Navigation – Plan du site
Recensions

Alain Rey, Dictionnaire amoureux du diable

Paris, Plon, 2013, 975 p.
Denis Donetzkoff
p. 233-235
Référence(s) :

Alain Rey, Dictionnaire amoureux du diable, avec des dessins d’Alain Bouldouyre, Paris, Plon, 2013, 975 p.

Texte intégral

1Les mots et leurs significations constituent l’univers d’Alain Rey (A.R.) depuis plus de cinquante ans. Principal collaborateur de Paul Robert dès 1964, il a dirigé, entre autres, le Grand Robert de la langue française, et a consacré à la langue française de nombreux ouvrages historiques, parmi lesquels se signale un Antoine Furetière, un précurseur des lumières sous Louis XIV paru chez Fayard en 2006. En 2011 enfin, il publiait, dans la même collection où paraît l’ouvrage dont nous rendons compte ici, un Dictionnaire amoureux des dictionnaires.

2Qu’est-ce donc qui a pu entraîner A.R. à consacrer 975 pages au diable ? C’est que « le diable, on en parle et on le fait parler », déclare-t-il dans un « Avant-dire » qui répond à la question : comment peut-on écrire « un recueil amoureux dédié au principe du Mal ? »

3Il ne faut pas chercher dans ces pages une quelconque vision de foi, A.R. a l’honnêteté d’en prévenir le lecteur ; au détour de l’article consacré au curé d’Ars, il laisse échapper que c’est à l’âge de 23 ans qu’il a perdu « la foi familiale ». Pour lui, « le diable est une idée, une entité, un symbole, un nom, un signe, un indice ». En fait, « le Mal est en nous, autour de nous : le diable, invention admirable, est là pour l’assumer, l’éloigner, le sortir de ses repaires ». Comme « Dieu représente les pouvoirs et les impuissances humains », le diable, lui, représente « ses méfaits ». Dieu tout comme le diable « sont innocents, du Mal comme du Bien ». Si A.R. s’intéresse à ce symbole, puisque pour lui, le diable n’est rien d’autre, c’est que le démon est « écrivain, artiste, imagier, historien, philosophe, musicien, mystique, imprécateur, révolutionnaire, révélateur », et beau au travers de ces manifestations : « Comment négliger sa beauté ? Comment ne pas l’aimer un peu ? ». Le diable donc qui passionne A.R. est « un mot, une idée, un mythe, un signe », qui pourtant possède une réalité ambiguë : « Croire au Mal et à ses incarnations, c’est déjà commencer à croire au Diable. Et refuser d’y croire et le maudire, c’est encore le faire exister, de même que le blasphème affirme Dieu ».

4C’est cet amour des manifestations culturelles du diable qu’A.R. nous invite à partager au travers de près de trois cents entrées, évoquant « Faust, don Juan, les chefs-d’œuvre romantiques, Baudelaire et La Sorcière sublime et fallacieuse de Michelet » ainsi que « des très savants théologiens férus de démonologie, et les anthropologues, et les historiens ». Dans ce cadre exclusivement culturel et agnostique, ce dictionnaire offre une première plongée érudite et instructive dans l’univers du diable.

5En feuilletant ces pages, le lecteur pourra par exemple découvrir les « procès d’animaux », ou encore apprendre, dans les lignes consacrées à Pierre-Joseph Proudhon, « que l’esprit de révolte contre les valeurs bourgeoises du xixe siècle européen, qu’on trouve aussi chez les poètes, depuis Byron et jusqu’à Baudelaire ou Carducci, passe alors par une invocation à Satan promu à la fonction de libérateur ». On parcourra aussi avec intérêt les lignes consacrées à « la diabolisation de la femme dans la chrétienté » qui fit que « la figure chrétienne d’un esprit du Mal personnalisé put s’appuyer sur divers boucs émissaires, parmi lesquels la moitié de l’humanité, des chèvres émissaires en vérité ».

6Ce dictionnaire foisonne de remarques stimulantes, exprimées souvent avec humour, quelquefois avec humeur, pour ne pas dire irrévérence, toujours cependant assises sur des lectures nombreuses et une réflexion approfondie. Même lorsqu’on ne partage pas les vues de l’A., elles demeurent ainsi toujours bonne matière à réflexion. La diversité de son horizon culturel, dont témoignent les nombreuses références qui jalonnent son dictionnaire, représente un apport non négligeable de ces pages, et ouvre souvent de nouvelles pistes pour la réflexion et la recherche personnelles. On ne peut pas rester insensible aux réflexions sur le « cinéma du diable », car « le diable se décline au cinéma comme dans un dictionnaire » : « Distraire, émouvoir, stimuler l’imaginaire par des événements fictifs… beau programme pour le Prince du Mensonge, qui y joint ce qui le caractérise : effrayer, horrifier l’être humain, mais aussi le tenter, jusqu’à le posséder s’il le peut ». Tout aussi intéressant est le panorama brossé par A.R. sur les rapports entre diable et musique. Ainsi l’entrée : « Musique (le diable et la) » : « Comme un diable, expression banale, exprime une vitalité sans entrave ; appliquée à la musique, elle vise une énergie surhumaine, incarnée en virtuosité. Vladimir Horowitz, disait une autre immense pianiste, Clara Haskil, c’est Satan au piano ». Il faut parcourir aussi l’article : « Croire, croyance (au Diable) », qui livre de la manière la plus directe qui soit peut-être dans ce dictionnaire, le propos de son auteur : « Le Diable et Dieu, je ne crois pas en eux, mais j’y crois cependant, autrement : ce sont des signes puissants, ceux des langues humaines, ceux de la figuration, ceux des mélodies et des rythmes. Tout cela est création et, selon le verbe grec qui signifie créer, poésie ».

7À ce diable, les mains savantes d’A.R. élèvent donc un monument captivant et documenté, celui du catalogue commenté des principales œuvres du génie humain dont il est le protagoniste, ainsi que le portrait des esprits qui l’ont illustré, en le combattant ou en adhérant à lui : il ne peut laisser indifférent le lecteur, croyant ou non, que passionne tout ce qui habite et agite le cœur de notre humanité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Donetzkoff, « Alain Rey, Dictionnaire amoureux du diable », Revue des sciences religieuses, 89/2 | 2015, 233-235.

Référence électronique

Denis Donetzkoff, « Alain Rey, Dictionnaire amoureux du diable », Revue des sciences religieuses [En ligne], 89/2 | 2015, mis en ligne le 23 janvier 2016, consulté le 22 mai 2017. URL : http://rsr.revues.org/2578

Haut de page

Auteur

Denis Donetzkoff

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page