Navigation – Plan du site
Recensions

Jean-Claude Larchet, La vie sacramentelle

Paris, Cerf, coll. « Théologies », 2014, 598 p.
Michel Steinmetz
p. 237-239
Référence(s) :

Jean-Claude Larchet, La vie sacramentelle, Paris, Cerf, 2014, coll. « Théologies », 598 p.

Texte intégral

1La vie sacramentelle apparaît comme le deuxième tableau d’un triptyque annoncé par le théologien orthodoxe Jean-Claude Larchet (p. 7). Après deux tomes consacrés à l’aspect institutionnel de la vie ecclésiale (L’Église, corps du Christ, I, Nature et structure de l’Église, corps du Christ, II, Les relations entre les Églises, Paris, Cerf, 2012), l’A. s’intéresse à un aspect essentiel de la vie en Église : la dispensation et la réception des mystères ou sacrements. Un troisième ouvrage traitera de la vie liturgique.

2D’emblée, le lecteur catholique, d’autant plus s’il est liturgiste, peut s’étonner d’une telle partition. L’adage ancien « Lex orandi, lex credendi » attribué à Célestin Ier (ou « Legem credendi lex statuat supplicandi », selon Prosper d’Aquitaine, Ep. 217, PL 45, 1031) ne semble pas honoré dans la mesure où la vie liturgique découle pour l’A., selon l’organisation de sa publication, d’une réalité théologico-institutionnelle et n’est pas en elle-même à la source du discours théologique.

3Le lecteur catholique, passé cette première surprise, sera grandement intéressé par l’ensemble de l’ouvrage, véritable manuel, voire somme, de sacramentaire orthodoxe qui se décline ainsi en neuf chapitres, traitant tour à tour de chacun des sacrements, mais aussi de la sacramentaire en général. L’intérêt du lecteur se focalisera sans doute sur l’un ou l’autre point qui rejoint le monde catholique en ses préoccupations contemporaines, tout particulièrement la manière dont est envisagée le sacrement du mariage et l’éventuel deuxième mariage dans un contexte synodal et romain quelque peu passionné, dont certains argumentaires convoquent la pratique orthodoxe.

4Le chapitre consacré au sacrement du mariage débute par un rappel très fort et affirmé des présupposés du mariage sacramentel orthodoxe : altérité sexuelle, monogamie et indissolubilité (p. 334 ss), là où le catholicisme aurait plus spontanément évoqué la liberté de consentement, la procréation, la fidélité et aussi l’indissolubilité. On pourra être étonné des propos très fermes employés pour traiter de l’homosexualité, contrastant nettement avec ceux du rapport d’étape des discussions synodales d’octobre 2014, alors que ceux qui touchent l’union libre sont clairement plus « ouverts ». L’auteur consacre plusieurs pages à la question du divorce qu’il distingue finement de la possibilité d’un remariage. Tout en rappelant que l’Église catholique et l’Église orthodoxe sont opposées au divorce, il précise que le catholicisme permet cependant, dans certains cas, la possibilité d’une déclaration en nullité (expression qui corrige heureusement celle d’« annulation » employée par ailleurs, p. 402). L’orthodoxie, quant à elle, se placerait dans un rapport plus pastoral, voire pragmatique : « L’unité du mariage est parfois un idéal difficile, voire impossible à maintenir » (p. 403). Elle tolère le divorce essentiellement dans des situations « où une rupture de fait est consommée au sein du couple et où la désunion paraît irrémédiable » (p. 403). La législation va, au fil des siècles, traduire de manière concrète cette position liée plus particulièrement à l’adultère ou à la fornication (au sens de la porneia grecque). « Tout en gardant un respect absolu de la norme dans le principe, l’Église ne s’enferme dans l’“acribie” mais pratique, dans ce cas comme dans d’autres, l’“économie” » (p. 407). Ainsi le divorce, prononcé par l’évêque, reste-t-il un pis-aller, un « moindre mal » (au sens de l’Aquinate ?). Une section suivante est alors consacrée à la question du remariage. L’hostilité marquée des Pères, tant latins que grecs, à cette option a perduré jusqu’au xe siècle ; l’Église orthodoxe se refusait jusqu’alors à bénir tout remariage. Un adoucissement de cette mesure a fini par l’emporter, toujours par souci pastoral, car l’orthodoxie a continué à présenter le remariage, unique, comme « n’étant pas l’idéal » (p. 412). C’est ainsi qu’elle n’autorise pas le remariage des prêtres, et qu’elle a composé pour le second mariage des laïcs un rituel à forte connotation pénitentielle et ne prévoyant notamment pas le rite du couronnement.

