Navigation – Plan du site
Recensions

Charles Coutel, Petite vie de Charles Péguy

Desclée de Brouwer, Paris 2013, 167 p.
Isabelle Perée
p. 404-405
Référence(s) :

Charles Coutel, Petite vie de Charles Péguy, Desclée de Brouwer, Paris 2013, 167 p.

Texte intégral

1Charles Coutel est professeur émérite à l’Université d’Artois et directeur de l’IEFR (Institut d’études des faits religieux). Il publie son ouvrage à l’occasion du centenaire de la mort de Péguy, tué le 5 septembre 1914 dans l’assaut qui précéda la bataille de la Marne. Il replace Péguy au sein de l’histoire, parmi les héros qu’il est bon d’imiter, les serviteurs des misérables de la justice, de la vérité et de la liberté d’expression. Ch. Coutel met les œuvres de l’écrivain en dialogue, et le lecteur peut avoir l’impression qu’un siècle après sa mort, elles ont été écrites pour lui. Après une préface de Claire Daudin – présidente de l’Amitié Charles Péguy – et d’une chronologie assez détaillée, l’auteur introduit puis divise son ouvrage en quatre chapitres eux-mêmes subdivisés. Les titres des chapitres correspondent aux noms des villes où a séjourné Péguy, ceux des sous-chapitres sont en rapport avec ses œuvres et ses combats. Les citations de différents auteurs au fil de l’ouvrage ne sont pas toutes référencées ; on peut citer entre autres, F. Fédier qui écrit dans la revue Philosophie n° 103, p. 87 : « Faire face à la réalité est humainement impossible sans passer par l’épreuve du travail » ou encore Alain, dans Les Dieux, 1947, NRF, p. 83, qui dit : « Quand le travail pensera et quand la pensée travaillera, le miracle sera tout réfugié dans l’homme, il aura nom courage ». On peut s’étonner que ces auteurs ne figurent pas également dans la bibliographie plutôt dense présentée à la fin du livre. Le livre s’enrichit de quelques photos et plans des cathédrales mentionnées dans l’ouvrage. Un index aurait peut-être pu être ajouté, mais la table des matières détaillée compense cette lacune.

2La définition par Péguy du mysticisme et son emploi dans son œuvre Notre jeunesse (1910) vaut la peine d’être rappelée. Ch. Coutel en livre un court extrait : « L’essentiel n’est pas, l’intérêt n’est pas, la question n’est pas que telle ou telle politique triomphe, mais que dans chaque ordre, chaque système, chaque mystique, cette mystique ne soit point dévorée par la politique issue d’elle « (III, 20, Notre jeunesse). Coutel suggère que le terme « mystique » chez Péguy a été détourné par les religieux traditionalistes, alors que toute conviction en général (pour les croyants ou les non-croyants) a sa mystique propre qu’il faut sans cesse avoir à l’esprit ; toute mystique est une volonté éthique, tournée vers l’action et au travail (au sens de praxis). Donc, dans son ouvrage Notre jeunesse, Péguy dénonce cette dérive du « mystique » vers le politique.

3Après la lecture, on voudrait en apprendre davantage, tant la présentation de Ch. Coutel est plaisante et captivante mais la série des « Petite vie », déjà bien connue, entend respecter un format réduit. Invitation faite au lecteur, donc, de se tourner vers l’œuvre de Péguy.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Perée, « Charles Coutel, Petite vie de Charles Péguy », Revue des sciences religieuses, 89/3 | 2015, 404-405.

Référence électronique

Isabelle Perée, « Charles Coutel, Petite vie de Charles Péguy », Revue des sciences religieuses [En ligne], 89/3 | 2015, mis en ligne le 24 janvier 2016, consulté le 25 juin 2017. URL : http://rsr.revues.org/2673

Haut de page

Auteur

Isabelle Perée

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page