Navigation – Plan du site
Recensions

Mariette Canévet, Le discernement spirituel à travers les âges

Paris, Cerf, 2014, 260 p.
Sameer Maroki
p. 227-228
Référence(s) :

Mariette Canévet, Le discernement spirituel à travers les âges, Paris, Cerf, 2014, 260 p.

Texte intégral

1Dans un monde tourné vers la spiritualité, la question du discernement prend toute son importance. L’A. offre ici un parcours chronologique présentant plusieurs grandes figures de la spiritualité chrétienne, provenant de deux cultures, orientale et occidentale. Ce panorama montre l’existence d’une tradition du discernement spirituel, de sa pratique et de ses critères.

2L’homme est celui qui est appelé à choisir entre la vie et la mort. Il est invité à choisir le bien et à rejeter le mal s’il veut vivre près de Dieu et participer à sa vie divine. Ce choix implique, selon Origène, un combat spirituel que le chrétien vit à cause de son appartenance au Christ. Dans ce combat, Origène insiste sur trois questions majeures : la tentation, les moyens de lutte et la place de discernement. Pour lui, il y a deux sortes de combats : contre la chair et le sang et contre les passions surnaturelles. Avec Antoine et surtout son expérience dans le désert, l’accent sera mis sur la vie personnelle, et le discernement comporte une dimension pratique plus que théorique. De son côté, Évagre le Pontique encourage l’éducation à la pratique des commandements et à la lutte contre les mauvaises pensées. Comme Origène, Évagre distingue trois types de pensées : angélique, humaine et diabolique, et trois sortes de tentations fondamentales : la gourmandise, l’avarice et la vaine gloire. C’est pourquoi le lieu du combat spirituel est, pour Évagre, dans l’imagination du moine. Pour chasser ces mauvaises pensées, le moine doit prier en permanence. Car la prière est la voie d’union à Dieu. Elle est le lieu de combat mais aussi le lieu de la connaissance de soi, par conséquence le lieu du discernement.

3Après l’expérience d’Évagre dans le discernement et surtout ses observations fortes dans le domaine de la vie spirituelle, Barsanuphe et Jean de Gaza donnent à la communauté une place importante dans le discernement, tandis que Dorothée de Gaza indique que le combat spirituel intervient quand le moine veut faire le bien et veut pratiquer les commandements.

4Dans le domaine syriaque et spécialement chez Isaac le Syrien, l’insistance est mise sur le rôle nécessaire de l’Esprit Saint dans le discernement. Isaac ne se situe pas dans la ligne d’Antoine, d’Origène et d’Évagre qui essayent de discerner d’où viennent les pensées : des démons ou des anges ou bien des hommes ? Pour Isaac ces trois pensées sont, en effet, de même nature parce qu’elles sont inspirées par des créatures. Mais il y a aussi l’inspiration qui vient de Dieu, de l’Esprit.

5Dans l’Occident latin, Cassien, qui est l’héritier de la tradition origénienne et de la vie érémitique, établit une liste de huit vices principaux qui est très proche de celle d’Évagre. Il essaye de chercher l’origine des pensées qui traversent l’esprit humain : Dieu, le démon et nous-même. Ce qui est original chez Cassien, c’est le rôle de l’Ancien qui désigne les causes de ces pensées pour que le moine ne reste pas dans l’ignorance. La notion de discernement chez Cassien a évolué vers une « discrétion » qui permet à l’ascète de s’appuyer « sur son propre jugement ». Pour Cassien le discernement est un don de Dieu et il est appréciation du « juste milieu ».

6Avec saint Augustin on passe à un discernement de soi-même aux yeux de Dieu. Il va élaborer une recherche sur l’être humain avec ses cinq sens et sa relation avec toute la création. S’intéressant à l’auteur anonyme du Nuage d’Inconnaissance, M. Canévet souligne le rôle important qu’il donne au directeur spirituel. Le but de cette direction consiste à discerner le bien et à guider le prochain.

7Puis, avec Catherine de Sienne un autre courant vient s’installer au niveau du discernement, parce que l’anthropologie s’est enrichie des réflexions sur la mémoire, l’intelligence et la volonté. Mais le but du discernement reste inchangé : éloigner toutes les pensées issues de l’attachement aux choses qui passent et avoir une vraie connaissance de Dieu et de soi. Une belle idée trouvée chez plusieurs auteurs cités plus haut et aussi chez Catherine de Sienne est celle de la confiance à faire au temps : « il est un don de la grâce qui permet à l’âme d’exercer son libre arbitre et de progresser jusqu’à l’amour parfait ». De plus la manière dans laquelle nous vivons ce temps devient un moyen de discernement.

8Enfin, le discernement selon Ignace de Loyola et Dietrich Bonhoeffer va mettre l’accent sur la prière, la méditation et sur Dieu lui-même. De plus, une vraie vie spirituelle ne peut se vivre que dans un équilibre humain. Nous retrouvons aussi la notion de « juste milieu ». Ces deux auteurs, note M. Canévet, marquent l’importance de l’obéissance non pas comme but mais comme un moyen. Car l’obéissance n’est pas une soumission aveugle à une autorité quelconque mais elle est un moyen par lequel, grâce au maître spirituel, nous passons de l’état de révolte contre Dieu à l’état de l’amour du Père.

9Ce riche parcours s’avère aussi utile à la vie spirituelle. Il présente une manière de concilier sa foi avec la vie quotidienne en laissant le Christ vivre en nous malgré les difficultés et les tentations de tous les jours. Il est à recommander.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sameer Maroki, « Mariette Canévet, Le discernement spirituel à travers les âges », Revue des sciences religieuses, 89/2 | 2015, 227-228.

Référence électronique

Sameer Maroki, « Mariette Canévet, Le discernement spirituel à travers les âges », Revue des sciences religieuses [En ligne], 89/2 | 2015, mis en ligne le 29 janvier 2016, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://rsr.revues.org/2569

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page