Navigation – Plan du site
Recensions

Jonathan Z. Smith, Magie de la comparaison. Et autres essais d’histoire des religions

Genève, Labor et Fides, coll. « Histoire des religions », 2014, 200 p.
Kyong-Kon Kim
p. 407-409
Référence(s) :

Jonathan Z. Smith, Magie de la comparaison. Et autres essais d’histoire des religions, choix de textes, introduction et traduction de Daniel Barbu et Nicolas Meylan, préface de Philippe Borgeaud, Genève, Labor et Fides, coll. « Histoire des religions », 2014, 200 p.

Texte intégral

1La nouvelle collection helvétique « Histoire des religions », dirigée par les deux traducteurs et le préfacier du présent ouvrage qui envisagent de promouvoir des réflexions fondamentales disciplinaires telles méthodologiques, épistémologiques, comparatistes et textuelles, s’est bâtie sur la « pierre angulaire » nommée Jonathan Zittel Smith (=JZS, 1938), professeur émérite d’histoire des religions à l’Université de Chicago, (re)connu pour avoir revitalisé le comparatisme dans le monde anglo-saxon, à tel point que D. G. White classe les historiens des religions, selon leur adhésion ou non à la méthodologie smithienne, en deux catégories – « On the Shoulder of JZS » et « Not On the Shoulder of JZS ». En effet, ce recueil de sept textes issus de trois des six ouvrages de JZS – Map Is Not Territory (1978), Imagining Religion (1982) et Relating Religion (2004) –, encadré d’un « Avant-propos » (p. 11-20) bio- et bibliographique sur l’A. et d’un entretien « Jonathan Z. Smith par lui-même » (p. 175-195), constitue la première présentation globale de la pensée smithienne en français.

2Le premier texte « Imaginer la religion » (p. 23-27), judicieusement placé au début de l’ouvrage, est un véritable manifeste de la méthodologie smithienne, qui, en considérant la subjectivité scientifique, préconise une observation contextuelle et comparative des phénomènes « religieux » et des théories concernant ces derniers – une « double archéologie » –, ainsi que des notions fondamentales telles que « religion » et « sacré », afin de « défamiliariser » l’héritage conceptuel et taxinomique. Dans ce même objectif, l’essai « Religion, religions, religieux » (p. 29-52) propose une analyse historiographique des définitions de la notion de « religion », tributaires des présupposés épistémologiques d’interprètes, souvent ethnocentriques et orientés, reflétant leurs circonstances spatio-temporelles et sociopolitiques.

3Puis, suit le texte « Magie de la comparaison » (p. 53-80) qui se penche sur la question méthodologique de comparaison. Ayant écarté quatre modes comparatifs, à savoir l’approche ethnographique intuitive, l’approche encyclopédique-statistique superficielle, l’approche morphologique-structuraliste anhistorique et l’approche évolutionniste a-contextuelle, JZS qualifie la méthode dite de « description systématique et comparaison » de plausible mais encore perfectible et prête attention à l’hétérogénéité, jusqu’alors négligée, entre les objets d’étude comparés.

4Tant le titre que le contenu de l’exposé suivant, « Ici, là, où que ce soit » (p. 81-101) sont intentionnellement défamiliarisants. Il ne s’agit ni d’une description généalogique ni morphologique mais topographique tripartite des phénomènes religieux dans le milieu méditerranéen de l’Antiquité tardive : domestiques, étatiques et interstitiels. Par ailleurs, abordant la question majeure sur le sacré : s’agit-il d’une représentation spatiale-classificatoire ou d’une expérience de la puissante transcendante ?, l’A., qui adhère à l’analyse sociologique initiée par E. Durkheim, fait valoir, après une enquête linguistique sur le terme, le caractère socioculturel du sacré, dépourvu de qualité intrinsèque – « La topographie du sacré » (p. 103-121).

5L’article « Une question de classe » (p. 123-146), exposant un exemple de la subjectivité des classifications des religions, en l’occurrence celle du Harper-Collins Dictionary of Religion (San Francisco, 1995), édité par l’A. lui-même, est un plaidoyer pour la pluralité des classifications, au-delà d’une taxinomie monopole et dichotomique de type « universel-ethnique » fondée sur l’intérêt géopolitique de classificateurs, occidentaux et impérialistes. Enfin, le texte « Une carte n’est pas le territoire » (p. 147-173), accompagné de cas rendant compte de l’inexactitude herméneutique occidentale, orientée et idéologique, du monde – culture, religion, éthique – des non-occidentaux, souligne de nouveau la nécessité de la réflexivité.

6Ainsi, le premier tome de la collection « Histoire des religions », retraçant de manière condensée le parcours intellectuel de JZS, a brillamment réussi à présenter sa pensée complexe, bien que quelques-uns de ses articles, tels que « When the Chips Are Down » (Relating Religion, p. 1-60) et « In Search of Place » (To Take Place, 1987, p. 1-22) auraient pu être intégrés ou remplacer un des textes présentés. En ce qui concerne la pensée même de cet historien des religions suggérant, entre autres, la réflexivité épistémologique, la quadruple opération de description-comparaison-redescription-rectification, une double « archéologie » herméneutique et une attention portée à la différence et à la périphérie, elle mérite amplement d’être accessible dans la langue d’É. Durkheim et de C. Lévi-Strauss, dont l’influence sur la réflexion smithienne est indéniable. Toutefois, l’A., outre son choix de termes équivoques comme « generalization » et « map » et nonobstant son honnêteté intellectuelle quant au rapport de l’Occident avec le reste du monde qualifié d’impérialiste, passe sous silence l’impact de l’opposition sociopolitique de « dominant-dominé » tant au centre qu’à la périphérie. De plus, une question demeure : la thèse de l’origine du sacré et de la religion éminemment socioculturelle, défendue par l’A., ne s’oppose-t-elle pas à son postulat d’une pluralité de « cartes » vis-à-vis du « territoire » ? En conclusion, le présent recueil, contribuant largement aux débats en histoire des religions par ses diverses approches, complétera désormais la liste des ouvrages francophones classiques dans cette discipline.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Kyong-Kon Kim, « Jonathan Z. Smith, Magie de la comparaison. Et autres essais d’histoire des religions », Revue des sciences religieuses, 89/3 | 2015, 407-409.

Référence électronique

Kyong-Kon Kim, « Jonathan Z. Smith, Magie de la comparaison. Et autres essais d’histoire des religions », Revue des sciences religieuses [En ligne], 89/3 | 2015, mis en ligne le 24 janvier 2016, consulté le 26 juin 2017. URL : http://rsr.revues.org/2678

Haut de page

Auteur

Kyong-Kon Kim

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page