Navigation – Plan du site
Recensions

Pierre Bühler (éd.), Répondre de la foi. Réflexions et dialogues. Textes de Gerhard Ebeling

Genève, Labor et Fides, coll. « Lieux théologiques », 2012, 327 p.
Michel Deneken
p. 231-232
Référence(s) :

Pierre Bühler (éd.), Répondre de la foi. Réflexions et dialogues. Textes de Gerhard Ebeling, Genève, Labor et Fides, coll. « Lieux théologiques », 2012, 327 p.

Texte intégral

1Commençons par la fin ! La longue et riche postface de Pierre Bühler, qui a construit ce volume de textes, permet de saisir l’importance de l’œuvre du théologien luthérien allemand Gerhard Ebeling (1912-2001). Il faut d’emblée remercier P. Bühler pour cette très heureuse initiative d’avoir réuni ces textes pour marquer le centenaire de la naissance de ce théologien influent. Gerhard Ebeling est relativement peu connu dans le domaine protestant francophone, précise d’emblée Bühler ; et que dire du catholique ?, ajouterons-nous. Et pourtant ce volume suscite chez celui qui l’ouvre et le parcourt le désir d’en savoir plus. Ebeling apparaît comme un des premiers théologiens à avoir saisi à bras le corps la question de la théologie comprise comme herméneutique de la Parole de Dieu. Mais par-delà cette intuition pionnière, Bühler souligne que ce n’est pas là son seul titre de gloire. Ebeling se situe dans le sillage de Bultmann et de Bonhoeffer, ses maîtres. Sa méthode se caractérise par une interdisciplinarité intra- et extra-théologique. On peut dire qu’il est un des rares théologiens protestants à inculturer en terre réformée une approche qui fait place à la théologie fondamentale. Aussi intellectuelle, universitaire et sophistiquée soit-elle, la théologie ne doit cependant jamais se séparer de la proclamation dont elle est la servante, ce qui se résume dans cette heureuse formule : « La théologie est nécessaire pour rendre au prédicateur la tâche de prêcher aussi difficile que nécessaire » (p. 286). Ebeling, ouvert aux autres disciplines académiques pour féconder sa propre recherche, ne l’est pas moins aux autres confessions chrétiennes, comme cela apparaît dans ses « études pour une herméneutique des confessions » qui mériteraient traduction. Bühler montre un Ebeling magistral connaisseur de l’œuvre de Luther, auquel il veut rester fidèle tout en tournant le dos à tout conservatisme répétitif ou toute piété ankylosante. En historien il aborde Luther chez qui une – voire la – clé d’interprétation se trouve dans l’anthropologie (p. 290). Mais surtout chez Luther il trouve une « école théologique », une méthodologie apte à construire une théologie dialectique (p. 295). C’est l’étude systématique du Réformateur qui a conduit Ebeling à être le théologien de l’herméneutique de la Parole. Dès lors la dogmatique, qui est une herméneutique, veut permettre à la foi de se comprendre elle-même (p. 298).

2La sélection de textes proposée par Pierre Bühler vise à donner un premier aperçu de cette forte et attachante voix théologique d’Ebeling à travers plusieurs genres littéraires. Il propose une série d’écrits tirés des quatre volumes d’articles de Wort und Glaube IV (1960-1995), dont certains inédits en français.

3Un premier groupe d’études présente les principales caractéristiques de la théologie d’Ebeling. Elles abordent les questions fondamentales d’herméneutique (qu’est-ce qu’interpréter ?) ou de théologie systématique (les conditions et les possibilités du discours croyant aujourd’hui). La lecture de ces articles, qui évitent le jargon théologien, permet de lire sous la plume d’Ebeling l’écriture d’un intellectuel exigeant et engagé ; n’a-t-il pas été parmi les rares pasteurs confessants dans l’opposition au nazisme, digne disciple de Bonhoeffer, son maître en pastorale ? Nombre de ses remarques apparaissent même comme prophétiques tant elles semblent porter avec justesse sur le monde d’aujourd’hui, quand, par exemple, il écrit que « les discussions épistémologiques ne peuvent être fécondes que lorsqu’elles découlent de la fréquentation consciencieuse de l’objet même et qu’elles invitent à s’y consacrer plus intensément » (p. 64). L’herméneutique est une manière de « conduire au texte », de « régler la boussole » pour garder dans la visée la Parole de Dieu comme un événement ; pour lutter contre la perte de puissance de l’événement de la Parole dans les temps modernes, l’herméneutique doit permettre de « tenir tête à cet événement », tout en sachant que ce qui va advenir ne dépend pas d’elle (p. 117).

4Un second ensemble offre un panorama des différents dialogues qu’Ebeling a menés durant toute sa vie de théologien : Luther, la référence, mais aussi Barth, Heidegger, Buber ou encore Bonhoeffer. À l’école de Bultmann, qui fut son maître à Marburg, Ebeling entre dans un dialogue exigeant avec les penseurs de son temps, notamment les philosophes. Parmi eux Buber et Heidegger. La confrontation avec la pensée de ce dernier, qu’il a invité à Zurich dans un de ses séminaires, ne laissera que la trace de la trame traduite dans le volume. À Buber il pose la question de la foi des juifs et des chrétiens s’agissant de Jésus : il regrette que le philosophe parle de « deux types de foi », qui distinguent et séparent juifs et chrétiens. Là où Buber voit un insurmontable, même pour la foi, Ebeling reste profondément dialogal et ne désespère pas : « le dialogue hésitant au sujet de la foi au nom de l’amour reste au moins dans la solidarité du questionnement. Ici aussi, l’un portera le fardeau de l’autre » (p. 234). Dans sa prédication pour le vendredi saint 1968, le pasteur théologien affirme que « le parler de Dieu n’est vraiment en lien avec le monde que s’il exprime aussi la différence d’avec le monde » (p. 278). Cet aperçu met en évidence qu’Ebeling, luthérologue émérite, considère, à l’instar du Réformateur de Wittemberg, que « vera theologia est practica ». Il faut savoir gré à Pierre Bühler de susciter le désir de poursuivre de manière plus approfondie le dialogue avec cet attachant théologien protestant, et souhaiter, avec lui, que son œuvre soit davantage traduite.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Deneken, « Pierre Bühler (éd.), Répondre de la foi. Réflexions et dialogues. Textes de Gerhard Ebeling », Revue des sciences religieuses, 89/2 | 2015, 231-232.

Référence électronique

Michel Deneken, « Pierre Bühler (éd.), Répondre de la foi. Réflexions et dialogues. Textes de Gerhard Ebeling », Revue des sciences religieuses [En ligne], 89/2 | 2015, mis en ligne le 23 janvier 2016, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://rsr.revues.org/2574

Haut de page

Auteur

Michel Deneken

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page