sol 3, le verset 4 est clairement une allusion à Prov 3, 11 :

  • 31 Selon Prigent, « Les Psaumes de Salomon », p. 959 ; n. 4, légèrement modifiée (« discipliné » au li (...)
  • 32 Bible de Jérusalem, éd. 1973. En règle générale, les traductions de la Bible en langue française so (...)

Le juste ne méprisera pas corrigé31 par le Seigneur (Ps Sol 3, 4)
Ne méprise pas, mon fils, la correction de Yahvé (Pr 3, 11)32

  • 33 En l’occurrence meyusār, voir G. B. Gray, « Psalms of Solomon », dans The Apocrypha and Pseudepigra (...)

35Ici, « corrigé » et « correction » correspondent respectivement au verbe paideuô et au nom paideia. Les exégètes ont souvent postulé une erreur de traduction du grec qui aurait confondu le nom mûsār avec un participe du verbe yāsar33. Cependant, on peut objecter l’utilisation en Ps Sol 3, 4 et Pr 3, 11 du même verbe oligôreô, hapax de la Septante. Si le traducteur ou l’auteur des Psaumes de Salomon a noté l’allusion au point d’utiliser le même verbe rare, il est peu probable qu’il se soit trompé au point d’utiliser un verbe plutôt qu’un nom. Il apparaît plus probable que, pour lui, « l’éducation » (paideia) du Seigneur est davantage un processus qu’un discours : la communauté relit dans son existence les expériences douloureuses comme une mise en garde envoyée par le Seigneur. Cette mise en garde lui permet de se réformer (Ps Sol 3, 5-8). C’est cette discipline qui permet aux justes de ne pas être condamnés pécheurs :

Corrige-nous toi-même selon ta volonté, mais ne nous livre pas aux païens ! (Ps Sol 7, 2)

36L’auteur des psaumes semble craindre que la prophétie d’Osée 10, 10 ne s’accomplisse :

  • 34 Nouvelle Bible Segond.

Je les corrigerai selon mon désir ; des peuples se rassembleront contre eux34

  • 35 La Septante d’Osée s’écarte ici du texte massorétique. Habituellement, ʽawwāt correspond plutôt à e (...)
  • 36 Même si ethnos correspond davantage à gôy dans la Septante, il correspond aussi parfois à ʽam (e. g (...)

37Ici volonté (thelêma) correspond à désir (ʽawwāt)35 et païens (ethnos) à peuple (ʽam)36

38Parmi les nombreux autres exemples de reprise d’un matériau biblique, nous avons également :

  • 37 Prigent, « Les Psaumes de Salomon », p. 974, propose « offre » en rapprochant notre texte de Is 50, (...)

Celui qui prépare son dos aux coups de fouet sera purifié (Ps Sol 10, 2)37.

39Ce verset rappelle le serviteur souffrant :

  • 38 Traduction Œcuménique de la Bible, édition 1988.

J’ai livré mon dos à ceux qui me frappaient (Is 50, 6)38.

  • 39 Traduction personnelle.

Le Seigneur a voulu le purifier par la plaie (Is 53, 10, dans sa version Septante)39.

  • 40 Ces rappels très fréquents de la Septante sont attendus par le fait que le traducteur grec la conna (...)

40Cependant, l’utilisation du verbe « préparer » peut également résulter d’un rappel de Ps 37[38], 18 dans sa version de la Septante40 :

  • 41 Traduction personnelle.

Et moi je suis prêt pour le fouet (Ps 37[38], 18)41.

Ce mélange de références permet au psalmiste de s’identifier au serviteur souffrant.

  • 42 Voir par exemple, M. E. Gordley, Teaching Through Song in Antiquity : Didactic Hymnody Among Greeks (...)

41D’autre part, le caractère didactique de ces psaumes est maintenant assez bien reconnu, sans que, pour autant, on n’arrive véritablement à définir précisément ce que comporte cette définition42. Nous avons déjà observé que ces psaumes font allusion à des textes classés parmi les textes de Sagesse tels que Pr 3, 11.

