Navigation – Plan du site
Recensions

Claude Geffré, Le christianisme comme religion de l’Évangile

Paris, Cerf, coll. « Théologies » 2012, 368 p.
Michel Deneken
p. 229-231
Référence(s) :

Claude Geffré, Le christianisme comme religion de l’Évangile, Paris, Cerf, coll. « Théologies », 2012, 368 p.

Texte intégral

1Le christianisme comme religion de l’Évangile confirme que Claude Geffré a sa place parmi ceux que l’on peut qualifier de théologiens chrétiens des religions. À l’instar d’un Jacques Dupuis, il défend le caractère positif du pluralisme religieux, soulignant, dès qu’il le peut, l’apport critique positif que celui-ci représente pour un christianisme qui y trouve le moyen de se préciser sans cesse. Le titre même de ce recueil d’études affirme que le christianisme est la religion de l’Évangile, ce qui est loin d’être une tautologie. La date des articles réunis dans ce volume confirme que Cl. Geffré n’est pas entré dans le concert des théologiens chrétiens des religions par souci de mode ou par opportunisme. Un grand nombre de ces articles datent en effet d’une époque où l’approche du christianisme dans une perspective de rencontre avec les religions était le fait d’un petit nombre, souvent suspect, d’ailleurs, aux yeux des académies et des magistères.

2Les huit contributions réunies dans la première partie de ce volume veulent montrer la singularité du christianisme, qualifié de « religion de l’Évangile », fondée sur un « pacte d’amitié entre Dieu et l’homme ». Pour Geffré, le contexte est clair : depuis Vatican II la théologie catholique se conçoit de manière dialogale, prenant sa part à ce dialogue du salut qui caractérise le changement de regard de Vatican II sur les réalités du monde et, singulièrement, les autres religions et les autres confessions, considérées, précise-t-il, « sur un plan d’égalité » (p. 39). C’est l’unique médiation du Christ qui fonde son universalité, les religions du monde participant du mystère dérivé de cette médiation dont la particularité est d’être dialogale (p. 73). C’est parce qu’il est la religion de l’incarnation du Verbe de Dieu dans l’histoire que le christianisme est essentiellement dialogal. Pour cette raison, il ne saurait s’imposer par surplomb ou substitution à d’autres religions. Cl. Geffré veut dépasser une théologie de l’accomplissement au profit d’une théologie du pluralisme religieux qui jette un regard positif sur le monde (Gaudium et spes), et les autres religions (Nostra aetate). Ce faisant, loin de banaliser la différence chrétienne, il en montre au contraire la profonde originalité. Il conçoit ainsi un « religieux évangélique », qui doit distinguer le christianisme de Jésus du « religieux archaïque » ou « sacrificiel ». Pour se faire comprendre par les autres religions et dialoguer avec leurs théologies, il ne faut pas hésiter à mettre en exergue ce qui fait l’essence de la religion chrétienne définie comme la religion de la sortie de la religion (M. Gauchet), non sans oublier qu’elle porte cet irréductible qu’est l’incarnation, différence radicale qui distingue le christianisme des grands récits religieux. « La singularité du christianisme dans le concert des religions du monde » consiste pour Geffré dans « la complicité intime entre le christianisme comme religion et l’humain authentique » (p. 177).

3La seconde partie du volume, qui réunit neuf articles, développe une vision prospective sur l’avenir du christianisme à l’âge de la globalisation. Geffré y aborde autant la question de l’islam, notamment sa situation en Europe, que du judaïsme, ou de l’avenir du christianisme comme religion évangélique. L’Europe est désignée comme un « laboratoire privilégié pour étudier le dialogue entre les trois monothéismes et leur relation à l’humanisme séculier » (p. 217). Mais, plus inhabituel sous la plume de ce théologien, un questionnement sur le bonheur humain, ouvre sur une interrogation plus existentielle. Pourquoi ? Parce que si le christianisme et l’islam « ne peuvent justifier leur prétention à l’universel », ils doivent susciter une « éthique globale » (p. 221) sous peine de mettre le monde en péril. Définir le christianisme comme religion de l’Évangile, c’est concentrer le regard sur une radicalité qui n’est pas la fuga mundi ou la détestation de la vie. La religion de l’Évangile traduit un amour de la vie et un goût du bonheur. Certes le discours chrétien sur le bonheur est encore peu crédible (p. 247) ; en même temps le discours ambiant sur l’euphorie du bonheur apparaît vite inaudible. Le mot-clé du bonheur selon l’Évangile n’est autre que ce détachement de toute chose dans le sens où l’entend Maître Eckhart quand il parle de la joie particulière du noble homme détaché de tout, même de Dieu (p. 256). Geffré, à la suite de cette réflexion, aborde « l’énigme de la mort », « sacrement du passage » (p. 272) dans lequel le mortel s’identifie au Christ. De manière singulière, Geffré a voulu conclure ce volume par un article sur « le christianisme et la rencontre de la sagesse chinoise, parce qu’il se dit « tenté de dire » que dans le christianisme comme dans la « religion chinoise » (sic) (taoïsme et confucianisme), « le religieux coïncide avec l’intégrité de l’existence humaine » (p. 287).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Deneken, « Claude Geffré, Le christianisme comme religion de l’Évangile », Revue des sciences religieuses, 89/2 | 2015, 229-231.

Référence électronique

Michel Deneken, « Claude Geffré, Le christianisme comme religion de l’Évangile », Revue des sciences religieuses [En ligne], 89/2 | 2015, mis en ligne le 23 janvier 2016, consulté le 26 juin 2017. URL : http://rsr.revues.org/2572

Haut de page

Auteur

Michel Deneken

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page