5Après avoir rappelé au début de l’ouvrage que les « mystères » ou « sacrements » sont plus de l’ordre d’un élan qu’ils ne marqueraient un seul point de départ, l’A. – c’est la note au bas de la page 9 – explique que, si le mot « mystère » est utilisé dans la tradition orientale –, il préfèrera employer celui de « sacrement », attesté dès le iie siècle chez Tertullien et qui a l’avantage de ne souffrir d’aucune ambigüité polysémique. Les sacrements ainsi définis ont une vocation thérapeutique qui réside plus dans le moyen, leur finalité ultime étant la divinisation et le salut (p. 27 ss). Pour Larchet, le salut concerne le pôle « négatif » de l’homme déchu que les sacrements aident à guérir de son mal pour retrouver la santé (fonction thérapeutique). Pragmatiquement, il pose la question de savoir ce que l’homme sauvé fait de sa santé recouvrée. C’est alors qu’il fait intervenir un pôle « positif » constitué par la divinisation : l’homme guéri du péché est encore appelé à retrouver de manière plénière la ressemblance avec Dieu. Intervient pour cela une « synergie sacramentelle » (chapitre 9). Cette dernière postule la libre participation du fidèle, contrairement à la doctrine catholique romaine selon laquelle les sacrements agiraient par eux-mêmes, indépendamment de tout autre critère (ex opere operato). Cette conception tridentine a cependant elle-même évolué dans le catholicisme et on peut regretter que l’A. n’en fasse pas état. Ainsi sans que l’ex opere operato de Trente soit remis en cause, la sacramentalité apparaît aujourd’hui plus ouverte et moins « automatique ». Nous en avons un exemple à la fois par la redécouverte du catéchuménat des adultes qui montre qu’un baptême ne saurait se réduire à un seul rite d’eau mais suppose une initiation aux mystères de la foi, et dans l’interrogation contemporaine autour des mariages « célébrés sans foi ». Le liturgiste catholique se sentira à l’aise avec ce concept conclusif de l’approche sacramentaire de Larchet par ses liens avec la théologie sacramentaire développée notamment par Louis-Marie Chauvet à l’Institut catholique de Paris (cf. notamment Symbole et sacrement. Une relecture sacramentelle de l’existence chrétienne, Paris, Cerf, coll. « Cogitatio Fidei », 1987, 582 p.).

6On sera reconnaissant à Jean-Claude Larchet de mettre à notre disposition de manière si claire et didactique la riche tradition de l’Église orthodoxe et sa vision de la théologie sacramentaire. Le présent volume annonce, dans le prolongement de cette réflexion consacrée à la vie sacramentelle, la parution prochaine d’un nouvel ouvrage dévolu, lui, à une autre dimension essentielle de la vie en Église : la vie liturgique. On a désormais hâte de le découvrir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Steinmetz, « Jean-Claude Larchet, La vie sacramentelle », Revue des sciences religieuses, 89/2 | 2015, 237-239.

Référence électronique

Michel Steinmetz, « Jean-Claude Larchet, La vie sacramentelle », Revue des sciences religieuses [En ligne], 89/2 | 2015, mis en ligne le 23 janvier 2016, consulté le 26 juin 2017. URL : http://rsr.revues.org/2587

Haut de page

Auteur

Michel Steinmetz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page