Navigation – Plan du site
Recensions

Bernard Chédozeau, Le Nouveau Testament autour de Port-Royal. Traductions, commentaires et études (1697-fin XVIIIe siècle et L’Univers biblique catholique au siècle de Louis XIV. La Bible de Port-Royal. Les Préfaces de l’Ancien Testament. Une théologie scripturaire (1672-1693). Les Préfaces du Nouveau Testament (1696-1708)

Denis Donetzkoff
p. 396-398
Référence(s) :

Bernard Chédozeau, Le Nouveau Testament autour de Port-Royal. Traductions, commentaires et études (1697-fin XVIIIe siècle), Paris, Champion, coll. « Lumière classique, 95 », 2012, 337 p. et L’Univers biblique catholique au siècle de Louis XIV. La Bible de Port-Royal. Les Préfaces de l’Ancien Testament. Une théologie scripturaire (1672-1693). Les Préfaces du Nouveau Testament (1696-1708), Paris, Champion, coll. « Lumière classique, 112 », 2013, 2 vol., 905 p., avec une préface de Jean Lesaulnier.

Texte intégral

1Depuis de longues années, Bernard Chédozeau consacre ses recherches érudites aux traductions et aux commentaires de l’Écriture Sainte par les Solitaires de Port-Royal. Mais il ne s’est pas limité à la production du mouvement augustinien : son regard scrutateur s’est porté aussi sur les autres traducteurs et commentateurs de la fin du XVIIe et du XVIIIe siècle. Ses travaux ont fait de lui une autorité reconnue dans ce champ de recherche. On pense, par exemple, à La Bible et la liturgie en français, paru aux éditions du Cerf en 1990, ou Port-Royal et la Bible. Un siècle d’or de la Bible en France (1650-1708), édité par Nolin en 2007. Les deux ouvrages dont nous rendons compte aujourd’hui constituent comme la synthèse et le couronnement de ses études.

2Le Nouveau Testament autour de Port-Royal s’ordonne autour de trois axes principaux. Sont examinées d’abord (p. 7-95) les « autres traductions », qui font que « dès 1667 les catholiques de France disposent […] d’excellentes traductions du Nouveau Testament ». À ces études centrées sur le texte lui-même, succède l’examen des « commentaires du Nouveau Testament après 1697 » (p. 97-146) : particulièrement captivantes sont les pages consacrées à « la lecture mystique de la Bible chez Mme Guyon » (p. 127-143) avec un joyau : le texte de la préface donnée par Mme Guyon au Cantique des cantiques, dont B. C. souligne qu’« un des aspects remarquables de cette traduction mystique est d’être donnée par une femme […] à qui était réservé l’honneur de procurer à l’Église une lecture mystique de ces textes fondamentaux », alors que « le rôle du laïc dans le domaine des traductions et des commentaires catholiques de l’époque classique est assez insignifiant ». Enfin sont réunies en fin de volume « quelques études complémentaires » (p. 147-308). On y trouve également trois « études de textes » d’abord : l’explication de Proverbes 31, 10-31 (la femme forte) par Le Maistre de Sacy ; des « lectures port-royalistes de la parabole de l’ivraie » ; une « lecture ultra-gallicane de Romains 13 » ; huit articles analytiques ensuite, qui explorent « le Nouveau Testament autour de Port-Royal » ; enfin des « remarques sur le tableau chronologique des traductions et des commentaires complets du Nouveau Testament catholique possédés par la Bibliothèque nationale de France » (p. 309-325). Une courte bibliographie et deux index permettent un recours fructueux à ces pages qui ouvrent sans cesse des horizons nouveaux.