42Un autre passage se trouve dans la combinaison de Ps Sol 3 et 13 en lien avec Si 23, 2-3 :

Qui imposera les verges à mes pensées et, à mon cœur, la discipline de la sagesse […]
De peur que ne se multiplient mes erreurs et que mes péchés ne s’accumulent ; pour que je ne tombe pas devant mes adversaires et que mon ennemi ne s’en félicite.

43L’idée que la discipline divine permet à celui qui en est sujet de se réformer et de ne pas accumuler de péchés, tandis que le pécheur, non corrigé, se laisse aller à toute sorte de péchés, se retrouve en Ps Sol 3 :

Dans la maison du juste, point d’asile pour les péchés qui vont s’accumulant (Ps Sol 3, 6)
[Le pécheur] a, tout au long de sa vie, accumulé les péchés. Il est tombé, mais fatale est sa chute : il ne se relèvera pas (Ps Sol 3, 10)

44Tandis que Ps Sol 13 insiste sur le destin différent des justes et des pécheurs :

  • 43 Prigent, « Les Psaumes de Salomon », p. 979 : « Le juste est châtié pour que le pécheur ne se rie p (...)

Le juste est discipliné pour que le pécheur ne s’en félicite pas (Ps Sol 13, 8)43.

  • 44 Voir aussi P. Pouchelle, « Prayers for Being Disciplined : Notes on παιδεύω and παιδεία in the Psal (...)

45Dans les deux cas, l’idée est très similaire à celle développée en Si 23, 2-344.

46Cette utilisation importante d’allusions scripturaires permet également de produire des textes qui ressemblent à ceux de la Bible sans en être des citations littérales. Ce travail de l’auteur reste pour l’instant très peu étudié.

*
* *

47Au terme de ce parcours, reprenons un peu la promenade que nous avons menée. Le « jardin » des Psaumes de Salomon, au-delà des circuits touristiques très empruntés de la question du messianisme, recèle encore bien des mystères et des trésors pour celui qui veut bien perdre son temps à les étudier. Le travail de composition qui les caractérise, que ce soit dans l’élaboration d’une forme, dans le travail poétique ou dans la réception des traditions scripturaires est d’une grande complexité.

48Ce travail révèle des auteurs versés dans l’étude des Écritures. Ils en connaissent à la fois les formes et le fond. Ils écrivent des psaumes tant pour célébrer la beauté de leur littérature, pour faire passer des messages « théologiques », pour renforcer l’identité de leur communauté que pour louer leur Dieu.

49J’espère que ces quelques lignes vous convaincront que, loin d’être une littérature secondaire, ces psaumes tardifs sont un témoin de la foi vivante d’un judaïsme presque contemporain à la naissance du christianisme.

Haut de page

Notes

1 H. Ludin Jansen, Die Spätjüdische Psalmendichtung ihr Entstehungkreis und ihr >Sitz im Leben<. Eine literaturgeschichtelich-soziologische Untersuchung, Oslo, Jacob Dybwad, 1937.

2 S. Holm-Nielsen, « Religiöse Poesie des Spätjudentums », Aufstieg und Niedergang der römischen Welt, volume 2, part 19. 1, pages 152-186, Berlin, de Gruyter.

