Navigation – Plan du site
Recensions

Jean-Jacques Pérennès, Passion Kaboul. Le père Serge de Beaurecueil

Paris, Cerf, 2014, 355 p.
Ataa Denkha
p. 246
Référence(s) :

Jean-Jacques Pérennès, Passion Kaboul. Le père Serge de Beaurecueil, Paris, Cerf, 2014, 355 p.

Texte intégral

1Jean-Jacques Pérennès retrace la vie et le parcours spirituel exceptionnel de son frère dominicain Serge de Beaurecueil (1917-2005). Pour écrire ce livre, l’A. va à Kaboul, sur les pas de Padar Serge de Beaurecueil pour rassembler des témoignages sur le vif, dont ceux de beaucoup d’enfants que le père Serge de Beaurecueil avait recueillis. C’est un ouvrage documenté et même une aventure humaine et mystique au cœur de l’Afghanistan. Serge de Beaurecueil est issu d’une famille aisée mais son enfance a été douloureuse, d’où son attention tournée vers les plus démunis (pauvres, orphelins, handicapés). À l’âge de dix-neuf ans, il entre chez les dominicains. Il poursuit ses études et se sent attiré par l’Orient et l’islam. Il va d’abord au Caire où il reste dix-sept ans. Il devient un des meilleurs spécialistes d’Abdullah Ansari, un grand mystique persan du xiie siècle, natif de Hérat, en Afghanistan. Puis il publie ses œuvres. Il compte parmi ceux qui ont fondé au Caire l’Institut dominicain d’études orientales. À côté de sa vie intellectuelle, il a toujours consacré beaucoup de temps à être auprès des enfants pauvres du Caire et notamment ceux qu’il accompagne comme aumônier de collège des quartiers populaires. Il a cherché avant tout à aimer l’homme, chrétien ou musulman, chiite ou sunnite. En 1963, une chaire lui est offerte à l’Université de Kaboul, où pendant vingt ans, il partage son temps entre l’enseignement et l’accueil d’enfants de la rue, des enfants malades, abandonnés, handicapés pour leur offrir abri, soins, éducation.

2Soutenu par le père Chenu, il consigne par écrit son expérience dans plusieurs livres : Nous avons partagé le pain et le sel (1965), Prêtre des non-chrétiens (1968) et Enfants de Kaboul (1983). Après avoir dû quitter précipitamment son pays d’adoption en 1983, chassé par un régime communiste, il est rapatrié par l’Ambassade de France et vivra surtout à Paris et un peu à Bruxelles. Avec le frère André Gouzes, il entreprend une dernière aventure par l’édification d’une chapelle russe pour l’abbaye de Sylvanès, là-même où il sera enterré en 2005. Jean-Jacques Pérennès décrit avec authenticité un parcours peu commun. Il a dépouillé diverses archives et rencontré, y compris en Afghanistan, des témoins directs. En plus, sa recherche est nourrie de nombreuses citations des écrits de Serge de Beaurecueil lui-même.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ataa Denkha, « Jean-Jacques Pérennès, Passion Kaboul. Le père Serge de Beaurecueil », Revue des sciences religieuses, 89/2 | 2015, 246.

Référence électronique

Ataa Denkha, « Jean-Jacques Pérennès, Passion Kaboul. Le père Serge de Beaurecueil », Revue des sciences religieuses [En ligne], 89/2 | 2015, mis en ligne le 23 janvier 2016, consulté le 29 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/2600

Haut de page

Auteur

Ataa Denkha

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page