Navigation – Plan du site
Recensions

Gilles Routhier, Cinquante ans après Vatican II. Que reste-t-il à mettre en œuvre ?

Paris, Cerf, coll. « Unam Sanctam, nouvelle série », 2014, 301 p.
Alphonse Ky-Zerbo
p. 398-399
Référence(s) :

Gilles Routhier, Cinquante ans après Vatican II. Que reste-t-il à mettre en œuvre ?, Paris, Cerf, coll. « Unam Sanctam, nouvelle série », 2014, 301 p.

Texte intégral

1Dans cet ouvrage Gilles Routhier présente le fruit de sa réflexion sur le concile Vatican II dont il a fait son champ privilégié de recherche universitaire depuis plusieurs décennies. Il en consacre près de la moitié (5 chapitres sur 11) à la question centrale et essentielle de l’herméneutique conciliaire. Il se demande quelle herméneutique peut et doit guider la lecture, la réception et la transmission du message du Concile Vatican II. Des différentes herméneutiques en tension qui ont vu le jour après le Concile (cf. p. 103-103), il en souligne deux mises principalement en relief, par ailleurs, par le Pape Benoît XVI dans son discours à la Curie romaine le 12 décembre 2005 : l’herméneutique de la rupture ou de la discontinuité et l’herméneutique de la réforme ou du renouveau. Mais en fait, la question de l’herméneutique cache celle de la « tradition [qui est] manifestement au cœur de la réception de Vatican II, et, avec elle, celle de la continuité ou de la discontinuité du concile avec la tradition » (p. 166). Le vrai problème de l’interprétation de Vatican II est donc celui de la Tradition ou de la lecture de Vatican II selon la Tradition.

2Le livre est présenté en trois parties. Dans la première, l’A. analyse la position de la nouvelle génération à l’égard de l’événement Vatican II qu’elle n’a pas vécu et dont elle n’a pas été directement témoin. Selon Gilles Routhier cette génération a construit son identité catholique autrement, en dehors de Vatican II. Elle a un rapport au monde et aux autres différent de celui que les acteurs et contemporains de Vatican II ont connu. Il lui revient pourtant de lire Vatican II aujourd’hui. Mais comment fera-t-elle cette lecture quand on sait que, pour elle, les textes de Vatican II sont d’une autre époque ?

3La deuxième partie expose « l’herméneutique de la réforme, du renouveau dans la continuité de l’unique sujet-Église » (p. 153) de Vatican II développée par le Pape Benoît XVI en opposition à « l’herméneutique de la rupture et de la discontinuité » (p. 153). L’herméneutique du renouveau s’inscrit dans la ligne tracée par le Pape Jean XXIII dans son discours d’ouverture du Concile et suivi par Paul VI. Elle consiste en une relecture du Concile enracinée dans la Tradition : le Concile veut « transmettre la doctrine de façon pure et intègre, sans atténuation ni déformation » (p. 229) ou encore : « Notre devoir ne consiste pas seulement à conserver ce trésor précieux, comme si nous nous préoccupions uniquement de l’antiquité, mais de nous consacrer avec une ferme volonté et sans peur à cette tâche, que notre époque exige… Il est nécessaire que cette doctrine certaine et immuable, qui doit être fidèlement respectée, soit approfondie et présentée d’une façon qui corresponde aux exigences de notre temps. En effet, il faut faire une distinction entre le dépôt de la foi, c’est-à-dire les vérités contenues dans notre vénérée doctrine, et la façon dont celles-ci sont énoncées, en leur conservant toutefois le même sens et la même portée » (S. Œc. Conc. Vat. II Constitutiones Decreta Declarationes, 1974, p. 863-865) (p. 229). Dans cette partie également, une grande place est donnée à la discussion entre le Siège apostolique et Monseigneur Marcel Lefebvre autour de la lecture de Vatican II. Cette discussion suivie de près, sinon vécue de l’intérieur, par le futur pape Benoît XVI, lui a sans doute fourni la matière et le recul nécessaires, pour dégager l’herméneutique de la rupture et l’herméneutique de la réforme.

4Dans la troisième partie, l’A. propose, non pas d’adopter tel ou tel courant herméneutique, mais de cueillir l’intuition et la méthode des Pères conciliaires dont le nonce Roncalli et les théologiens Congar et Chenu représentent les figures de proue. De par leur inspiration de la pédagogie de saint Thomas d’Aquin, ces derniers ont eu une grande influence sur les travaux et l’esprit du Concile. Le travail de la nouvelle génération dont il a été question dans la première partie, consistera alors, selon Gilles Routhier, à s’inspirer à son tour de la méthode des Pères du Concile pour mettre en œuvre l’héritage du Concile Vatican II aujourd’hui avec les défis qui sont ceux de ce moment. L’on ne peut se contenter de commenter et de répéter le message de Vatican II comme si c’était un message fossilisé. Il y a lieu de s’appuyer sur l’héritage de Vatican II pour relever les questions qui se posent à la nouvelle génération aujourd’hui. Il est nécessaire de « revenir aux questions qui ont nourri la réflexion des pères conciliaires » ou « à la position des problèmes par-delà les conclusions auxquelles ils sont parvenus » auquel il faut ajouter la prise « en compte des questions des lecteurs contemporains » (p. 248). En somme, il faut « retrouver cet « état d’invention » qui a caractérisé le travail conciliaire et la puissance novatrice et créatrice qui fut à son principe » (p. 250).

5Fruit d’une longue et riche expérience de recherches sur Vatican II, l’ouvrage de Gilles Routhier aborde avec justesse et précision la place de la Tradition dans la question centrale et capitale de l’herméneutique de Vatican II afin de mieux recevoir le message du Concile et de vivre de son héritage face aux défis de la foi aujourd’hui. L’on reste cependant quelque peu surpris de ne trouver dans ce livre aucune mention de la Commission Pontificale pour l’Interprétation des Décrets du Concile Vatican II, créée le 11 juillet 1967, dont la mission était aussi de participer à ce travail d’herméneutique de Vatican II. Il n’en demeure cependant pas moins que cet ouvrage reste d’un intérêt certain et précieux pour toute personne désireuse d’approfondir la compréhension du Concile Vatican II et d’avancer dans sa mise en œuvre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alphonse Ky-Zerbo, « Gilles Routhier, Cinquante ans après Vatican II. Que reste-t-il à mettre en œuvre ? », Revue des sciences religieuses, 89/3 | 2015, 398-399.

Référence électronique

Alphonse Ky-Zerbo, « Gilles Routhier, Cinquante ans après Vatican II. Que reste-t-il à mettre en œuvre ? », Revue des sciences religieuses [En ligne], 89/3 | 2015, mis en ligne le 24 janvier 2016, consulté le 22 mai 2017. URL : http://rsr.revues.org/2659

Haut de page

Auteur

Alphonse Ky-Zerbo

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page