3 Voir par exemple le doublet Ps 18 et 2 S 22, 1-51, ou encore la prière de Néhémie, Ne 9, 4-37.

4 Le commentaire le plus récent est celui de K. Atkinson, I cried to the Lord, A Study of the Psalms of Solomon’s Historical Background and Social Setting, Journal for the Study of Judaism, Supplements 84, Leyde : Brill, 2004. On peut également consulter S. Holm-Nielsen, « Die Psalmen Salomos », dans Poetische Schriften, volume 4 de Jüdische Schriften aus hellenistisch-römischer Zeit, édité par W. G. Kümmel, Gürtesloh : Gerd Mohn, 1977, p. 49-112 ou encore M. Winninge, Sinners and the Righteous, A Comparative Study of the Psalms of Solomon and Paul’s Letters, Coniectanea Biblica, New Testament Series 26, Stockholm, Almqvist & Wiksell, 1995. Les vieux commentaires gardent toute leur valeur : H. E. Ryle et M. R. James, Psalms of the Pharisees, Commonly Called the Psalms of Solomon, Cambrige, University Press, 1891 et J. Viteau, Les Psaumes de Salomon avec les principales variantes de la version syriaque, Documents pour l’étude de la Bible, Paris, Letouzey et Ané, 1911. L’édition critique de référence reste O. von Gebhardt, Die Psalmen Salomo’s zum ersten Male mit Benutzung der Athoshandschriften und des Codex Casanatensis (Leipzig : Hinrichs, 1895). Cependant, R. B. Wright, The Psalms of Solomon, A Critical Edition of the Greek Text, Jewish and Christian Texts in Contexts and Related Studies 1, Londres, T&T Clark, 2007, plus récent, comprend des variantes inconnues de von Gebhardt ainsi que les principaux apports de la version syriaque.

5 La recherche hésite entre les Pharisiens, les Esséniens quand elle ne se contente pas de décrire une « communauté inconnue ». Cf. AtkinsonI Cried to the Lord, p. 220-222.

6 L’opposition entre les « justes » et les « pécheurs » est un des principaux ressorts de ces psaumes. L’identification de ces ennemis est aussi délicate que celle de la communauté productrice des Psaumes.

7 Cf. AtkinsonI Cried to the Lord, p. 129-179.

8 H. Gunkel, Einleitung in die Psalmen, Die Gattungen der religiösen Lyrik Israels, 4e édition, Göttingen : Vandenhoeck and Ruprecht, 1985.

9 Ps 9-10 ; 12 ; 77 ; 90 ; 94 …

10 Gunkel, Einleitung in die Psalmen, p. 397-404 ; voir aussi C. Westermann, Lob und Klage in den Psalmen, Göttingen, Vandenhoeck and Ruprecht, 1977, Holm-Nielsen, « Die Psalmen Salomos », p. 55-56, J. Trafton, « The Psalms of Solomon in recent Research », Journal for the Study of the Pseudepigrapha 12 (1994), p. 5-7 ; Winninge, Sinners and the Righteous, p. 16-17

11 Voir aussi S. Holm-Nielsen, « Erwägungen zu dem Verhältnis zwischen den Hodajot und den Psalmen Salomos », dans Bibel und Qumran, édité par S. Wagner, Berlin : Evangelische Haupt-Bibelgesellschaft, 1968, p. 127

12 Sauf indication contraire, les traductions sont tirées de P. Prigent, « Les Psaumes de Salomon », dans La Bible, Écrits intertestamentaires, édité par A. Dupont-Sommer et M. Philonenko, Bibliothèque de la Pléiade, Paris, Gallimard 1987, p. 945-992.

13 Traduit selon Prigent, « Les Psaumes de Salomon », p. 978, n. XIII. 1. Le problème se pose surtout à cause du verset suivant qui est à la première personne du pluriel (le bras du Seigneur nous a sauvés…). Prigent suit ici la version syriaque qui donne la première personne du pluriel au premier verset (J. Trafton, The Syriac Version of the Psalms of Solomon, A Critical Evaluation, Septuagint and Cognate Studies 11, Atlanta, GA : Scholars Press, 1985, p. 122, n. 1). Cependant, un des manuscrits syriaques possède la première personne du singulier au verset 2 (Trafton, The Syriac Version of the Psalms of Solomon, p. 122, n. 3 tient cette variante pour secondaire ; P. Pouchelle, « Critique textuelle et traduction du treizième Psaume de Salomon », Journal for the Study of Judaism 42 (2011), p. 523, n. 82, envisage que cette variante puisse être ancienne, ce qui affaiblirait le choix de Prigent).

