Navigation – Plan du site
Recensions

Kristin De Troyer, Timothy Michael Law, Marketta Liljeström (éd.), In the Footsteps of Sherlock Holmes. Studies in the Biblical Text in Honour of Anneli Aejmelaeus

Leuven, Peeters, coll. « Contributions to Biblical Exegesis & Theology, 72 », 2014, 749 p.
Patrick Pouchelle
p. 394-395
Référence(s) :

Kristin De Troyer, Timothy Michael Law, Marketta Liljeström (éd.), In the Footsteps of Sherlock Holmes. Studies in the Biblical Text in Honour of Anneli Aejmelaeus, Leuven, Peeters, coll. « Contributions to Biblical Exegesis & Theology, 72 », 2014, 749 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage de près de 750 pages est un Festschrift en l’honneur d’Anneli Aejmelaeus, spécialiste finlandaise de la Septante (LXX). Qu’il me soit permis d’exprimer le respect que j’ai pour celle qui est, avec Marguerite Harl, une « grande dame » de la Septante. Ce livre comporte une préface des éditeurs en forme d’hommage à leur mentor, ainsi que trente-six articles en anglais, deux en allemand et un en français. L’ouvrage comporte également une bibliographie. Les articles sont regroupés en cinq sections : la première partie est consacrée aux origines de la LXX et aux techniques de traduction, la seconde à l’apport de la LXX à la critique textuelle de la Bible et à l’histoire du texte, la troisième à l’utilisation de la LXX dans le monde chrétien, la quatrième à la réception de la LXX dans les traditions juives, et la dernière s’éloigne de la LXX pour se consacrer à la bible hébraïque et à aux rouleaux de Qumrân. L’édition est correcte mais l’absence d’index, indispensable pour un ouvrage de ce type, est dommageable.

2Tous les articles ne seront pas présentés ici. Ils représentent une photographie de la recherche actuelle dans les domaines de prédilection de Mme Aejmelaeus. On se reportera au résumé bref qui se trouve dans la quatrième de couverture du livre. Il est plus utile de dresser les grandes tendances qui se dégagent de la lecture de ce livre en effectuant un choix, forcément subjectif, d’articles représentatifs.

3Le concept d’autorité de l’Écriture est plusieurs fois traité. Wright (p. 3-29) écrit que la LXX est à la fois témoin de la « canonisation » du texte hébreu et objet lui-même de « canonisation ». Kraft (p. 573-582), étudiant la LXX sous l’angle concret des « rouleaux », doute qu’on puisse réellement parler de « Bible » avant l’apparition des premiers Méga-codex au IVe siècle de notre ère. Von Weissenberg (p. 679-695) met l’accent sur l’importance des massorètes pour le concept d’autorité. Avant eux, l’autorité ne se définit pas comme un gel définitif du texte. Elle est multiforme, reconnue par la communauté récipiendaire et basée notamment sur l’ancienneté et l’attribution pseudépigraphe.

4Un nouveau chantier de la LXX, à savoir une meilleure connaissance du processus de traduction du Pentateuque, est ici entamé par Tov (p. 47-64). En étudiant les spécificités lexicales de la LXX de la Genèse, Tov montre qu’au contraire des autres livres du Pentateuque, les traducteurs de la Genèse étaient « hésitants ». Tov confirme donc l’hypothèse générale qui veut que le Pentateuque ait été traduit d’un bloc et dans l’ordre. Pour rappel, dernièrement, den Hertog (« Erwägungen zur relativen Chronologie der Bücher Levitikus und Deuteronomium innerhalb der Pentateuchübersetzung », dans Im Brennpunkt : Die Septuaginta, Stuttgart, Kohlhammer, 2004, v. 2, p. 216-228) a voulu montrer que la traduction du Deutéronome précédait celle du Lévitique. Ces articles sont le signe d’un prochain approfondissement dans la perception de la traduction grecque du Pentateuque.

5Lee (p. 79-99) reprend la question de la liberté ou de la littéralité d’une traduction. Constatant que ces termes ne sont pas toujours très bien définis, Lee suggère de remplacer « libre » et « littéral » par « idiomatique » et « juste » pour lesquels il donne une définition précise et un processus de qualification. Ainsi, une traduction doit se mesurer à la manière dont elle respecte les règles de la langue cible (idiome) et dont elle transmet le sens de la langue originale (justesse).

6Quelques articles traitent de la « messianisation » ou « eschatologisation » de la LXX. Olofsson (p. 173-193) nie une telle évolution dans la LXX. Hugo (p. 331-351) montre que c’est au contraire le Texte Massorétique (TM) du livre de Samuel, présentant une image plus favorable à David, qui est secondaire par rapport à la Vorlage de la LXX.

7Des articles s’employant à travailler les questions de techniques de traduction ou de grammaire (p. ex., Voitila, p. 195-216 sur l’utilisation de μέλλω comme auxiliaire) et de critique textuelle (p. ex., Trebolle, p. 231-256, sur les variantes impliquant les termes « peuple » et « Israël », démontre une tendance à la pan-israélisation de l’Écriture et Joosten, p. 365-375, réhabilite le principe des conjectures) montrent que ces domaines traditionnels de recherche gardent toute leur vitalité. Signalons enfin Pakkala, p. 377-390, pour qui la Septante de 1 R 8, 12-13 témoigne que le dieu d’Israël possédait des traits solaires, traits qui furent corrigés dans le TM.

8Enfin, la réception de la LXX dans les milieux juifs et chrétiens n’est pas négligée. Ainsi Kauhanen, p. 513-526, montre comment l’Apocalypse de Jean utilise le livre des Rois comme cadre narratif. De son côté, Salvesen, p. 555-571, reprend le problème de la différence entre la LXX et le TM concernant le Tabernacle (Ex 25‑30 ; 35‑40), non pas du point de vue de son origine (quelle était la Vorlage de la LXX ?) mais de sa réception : comment les auteurs juifs de langue grecque ont-ils géré cette différence risquant de mettre à mal l’autorité de la LXX du Pentateuque ?

9La dernière partie du livre s’éloigne de la LXX pour se consacrer à la Bible hébraïque et à Qumrân. Des articles divers et éclectiques couvrent ce domaine, qu’il s’agisse d’interrogations générales telles que la question des prophètes écrivains (Nissinen, p. 585-606, dans une étude qui couvre la littérature moyen-orientale et la Bible) ou qu’il s’agisse d’études plus techniques telles que la question du statut du « ger » (immigré) à Qumrân.

10Nonobstant l’absence d’index, ce livre est indispensable à toute bibliothèque souhaitant disposer d’un ouvrage important se rapportant à la recherche actuelle sur la LXX.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Pouchelle, « Kristin De Troyer, Timothy Michael Law, Marketta Liljeström (éd.), In the Footsteps of Sherlock Holmes. Studies in the Biblical Text in Honour of Anneli Aejmelaeus », Revue des sciences religieuses, 89/3 | 2015, 394-395.

Référence électronique

Patrick Pouchelle, « Kristin De Troyer, Timothy Michael Law, Marketta Liljeström (éd.), In the Footsteps of Sherlock Holmes. Studies in the Biblical Text in Honour of Anneli Aejmelaeus », Revue des sciences religieuses [En ligne], 89/3 | 2015, mis en ligne le 24 janvier 2016, consulté le 29 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/2652

Haut de page

Auteur

Patrick Pouchelle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page