Navigation – Plan du site
Recensions

Thomas Alferi (dir.), La Tradition – œuvre de Dieu. Approches plurielles d’un terme controversé

Paris, UCO / Parole et Silence, 2013, 250 p.
Françoise Vinel
p. 240-241
Référence(s) :

Thomas Alferi (dir.), La Tradition – œuvre de Dieu. Approches plurielles d’un terme controversé, Paris, UCO / Parole et Silence, 2013, 250 p.

Texte intégral

1Le sous-titre du volume de dix contributions publiées sous la direction de Thomas Alferi, de la Faculté de théologie catholique d’Angers, dit bien l’intention de ces réflexions, distribuées selon quatre axes. « Exposer la Tradition aujourd’hui », tout d’abord : F. Poché souligne combien le terme même de tradition et les sens qu’on lui fait porter sont mis à rude épreuve dans nos sociétés contemporaines occidentales « hypermodernes », et cela parce que les éléments de référence de la tradition, telles l’identité et la communauté, sont aujourd’hui fragilisés, voire contestés ; pour éviter une fracture dommageable pour tous, suggère Poché, pensons la tradition comme un processus de type hélicoïdal, dans une dynamique seule capable de la maintenir dans un lien constructif avec nos sociétés. Puis, Th. Alferi intéresse le lecteur au « caractère historial de la vie chrétienne » mis en évidence dans l’œuvre de Benoît XVI. L’image répandue du rapport de ce dernier à la Tradition est largement caricaturale ; aussi Alferi reprend-il la démarche de pensée de Joseph Ratzinger, et il rappelle pour la synthétiser une phrase que « J. Ratzinger a dû gommer de son mémoire d’habilitation pour être admis à la Faculté de théologie de Munich en 1957 [un texte publié pour la première fois en 2009] » (p. 52-53) : « La Parole de Dieu est donnée dans l’acte ecclésial de la Tradition » ; on comprend alors, souligne T. Alferi, comment les recherches menées par Ratzinger sur saint Bonaventure nourrissent sa réflexion sur la Tradition.

2Dans la logique de ces premiers articles, la deuxième partie, « À la recherche de la tradition vivante », propose un parcours historique, avec des pages éclairantes de M. -L. Chaieb sur la place centrale faite à la paradosis par saint Irénée et, à l’autre bout de la chaîne, si l’on peut dire, le commentaire de H. Verweyen sur le livre de M. Blondel « Histoire et dogme », paru en 1904 dans le contexte de la crise moderniste. Mais on mettra plutôt l’accent ici sur les pages du P. Keith Beaumont consacrées à la pensée de J.-H. Newman (p. 95-120). C’est dans l’histoire même de la conversion de Newman que s’enracine la place faite à la Tradition, indissociablement liée à l’Église et au dogme, une découverte nourrie chez Newman par la lecture des Pères. Ainsi se tissent les fondements du concept de développement du dogme qui constitue selon J. Ratzinger « une contribution décisive au renouveau de la théologie » (p. 112).

3Au miroir des recherches et des avancées œcuméniques, A. Birmelé examine la problématique nécessairement herméneutique de la tradition et cela le conduit à préciser comment la sola scriptura dans le contexte de la Réforme ne prend son sens authentique que par la distinction luthérienne entre Écriture et Évangile. La compréhension entre Églises, dans le dialogue luthéro-catholique et luthéro-orthodoxe (avec un texte publié en 1985, « Écriture et tradition » se construit désormais grâce à un « consensus sur l’Évangile » (p. 176). Définissant avec un bon optimisme les chantiers désormais ouverts, A. Birmelé souligne que la T/tradition ne constitue plus un obstacle majeur pour l’avancée du dialogue œcuménique. À sa suite, l’article de R. Chéno, « la tradition comme agir de l’Esprit », se nourrit des réflexions de P. Beauchamp (Le récit, la lettre et le corps, Paris 1982) et de W. Pannenberg (Théologie systématique, trad. d’O. Riaudel et alii) pour interroger ce qu’il considère comme un certain flou du concept de révélation au cœur de la constitution Dei Verbum. L’inscription de la révélation dans la lettre de l’Écriture s’illustre fortement en Ga 3, 1 et il faut dès lors penser le rapport entre lettre et Parole : « Vous aux yeux de qui Jésus Christ a été tracé par écrit crucifié » (trad. Beauchamp, citée p. 196). Et c’est en empruntant à Pannenberg le concept de « champ de force » que Chéno exprime l’agir de l’Esprit comme « ouverture d’un champ de possibilités d’événements avenir », agir vivifiant qui laisse l’Évangile être « ‘intact et vivant’, comme l’écrit Dei Verbum, c’est-à-dire à jamais corps normatif, certes, mais corps en procès d’accomplissement » (p. 201-202).

4Le lien entre liturgie et tradition, enfin, n’est pas négligé, avec les pages de F. Poulet sur « Le Jeudi Saint – dies traditionis — » et celles de Paul De Clerck sur « l’émergence des traditions » et le discernement nécessaire opéré par l’institution conciliaire entre les innovations au cours de l’histoire (avec l’exemple, privilégié par De Clerck, de la dissociation de plus en plus nette entre baptême et Eucharistie en Occident) et la Tradition. Dès le 4e s., la liturgie du Jeudi Saint s’affirme dans les Églises d’Orient et les analyses de F. Poulet s’appuient principalement sur les témoignages du récit d’Égérie, pèlerine à Jérusalem, et des Lectionnaires arménien et géorgien édités et traduits par A. Renoux pour montrer comment, le Jeudi Saint, liturgie de la Parole et liturgie eucharistique portent en leur centre le double sens de « tradition », don/transmission et trahison – traditio de Jésus et traditio de Judas. Le rite du lavement des pieds, nouveauté liturgique insérée dans le rite géorgien, d’origine hiérosolymitaire au 5e-6e s., traduit cela, comme le texte johannique fait se suivre lavement des pieds et don du pain à « celui qui va [le] livrer » (Jn 13, 21.26).

5Dans la prolifération des publications, les ouvrages collectifs sont sans doute trop souvent laissés pour compte. Ces lectures plurielles ne sont-elles pas pourtant la reconnaissance modeste et fructueuse de la complexité de notre situation contemporaine, y compris dans l’Église ? Ce livre en témoigne brillamment.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Vinel, « Thomas Alferi (dir.), La Tradition – œuvre de Dieu. Approches plurielles d’un terme controversé », Revue des sciences religieuses, 89/2 | 2015, 240-241.

Référence électronique

Françoise Vinel, « Thomas Alferi (dir.), La Tradition – œuvre de Dieu. Approches plurielles d’un terme controversé », Revue des sciences religieuses [En ligne], 89/2 | 2015, mis en ligne le 23 janvier 2016, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://rsr.revues.org/2589

Haut de page

Auteur

Françoise Vinel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page