Navigation – Plan du site

« Dieu seul » dans l’œuvre poétique et apologétique de John Donne

Gérard Foucher
p. 185-200

Résumés

L’anglais John Donne (1572‑1631) est largement connu comme poète, maître d’une riche école littéraire, accordée au vaste mouvement de la sensibilité européenne de l’époque. Mais son œuvre est bien plus ample. À partir d’un triple choix d’extraits, incluant son apologétique anglicane, on se propose de montrer que « Dieu seul » met en jeu l’entière problématique de sa création littéraire. Les mots de sa foi font corps avec sa foi dans les mots. Par conséquent, il pense et dit l’unique triplicité divine dans la singulière langue de l’idiot. Sa métaphore zénithale est le soleil, son lexique favori est d’hapax, en forme de préfixes, reliés d’un trait d’union. C’est ainsi que dans l’œuvre de John Donne, Dieu est Dieu seulaire, et, cela sur-éminemment. Ce Dieu seulaire est aboutissement, et point de départ, d’un trajet existentiel. Celui-ci se voit comme topologie de la religio sous trois figures. Bien plutôt qu’esthétiques, elles sont métaphysiques, Elles sont donc érotiques. Et sources d’extase, comme chez tous les mystiques de l’âge baroque, sur le continent.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en avril 2017.

Aperçu du texte

Il n’est guère de lecteur qui n’ait jamais évoqué John Donne, ne serait-ce qu’indirectement, et cela en citant le titre français du roman d’Ernest Hemingway : Pour qui sonne le glas. Ce que ce lecteur sait peut-être moins, c’est que « for whom the bell tolls » est une expression tirée des Devotions upon emergent occasions, qu’on peut traduire par Dévotions aux heures du péril, (bien que de 1624, l’ouvrage n’est toujours pas traduit en français). Devotions rend compte, jour après jour, et quasiment heure par heure, des étapes et épreuves physique et spirituelle du typhus qui faillit emporter John Donne en 1623, l’expression se situant à l’acmé de l’emprise de la maladie. L’ouvrage s’apparente ainsi à une confession lyrique, à la saint Augustin. On en dira davantage ci-après sur ce point.

Qui fut John Donne et quelle fut la substance de ses écrits ? Ses dates sont 1572 et 1631, sous le règne d’Elizabeth première et de Jacques premier, les souverains de l’Angleterre, et de l’Angleterre ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Foucher, « « Dieu seul » dans l’œuvre poétique et apologétique de John Donne », Revue des sciences religieuses, 89/2 | 2015, 185-200.

Référence électronique

Gérard Foucher, « « Dieu seul » dans l’œuvre poétique et apologétique de John Donne », Revue des sciences religieuses [En ligne], 89/2 | 2015, mis en ligne le 01 avril 2017, consulté le 29 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/2614 ; DOI : 10.4000/rsr.2614

Haut de page

Auteur

Gérard Foucher

Université de Bourgogne

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page