Navigation – Plan du site
79.303

Les pratiques de formation des adultes : une problématique

Alain Roy
p. 315-317

Résumés

Introduisant un colloque, l’auteur fait apparaître les changements intervenus depuis un manifeste publié en 1978 sur la formation chrétienne des adultes. Mais on y déclarait déjà que les personnes en formation pouvaient devenir « acteurs de leur propre changement ».

Haut de page

Texte intégral

1En 1782, Condorcet plaidait pour « une instruction pendant toute la durée de la vie ». Le débat autour de cette idée novatrice d’une « éducation des adultes » ne se poursuit-il pas encore aujourd’hui sur les thèmes de « l’éducation permanente », de « la formation continue » et de « la formation tout au long de la vie » ?

2En juillet 1968, Didier Piveteau affirmait que l’éducation permanente est « la seule réponse au problème majeur de notre temps et de notre société, celle qui permettra à notre corps social d’être communautaire ». En écho, dans L’éducation demain, Bertrand Schwartz parlait d’un « continuum dans le temps et l’espace », où se nouent formations initiales et formations continues. Le type d’homme et de femme à venir en ordonnait les finalités : une femme et un homme épanouis physiquement et intellectuellement, insérés socialement ; un homme et une femme autonomes et créatifs, mais aussi solidaires ; une femme et un homme critiques, insatisfaits des conditions de vie, mais en quête de dépassement. La vision d’une société en mutation, dont les hommes et les femmes sont à la fois le produit et l’acteur, en précisait le cadre : une société plus intégrée, qui dépasse les seuls regroupements économiques et politiques, où la circulation des biens et des personnes engendre réellement la circulation des idées et des cultures ; une société pluraliste, condition sine qua non d’un vivre-ensemble dans la démocratie ; une société plus égalitaire où se nouent des solidarités aussi bien locales qu’à l’échelle mondiale.

3C’était l’époque durant laquelle un véritable mouvement de la formation des adultes prit essor autant dans le tissu économique que dans le terreau culturel et associatif. On élaborait et tentait de mettre en œuvre des pratiques formatives qui devaient permettre de lier acquisitions de compétences professionnelles et devenir personnel, promotion sociale et participation aux transformations de la société. Si nous percevons la séduction que cette pensée de l’éducation permanente peut encore engendrer aujourd’hui, nous en mesurons également la contextualisation : une société où le mot progrès consonait avec croissance économique, promotion professionnelle, avancées sociales, égalité des chances pour tous, etc. Dans ce contexte, en juillet 1971, sous l’impulsion de Jacques Delors, un cadre législatif décisif est donné à la formation des adultes par la loi sur « la formation professionnelle continue ».

4À cette même époque, cinquante-deux personnes engagées dans des pratiques de formation au sein de l’Église catholique, parmi elles les enseignants de l’IPR, signent un manifeste programmatique sur la formation des adultes, intitulé « Les Entretiens Vavin sur la Formation ». Élaborées à partir de l’idée que les personnes en formation peuvent être « acteurs de leur propre changement », les pratiques de formation des chrétiens adultes ici promues visent tout autant le devenir de la personne et son identité que l’acquisition de compétences nécessaires pour l’action pastorale et l’accès à des responsabilités tant dans l’Église que dans la société.

5Cette approche de la formation des adultes dans le champ ecclésial français peut également, encore aujourd’hui, apporter sa part de séduction.

6Cependant, nous n’oublions pas son caractère contextuel : le mouvement de formation continue portait en lui les espoirs de participer aux changements sociaux et le Concile Vatican II suggérait à l’ensemble du Peuple de Dieu de participer à l’aggiornamento ecclésial.

7Trente ans après, qu’en est-il des pratiques de formation des adultes dans le tissu social contemporain, tout autant dans ses fibres économiques que dans ses fibres culturelles, associatives, éthiques… ?

8Consécutivement aux mutations de la société, les pratiques de formation des adultes ne se développent-elles pas plus aujourd’hui à partir de perspectives techniciennes et de la gestion fonctionnelle des demandes à court terme ?

9N’ont-elles pas essentiellement aujourd’hui pour but une professionnalisation qui soutient le développement d’une identité personnelle trop longtemps différée par le chômage ; promeut l’acquisition de connaissances et de savoirs-faire professionnels autant pour conduire à une reconnaissance diplômante souvent non acquise à l’École que pour améliorer la performance opérationnelle requise dans l’action entrepreneuriale ; favorise, in fine, une fonction d’intégration économique et sociale, voire d’adaptation managériale, délaissant la fonction de transformation sociale ?

10Le terreau du croire et le champ ecclésial français sont en mutation. Au niveau ecclésial, la géographie et le fonctionnement des paroisses sont repensés ; la prise de responsabilités des laïcs devrait 317  engendrer des profils de formation centrés sur des compétences pastorales. Dans une dynamique de responsabilités ecclésiales partagées, peut-on conserver des modèles de formation initiale et continue qui séparent prêtres et laïcs ?

11De nouveaux publics entrent en formation ; mais, tout en exprimant le besoin de se former pour acquérir des compétences pastorales, ne formulent-ils pas essentiellement des demandes de formation que nous pourrions qualifier de « formation à orientation personnelle », en vue de mieux se situer dans leur itinéraire croyant ?

12À partir de ce questionnement sur les pratiques de formation des adultes, le colloque dont les Actes sont ici réunis se proposait de dresser un état des lieux à partir de constats et de pratiques en formation des adultes ; de dégager des convictions et conceptualiser les enjeux contemporains et finalités de la formation des adultes ; de participer à la vie sociale et ecclésiale en vérifiant en quoi nos pratiques de formation d’adultes contribuent à construire et faire vivre le tissu social, économique, culturel, associatif ainsi que le champ ecclésial.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Roy, « Les pratiques de formation des adultes : une problématique », Revue des sciences religieuses, 79/3 | 2005, 315-317.

Référence électronique

Alain Roy, « Les pratiques de formation des adultes : une problématique », Revue des sciences religieuses [En ligne], 79/3 | 2005, document 79.303, mis en ligne le 18 octobre 2011, consulté le 30 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/268 ; DOI : 10.4000/rsr.268

Haut de page

Auteur

Alain Roy

Institut de Pédagogie Religieuse, Faculté de théologie catholique, Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page