3L’Univers biblique catholique au siècle de Louis XIV illustre plus fortement encore, si cela était possible, la « véritable et durable empathie » que « Port-Royal a suscitée depuis longtemps » chez B. C. en qui Jean Lesaulnier, dans sa préface, reprenant les termes de Philippe Sellier, reconnaît un « Christophe Colomb de la redécouverte de l’entreprise de Port-Royal sur la Bible et sur la liturgie ». En près de 900 pages, B. C. nous offre à lire les « admirables préfaces qui […] commentent » et « éclaircissent » les « textes mêmes de l’Écriture » que les « Messieurs » de Port-Royal ont traduits, offrant à leur siècle « la plus belle Bible jamais parue en langue française […] promise à plus de deux siècles de succès » (Philippe Sellier cité par Jean Lesaulnier). Jean Lesaulnier a raison de souligner que « la grande force et la nouveauté » de ce nouvel ouvrage de B. C. résident dans « sa rigueur et son obstination de chercheur passionné ».

4Le volume s’ouvre sur une ample introduction synthétique dans laquelle B. C. étudie « la théologie scripturaire de Port-Royal dans les préfaces de l’Ancien Testament » (p. 17-155). Il nous donne ensuite les « préfaces des livres de l’Ancien Testament » précédées des approbations des docteurs (p. 157-670), puis les préfaces des livres du Nouveau Testament ainsi que les approbations des docteurs (p. 671-816). Ces textes, introduits par B. C., sont présentés selon l’ordre chronologique de publication des livres bibliques par Port-Royal.

5Une conclusion synthétise les apports principaux des textes édités par B. C. : « Les Messieurs de Port-Royal, amis de la vérité » (p. 817-855). Il y souligne le caractère « révolutionnaire » du « statut du laïc qu’impliquent ces publications » avant de livrer un aveu douloureux : « L’entreprise de Port-Royal a échoué. Aucune des grandes propositions de Port-Royal n’a été acceptée », qu’il s’agisse de « l’accès du laïc à la lecture des textes bibliques » ou de la « participation plus grande du laïc à la liturgie ». Subsiste le fait, indubitable et brillamment démontré par les textes eux-mêmes, que les « Messieurs » ont mis « un immense champ […] à la disposition d’un laïc dont le statut a été repensé », le « champ de la doctrine eucharistique et de la liturgie […] celui de l’Écriture, de la Bible et de la littérature patristique », celui du « champ du Corps et de la Parole enfin ». Deux annexes (« La publication des livres de l’Ancien Testament » et « Les prises de privilèges »), une bibliographie et un index couronnent l’ouvrage.

6B. C. ne grossit pas « les qualités » et ne dissimule pas « les failles ou les échecs de Port-Royal ». Il faut lui savoir gré de nous avoir donné, dans ces deux ouvrages, la brillante illustration de la profonde originalité du mouvement augustinien : offrir et favoriser « une approche riche et en même temps simple de la Bible », même si cette originalité « leur fut reprochée, au point d’être condamnée par les autorités de l’Église, dont les positions officielles en la matière mettront plus de deux siècles à évoluer ». Port-Royal a eu le tort… d’avoir raison trop tôt !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Donetzkoff, « Bernard Chédozeau, Le Nouveau Testament autour de Port-Royal. Traductions, commentaires et études (1697-fin XVIIIe siècle et L’Univers biblique catholique au siècle de Louis XIV. La Bible de Port-Royal. Les Préfaces de l’Ancien Testament. Une théologie scripturaire (1672-1693). Les Préfaces du Nouveau Testament (1696-1708) », Revue des sciences religieuses, 89/3 | 2015, 396-398.

Référence électronique

Denis Donetzkoff, « Bernard Chédozeau, Le Nouveau Testament autour de Port-Royal. Traductions, commentaires et études (1697-fin XVIIIe siècle et L’Univers biblique catholique au siècle de Louis XIV. La Bible de Port-Royal. Les Préfaces de l’Ancien Testament. Une théologie scripturaire (1672-1693). Les Préfaces du Nouveau Testament (1696-1708) », Revue des sciences religieuses [En ligne], 89/3 | 2015, mis en ligne le 24 janvier 2016, consulté le 26 juin 2017. URL : http://rsr.revues.org/2657

Haut de page

Auteur

Denis Donetzkoff

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page