Navigation – Plan du site
Recensions

Jacques Arnould, Le rire d’Icare. Le risque et l’aventure spatiale

Paris, Cerf, 2013, 117 p.
Marie-Jo Thiel
p. 243-244
Référence(s) :

Jacques Arnould, Le rire d’Icare. Le risque et l’aventure spatiale, Paris, Cerf, 2013, 117 p.

Texte intégral

1L’A., chargé des questions d’éthique au Centre national d’études spatiales (CNES), docteur en histoire des sciences et en théologie, propose avec cet ouvrage une intéressante réflexion sur la notion de risques. En 1986, rappelle-t-il, ils étaient sept astronautes américains à franchir la cabine de la navette spatiale Challenger, et la présence d’une jeune institutrice féministe du New Hampshire devait inaugurer les voyages spatiaux de monsieur/madame Tout-le-monde. Pourtant à peine parti, un joint torique n’assurant pas l’étanchéité, un incendie se déclare et la navette s’écrase en pleine mer, sans survivant… Avait-on pris trop de risque, jubilant de l’antique mythe d’Icare ? N’avait-on pas suffisamment mesuré le risque inhérent à toute entreprise technique dont l’appréciation varie selon les temps et les cultures ? « Dès lors », écrit J. Arnould, « faire œuvre d’éthique revient à s’interroger sur les finalités, les moyens et les conséquences des vols habités. Pour quelles raisons et dans quel esprit envoyer des humains dans l’espace ? À quel prix, avec quels risques, connus et maîtrisés, mais aussi supposés, pressentis, devinés, votre totalement inconnus ? Enfin, avec quels succès, en vue de quels gains, pour quels progrès ? »

2Si ces questions peuvent paraître évidentes, il « faut » une deuxième tragédie (celle de la navette Columbia en février 2003) pour en prendre la mesure. L’A. les discute à partir de différents biais : la cosmologie telle qu’elle est discutée par les philosophes à travers les siècles, la notion philosophique de risque via d’abord l’expérience de Galilée, Kepler, Monod, jusqu’aux travaux d’Ulrich Beck, et d’autres passionnés du cosmos. Il aborde aussi sa problématique en interrogeant la place de la mort et des morts (chap. 6), des catastrophes causées par les astéroïdes ou des événements climatiques (cf. tremblement de terre de Lisbonne, suivi par un tsunami) et discutées par les philosophes : qui est responsable ? Dieu ? les hommes ?

3Le chapitre 8 discute aussi des « envahisseurs », « ces êtres étranges venus d’une autre planète » que les séries télévisées ont souvent repris en boucle et que des programmes scientifiques essayent d’évaluer. L’exploration de l’espace, comme le rappelle le chapitre suivant, les hommes ne pourront y renoncer, mais cette exploration a un coût (en opportunités de moyens, de temps, en valeur morale…) : « explorer n’est pas une option pour notre espèce. Elle appartient à notre condition, se nourrit de notre curiosité, alimente notre imaginaire. Elle se révèle même nécessaire à notre survie en offrant d’autres ressources à nos besoins, d’autres horizons à notre créativité, d’autres champs à nos interrogations, d’autres possibles à l’existence d’autrui. » Mais c’est aussi « affaire de risques » ! S’évader a un prix ! « Qu’importe, il faut imaginer Icare heureux ».

4Un ouvrage facile à lire, truffé de relectures philosophiques qui lui donnent une vraie densité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Jo Thiel, « Jacques Arnould, Le rire d’Icare. Le risque et l’aventure spatiale », Revue des sciences religieuses, 89/2 | 2015, 243-244.

Référence électronique

Marie-Jo Thiel, « Jacques Arnould, Le rire d’Icare. Le risque et l’aventure spatiale », Revue des sciences religieuses [En ligne], 89/2 | 2015, mis en ligne le 23 janvier 2016, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://rsr.revues.org/2594

Haut de page

Auteur

Marie-Jo Thiel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page