Navigation – Plan du site
Recensions

Miguel Ayuso, Appel de l’âme et vocation politique

Paris, Muller Édition, coll. « Hora Decima », 2012, 164 p.
Riyad Dookhy
p. 242-243
Référence(s) :

Miguel Ayuso, Appel de l’âme et vocation politique, Paris, Muller Édition, coll. « Hora Decima », 2012, 164 p.

Texte intégral

1Miguel Ayuso, professeur de droit constitutionnel à l’Université pontificale Comillas à Madrid, est un ancien membre de la Cour suprême de l’Espagne. Ce livre est, selon son éditeur Stéphen de Petiville, le projet intellectuel de jeunesse de l’auteur, qui avait comme arrière-fond l’Espagne des années 1980.

2La vocation s’est toujours comprise comme devant s’incarner dans des projets à caractère politique. Ce s’inscrit dans cette lignée et vise donc le « désir d’inciter les catholiques, sans complaisances vis-à-vis du monde moderne, à s’engager dans la politique … suivant l’esprit de dévouement propre à la vocation ». L’auteur insiste alors sur la nécessaire distinction entre la personne « éthique », celle qui cherche à rendre le monde comme il se doit, celle qui est un ‘protagoniste’, de celle « esthétique » qui se plie devant une réalité, n’étant qu’un simple ‘spectateur’. Le protagoniste de l’histoire rejette ainsi l’absence de solidarité de l’esthète pour œuvrer à la construction de la Cité. L’attitude esthétique est ce qui peut expliquer un certain abstentionnisme politique.

3Mais pour beaucoup, la modernité est vécue comme un « messianisme des technocrates » dressant l’acte de décès de la politique qui serait fondamentalement « idéologie ». Même l’État de droit semble répondre à l’idéologie libérale. Mais cette politique « idéologique » est, en fait, une « antipolitique ». La politique est avant tout un rapport des gouvernants avec des hommes alors que l’idéologie renvoie à une perversion de la réalité. Il importe de restaurer une bonne compréhension et parler de « charité politique » qui implique un devoir de « faire de la politique ». Il faut entendre alors la politique non en un sens réductionniste et étatique qui est le propre d’une certaine pensée traditionnelle, mais en son acception classique et large, c’est-à-dire comme « l’art de diriger les communautés vers leur fin, qui est leur bien propre ». Le bien, l’amour et la vérité ont besoin de se répandre. C’est ce qui dote l’activité politique d’un fondement spirituel et d’une dignité. De plus, toute perfection de l’acte intellectuel demande sa diffusion à l’extérieur. Le bien n’est que l’être lui-même dans la mesure où il est désirable. La politique devient ainsi un devoir. La politique est enfin une voie qui mène le catholique à la perfection.

4C’est un livre de jeunesse et l’A. le reconnaît. Nous pouvons regretter le fait que le livre pèche par des « imprécisions doctrinales » comme le soulignait l’auteur. Retenons que le but essentiel de l’ouvrage ne consiste pas en des discussions doctrinales, mais en la volonté de restaurer une vision de la politique qui vise avant tout la préservation du bien des âmes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Riyad Dookhy, « Miguel Ayuso, Appel de l’âme et vocation politique », Revue des sciences religieuses, 89/2 | 2015, 242-243.

Référence électronique

Riyad Dookhy, « Miguel Ayuso, Appel de l’âme et vocation politique », Revue des sciences religieuses [En ligne], 89/2 | 2015, mis en ligne le 23 janvier 2016, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://rsr.revues.org/2592

Haut de page

Auteur

Riyad Dookhy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page