Navigation – Plan du site
Recensions

Maurice Godelier (dir.), La mort et ses au-delà

Paris, CNRS Éditions, 2014, 410 p.
Ataa Denkha
p. 245-246
Référence(s) :

Maurice Godelier (dir.), La mort et ses au-delà, Paris, CNRS Éditions, 2014, 410 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif, dirigé par le célèbre anthropologue, rassemble les représentations de la mort non seulement dans les grandes traditions religieuses et spirituelles mais aussi dans le temps et dans l’espace. Dès l’introduction, Maurice Godelier explique clairement que les idées des hommes sur la mort sont largement partagées : nulle part dans le monde, la mort des humains n’est décrite comme une fin de l’existence. Au contraire elle est toujours associée à la naissance. Autrement dit, ce qui se compose à la naissance se défait à la mort en continuant d’exister de différentes façons dans l’au-delà.

2L’ouvrage coordonne une réflexion sur la mort et l’au-delà menée par quatorze historiens et anthropologues sur diverses sociétés dont ils sont spécialistes. Ainsi sont présentés les rites funéraires, les craintes et les espoirs en commençant par la Grèce et la Rome antique et en passant par les cinq religions principales de notre époque : judaïsme, christianisme, islam, bouddhisme et hindouisme et en incluant des tribus amazoniennes et des peuples d’Océanie. Il s’agit d’une belle exploration dans l’immensité des cultures. Toutefois, l’ouvrage en s’interrogeant sur la question : « qu’y-a-t-il après la mort ? » ne donne pas de réponses affirmatives sur l’au-delà mais essaie de montrer comment la mort a été perçue au fil du temps dans différentes régions du monde. La mort dans les nombreux mythes d’origine est attachée à une transgression initiale comme pour la boîte de Pandore chez les anciens Grecs, ou la chute d’Adam et Ève. Au cours des siècles la réalité de la mort s’impose à tous et devient un fait social, d’où la grande diversité des cultures et des pratiques.

3Selon certains auteurs, l’origine de la civilisation provient du culte des morts et de la manière de traiter les corps, que ce soit par ensevelissement, crémation, momification, exposition et décomposition contrôlée ou même ingestion rituelle, bien réelle ou plus métaphorique dans certaines sociétés d’Amazonie et de Nouvelle-Guinée. Pour les religions monothéistes, le sens de la mort est étroitement relié au pouvoir de Dieu qui est le maître de la vie et de la mort. Le judaïsme met l’accent sur des rites funéraires par lesquels il atteste l’ancrage du défunt dans la communauté et son inscription dans la mémoire collective. Concernant le christianisme, Jean-Claude Schmitt montre comment la pensée de la mort a façonné son idéologie non seulement comme un système de croyances mais aussi comme système social surtout au Moyen Âge.

4Les différentes pratiques de deuil sont étroitement liées à la croyance dans la dissociation de l’âme et du corps. Cela suppose une mise à l’écart, un processus de séparation du cadavre de l’univers des vivants, qu’il pourrait par ailleurs contaminer. Bien des doctrines variées existent quant au destin des âmes : certaines sont jugées selon leurs mérites et promises ou non à la résurrection, d’autres sont affectées par la qualité des rites funéraires, d’autres encore sont vouées à une réincarnation.

5En somme, la richesse de cette recherche réside en la double connaissance, érudite et pratique, que les auteurs possèdent du sujet en montrant comment chaque tradition présente la mort, le traitement des morts et le destin des défunts.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ataa Denkha, « Maurice Godelier (dir.), La mort et ses au-delà », Revue des sciences religieuses, 89/2 | 2015, 245-246.

Référence électronique

Ataa Denkha, « Maurice Godelier (dir.), La mort et ses au-delà », Revue des sciences religieuses [En ligne], 89/2 | 2015, mis en ligne le 23 janvier 2016, consulté le 21 août 2017. URL : http://rsr.revues.org/2598

Haut de page

Auteur

Ataa Denkha

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page