14 M. de Jonge, Outside the Old Testament, Cambridge, Cambridge University Press, 1985, p. 159.

15 Cf. G. L. Davenport, « The ‘Anointed of the Lord’ in Psalms of Solomon 17 », Ideal Figures in Ancient Judaism, J. J. Collins et C. W. E. Nickelsburg (éds.), SBLSCS 12, Chico (CA), Scholars Press, 1980, p. 71, E.-J. Waschke, « ‘Richte ihnen auf ihren König, den Sohn Davids’ – Psalmen Salomos 17 und die Frage nach dem Messianischen Traditionen », Der Gesalbte, Studien zur alttestamentlichen Theologie, BZAW 306, Berlin, de Gruyter, 2001, p. 138.

16 Il s’agit du Ps 72 qui est également pris comme référence par le Psaume de Salomon 17 et qui est, de plus, attribué à Salomon. Cf. C. C. Broyles, « The Redeeming King : Psalm 72’s Contribution to the Messianic Ideal » Eschatology, Messianism, and the Dead Sea Scrolls. Édité par C. A. Evans et P. W. Flint, Studies in the Dead Sea Scrolls and Related Literature 1. Grand Rapids (MI), Eerdmans, 1997, p. 26-35 et S. Schreiber, Gesalbter und König, Titel und Konzeptionen der königlichen Gesalbtenerwartung in frühjüdischen und urchristlichen Schriften, Beihefte zur Zeitschrift für die neutestamentliche Wissenschaft 105, Berlin, de Gruyter, 2000, p. 174

17 Cf. M. de Jonge, « The Use of the Word ‘Anointed’ in the Time of Jesus », Novum Testamentum 8 (1966), p. 136-137.

18 Cf. Gunkel, Einleitung in die Psalmen, p. 403.

19 Holm-Nielsen, « Erwägungen zu dem Verhältnis zwischen den Hodajot und den Psalmen Salomos », p. 126-127.

20 Cette structure est bien évidemment présente en grec où « comme » correspond à en. L’éloignement de Dieu ou du Seigneur est marqué à chaque fois par apo.

21 Entre les deux stiques se situe ici un stique complémentaire qui indique que le pécheur a accumulé les péchés. En tant que tel, ce stique répond au verset 6 qui indique que le juste évite précisément cette accumulation. Ce changement de place est utile pour signifier que la chute du pécheur est finale, causée par ses trop nombreux péchés, tandis que celle du juste est temporaire (voir aussi note 45).

22 Cf. Holm-Nielsen, « Die Psalmen Salomos », p. 56.

23 Ce que Winninge, Sinners and the Righteous, p. 22, appelle « Substitution on abstraction level ».

24 Ici, Prigent, « Les Psaumes de Salomon », p. 956, donne un synonyme de ce qui est remplacé par l’abstraction : « je souffre à ce spectacle ».

25 Prigent, « Les Psaumes de Salomon », p. 977, n. 3.

26 1QH VIII, 5 6.

27 L’arbre de vie est dans le paradis (Gn 2, 9). L’image de l’arbre de vie est reprise également dans le livre des Proverbes (Pr 13, 12) comme métaphore d’un désir comblé (Pr 13, 12) ou d’une bonne parole (Pr 15, 4).

28 Nous n’approfondirons pas davantage l’épineuse question de la canonicité des textes au temps des Psaumes de Salomon. Le fait est que nos Psaumes ne sauraient être bien compris sans prendre en compte ce phénomène d’intertextualité.

