Navigation – Plan du site
Recensions

Gérard Siegwalt, Le défi interreligieux. L’Église chrétienne, les religions et la société laïque. Écrits théologiques I

Paris, Cerf, cerf-alpha, 2014, 338 p.
Rozalia Horvath
p. 405-406
Référence(s) :

Gérard Siegwalt, Le défi interreligieux. L’Église chrétienne, les religions et la société laïque. Écrits théologiques I, Paris, Cerf, cerf-alpha, 2014, 338 p.

Texte intégral

1La question de la présence de la pluralité des religions au sein et en face d’une société laïque est d’une brûlante actualité. Si de nombreux travaux abordent la question du pluralisme religieux et cela dans le cadre de diverses disciplines, le livre de Gérard Siegwalt (G. S.), professeur honoraire de théologie dogmatique à la Faculté de théologie protestante de l’Université de Strasbourg, le fait du point de vue proprement théologique. Son ouvrage est une plaidoirie pour la prise en compte de ce pluralisme au sein de l’État laïque. Sa « théologie de l’Aréopage » (p. 19) ne s’inscrit pas simplement dans le sillage de l’éthique planétaire de Hans Küng, selon qui « Sans paix entre les religions, pas de paix entre les peuples », mais souligne que le défi de ce dialogue entre multiples partenaires concerne la vérité de la théologie elle-même.

2C’est le premier volume d’une série de cinq, consacrés aux grands défis rencontrés par le christianisme – comme les sciences, le pluralisme culturel, etc. – et le second volume, Le défi monothéiste. Le Dieu vivant – le mal – la mystique. Écrits théologiques II est paru chez le même éditeur en mars 2015.

3Les conférences et les articles composant l’ouvrage recouvrent une quarantaine d’années de recherche du théologien luthérien. Le livre est organisé autour de quatre axes majeurs : le christianisme et la société sécularisée et pluri-religieuse ; le christianisme et le dialogue interreligieux en général ; le christianisme face au judaïsme et à l’islam ; la corrélation entre les religions et la laïcité. Une lecture « diachronique » du recueil nous fait constater le déplacement d’accent de la problématique. Si les écrits concernant le dialogue judéo-chrétien, consacrés essentiellement à la Torah, à la Loi, nous proviennent des années 1970-1990, les années 1990-2010 nous offrent davantage de contributions sur les religions abrahamiques en général et sur l’islam en particulier. Sans ignorer que des concepts comme « religions abrahamiques » ou « Jésus, prophète pour l’islam » demanderaient davantage d’explications, les textes traitant de l’Islam méritent une grande attention. Le commentaire du livre d’Éric Geoffroy – L’islam sera spirituel ou ne sera plus, Paris, 2009 – renvoie, entre autres, à des questionnements émergeants en théologie des religions, comme le discernement de(s) l’(es) Esprit(s). Ainsi, parlant du défi des intégrismes et fondamentalismes qui portent atteinte au dialogue islamo-chrétien (p. 343), le théologien protestant parle des « aspects démoniaques de la réalité empirique de l’islam et du christianisme » (p. 347).

4L’« approche systématique » utilisée est celle « qui pose la question de Dieu » (p. 13) et c’est « en référence à chacun des différents pôles abordés : l’Église, les religions, la culture dominante, la laïcité » (p. 13). Ce dernier confère une grande pertinence à l’ouvrage. En effet, dans les conflits sanglants entre religions ou entre les religions et la société civile beaucoup de voix continuent à refuser aux religions le droit d’énoncer la vérité en les considérant comme anhistoriques. D’autres se questionnent sur la pertinence de leur parole dans l’espace public. Or G. S., en faisant usage du concept tillichien de corrélation (p. 175) appelle à reconsidérer le rapport dialectique mais non dualiste entre Église et État grâce à la doctrine luthérienne des deux règnes (p. 75). Ses pages sur la liberté religieuse nous montrent comment une pratique saine de la laïcité ne va pas sans éthique qui, à son tour ne va pas sans référence spirituelle, laquelle renvoie à la liberté et spécialement à la liberté religieuse (p. 93). Si l’exposé sur la culture religieuse et la transmission de foi fut écrit en 1997, il mériterait d’être relu par tous ceux qui cherchent comment intégrer dans les programmes scolaires l’enseignement du fait religieux et veulent mesurer le défi de la formation des futurs enseignants. Comme dit G. S. lui-même : « L’ébranlement de notre civilisation suscite des vagues de fond qui font du dialogue interculturel et interreligieux une exigence théologique colossale. Le présent livre est une contribution à la fois pour préciser cette exigence théologique et pour y répondre dans le sens d’un commencement » (p. 14).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rozalia Horvath, « Gérard Siegwalt, Le défi interreligieux. L’Église chrétienne, les religions et la société laïque. Écrits théologiques I », Revue des sciences religieuses, 89/3 | 2015, 405-406.

Référence électronique

Rozalia Horvath, « Gérard Siegwalt, Le défi interreligieux. L’Église chrétienne, les religions et la société laïque. Écrits théologiques I », Revue des sciences religieuses [En ligne], 89/3 | 2015, mis en ligne le 24 janvier 2016, consulté le 21 août 2017. URL : http://rsr.revues.org/2675

Haut de page

Auteur

Rozalia Horvath

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page