Navigation – Plan du site
Recensions

Louis Arnould, La vraie vie de Marie Heurtin. Sourde-muette et aveugle

Paris, Salvator, 2015, 247 p.
Anne Bamberg
p. 399-401
Référence(s) :

Louis Arnould, La vraie vie de Marie Heurtin. Sourde-muette et aveugle, Paris, Salvator, 2015, 247 p.

Texte intégral

1Difficile d’imaginer le monde du silence et de l’obscurité qui entoure les personnes privées à la fois de la vue, de l’ouïe et de la parole. L’indien Sanjay Leela Bhansali, s’inspirant de la vie de l’américaine Helen Keller, avait réalisé en 2005 le film plusieurs fois récompensé, Black, avec Rani Mukherji dans le rôle de Michelle McNally, jeune sourde aveugle, et Amitabh Bachchan dans le rôle du professeur Debraj Sahai. Une dizaine d’années plus tard, le très beau film Marie Heurtin du réalisateur Jean-Pierre Améris traite du même thème en partant de la vie d’une jeune française passée elle aussi des ténèbres à la lumière. Ici ce sont les magnifiques interprétations d’Isabelle Carré, Sœur Marguerite, et d’Ariana Rivoire, Marie Heurtin, qui enchantent le spectateur. À l’occasion de sa sortie en DVD et Blu-Ray, les éditions Salvator publient une version de l’ouvrage de Louis Arnould (1864-1949), professeur de Lettres à l’université de Poitiers, historiographe très proche des Sœurs de Larnay comme de Marie Heurtin, paru dès 1904 et plusieurs fois réédité notamment en 1934 sous le titre Âmes en prison. L’école française de sourdes-muettes-aveugles. La reprise de ce texte est précédée d’une préface de Monseigneur Garnier, archevêque de Cambrai (p. 7-9), et suivi d’une postface de Sœur Louise Madore, supérieure générale des Filles de la Sagesse (p. 235-238), ainsi que d’une présentation en Annexe de l’association « Larnay Sagesse » qui gère depuis 2005 cette institution toujours fidèle à l’esprit de Louis-Marie Grignion de Montfort en s’occupant de « ceux que le monde délaisse » (p. 240). Entre les pages 128 et 129 sont, fort heureusement, insérées six pages de photographies où l’on peut voir tant Marie Heurtin et l’institut à l’époque où elle y vivait que l’institution dans son aspect actuel ainsi que les fondations des Filles de la Sagesse en Colombie et en Haïti.

2Le livre présente dix-sept chapitres commençant par la vie de Sœur Sainte-Marguerite, née Marie Germain (1860-1910), ses élèves dont Marie Heurtin, les progrès de celle-ci puis une série de lettres et de morceaux splendidement écrits par cette jeune femme qui avait appris à s’exprimer en cinq systèmes de communication divers : dactylologie, langue des signes, alphabet Braille, écriture Ballu (en relief) et écriture cursive. Les chapitres cinq et six portent sur la communication autour de l’éducation de la jeune fille en Angleterre, en Hollande, en Allemagne et sur des études philosophiques sur Marie Heurtin. Le chapitre XIII revient sur la « méthode de l’école française de Larnay » après un chapitre sur « le rayonnement de Larnay dans les deux mondes » et deux chapitres sur Anne-Marie Poyet et Marthe Obrecht, sourdes-aveugles recueillies par cette célèbre institution. On y trouve aussi un bref chapitre sur la couronne civique méritée par la dévouée Sœur Sainte-Marguerite de la Sagesse et un autre sur l’établissement de Larnay pendant la guerre ainsi que deux chapitres sur la mort de Marie Heurtin (22 juillet 1921) à l’âge de trente-six ans et la mort en 1932 de Marthe Obrecht qui fut l’élève de Sœur Sainte-Médulle, elle-même initiatrice de ces méthodes extraordinairement fructueuses. Le chapitre XIV constitue une intéressante mise à jour en 1918 d’une bibliographie raisonnée sur les sourds-aveugles.

3Les travaux de Louis Arnould ont largement contribué à faire connaître l’œuvre et les méthodes d’éducation des Filles de la Sagesse de Larnay et a fait la renommée internationale de leur institut. Certes marqué par le langage et le style de son époque, ce livre très riche est pourtant précieux pour toute personne sensible à la « promotion de la bientraitance » quelles que soient les difficultés (p. 243). L’ouvrage devrait intéresser autant les spécialistes de la vie consacrée et de ses multiples services à la personne (sanitaire, social, éducatif…) que les amis des congrégations montfortaines, surtout des Filles et des Oblates de la Sagesse. Il est extrêmement enrichissant pour qui s’intéresse à l’histoire et aux sciences de l’éducation, en particulier en ce qui concerne les personnes, sourdes, aveugles, sourdes-aveugles, voire porteuses de plusieurs handicaps… Et, comme le précise la quatrième de couverture, il s’agit avant tout d’une « magnifique histoire d’éducation et d’amour » qui vaut la peine d’être lue pour bien comprendre pourquoi à Larnay il n’y a jamais de « raison suffisante pour abandonner ! » (p. 243). Un splendide témoignage de foi, de diaconie et de miséricorde !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Bamberg, « Louis Arnould, La vraie vie de Marie Heurtin. Sourde-muette et aveugle », Revue des sciences religieuses, 89/3 | 2015, 399-401.

Référence électronique

Anne Bamberg, « Louis Arnould, La vraie vie de Marie Heurtin. Sourde-muette et aveugle », Revue des sciences religieuses [En ligne], 89/3 | 2015, mis en ligne le 24 janvier 2016, consulté le 26 juin 2017. URL : http://rsr.revues.org/2662

Haut de page

Auteur

Anne Bamberg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page