29 Tel que Ps 145[144], 2, Ps 69[68], 31 et même la prière de Si 51, 10.

30 Ps Sol 2, 10 ; 8, 8. 25.

31 Selon Prigent, « Les Psaumes de Salomon », p. 959 ; n. 4, légèrement modifiée (« discipliné » au lieu de « chatié » et en rajoutant « par le Seigneur »). Prigent suggère une traduction plus proche encore de Pr 3, 11 : « Le juste ne refuse pas le châtiment du Seigneur »

32 Bible de Jérusalem, éd. 1973. En règle générale, les traductions de la Bible en langue française sont choisies pour permettre une comparaison plus aisée avec la traduction de Prigent.

33 En l’occurrence meyusār, voir G. B. Gray, « Psalms of Solomon », dans The Apocrypha and Pseudepigrapha of the Old Testament, volume 2, p. 635.

34 Nouvelle Bible Segond.

35 La Septante d’Osée s’écarte ici du texte massorétique. Habituellement, ʽawwāt correspond plutôt à epithumia dans la Septante (Cf. Deut 12, 15 ; Jr 2, 24), bien que le verbe « vouloir » thelô ait été choisi par le traducteur de Job 23,13 pour correspondre au verbe « désirer » ʽwh.

36 Même si ethnos correspond davantage à gôy dans la Septante, il correspond aussi parfois à ʽam (e. g. Ex 1, 9 ; Nb 13, 29 …).

37 Prigent, « Les Psaumes de Salomon », p. 974, propose « offre » en rapprochant notre texte de Is 50, 6. Mais le texte grec utilise hetoimazô, « proposer ».

38 Traduction Œcuménique de la Bible, édition 1988.

39 Traduction personnelle.

40 Ces rappels très fréquents de la Septante sont attendus par le fait que le traducteur grec la connaissait certainement. Cependant, leur nombre pointe également vers le fait que les Psaumes aient pu être composés directement en grec. De fait, le consensus d’un original hébreu a été dernièrement mis en cause pour une composition directement en grec par J. Joosten, « Reflections on the Original Language of the Psalms of Solomon », The Psalms of Solomon : Language, History, Theology, édité par E. Bons et P. Pouchelle, Early Judaism and Its Literature 40, Atlanta (GA), SBL Press, 2015, p. 31-47.

41 Traduction personnelle.

42 Voir par exemple, M. E. Gordley, Teaching Through Song in Antiquity : Didactic Hymnody Among Greeks, Romans, Jews, and Christians, Wissenschaftliche Untersuchungen zum Neuen Testament 2/302 ; Tübingen, Mohr Siebeck, 2014. Pour la difficulté de définir le genre littéraire du psaume de Sagesse, voir R. N. Whybray, « The Wisdom Psalms », dans Wisdom in Ancient Israel. Essays in honour of J. A. Emerton, édité par J. Day, R. P. Gordon et H. G. M Williamson, Cambridge University Press, 1995, p. 152-160.

43 Prigent, « Les Psaumes de Salomon », p. 979 : « Le juste est châtié pour que le pécheur ne se rie pas de lui », les modifications ont été faites pour se rapprocher de la traduction de Si 23,2-3, afin qu’un même mot grec soit traduit par le même mot français.

44 Voir aussi P. Pouchelle, « Prayers for Being Disciplined : Notes on παιδεύω and παιδεία in the Psalms of Solomon », dans The Psalms of Solomon, Language, History, Theology, édité par E. Bons et P. Pouchelle, Early Judaism and Its Literature-40, Atlanta, GA, SBL Press 2015, p. 117-119.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Pouchelle, « De la beauté des psaumes tardifs : petite promenade exégétique à travers les Psaumes de Salomon », Revue des sciences religieuses, 89/3 | 2015, 299-310.

Référence électronique

Patrick Pouchelle, « De la beauté des psaumes tardifs : petite promenade exégétique à travers les Psaumes de Salomon », Revue des sciences religieuses [En ligne], 89/3 | 2015, mis en ligne le 01 juillet 2017, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://rsr.revues.org/2716 ; DOI : 10.4000/rsr.2716

Haut de page

Auteur

Patrick Pouchelle

Centre Sèvres, Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page