Navigation – Plan du site
Recensions

Kari Elisabeth Børresen, Emanuela Prinzivalli (éd.), Le donne nello sguardo degli antichi autori cristiani. L’uso dei testi biblici nella costruzione dei modelli femminili e la riflessione teologica dal I al VII secolo

Trapani, Il Pozzo di Giaccobe, 2013, 299 p.
Françoise Vinel
p. 224-226
Référence(s) :

Kari Elisabeth Børresen, Emanuela Prinzivalli (éd.), Le donne nello sguardo degli antichi autori cristiani. L’uso dei testi biblici nella costruzione dei modelli femminili e la riflessione teologica dal I al VII secolo, Trapani, Il Pozzo di Giaccobe, 2013, 299 p.

Texte intégral

1Pour qu’il soit bien clair qu’il ne s’agit pas d’une étude de plus sur les femmes dans le discours chrétien des premiers siècles, notons d’emblée que cette publication entre dans une collection, « La Bibbia e le Donne. Collana di Esegesi, Cultura e Storia », qui comprendra 9 volumes, dans le cadre d’un projet de recherche internationale mettant en série l’histoire des interprétations de la place faite aux femmes dans la Bible. Les deux éditrices sont bien connues des historiens du christianisme ancien – E. Prinzivalli particulièrement comme spécialiste d’Origène et K. Borresen comme pionnière des études de « matristique » … une appellation un temps revendiquée (voir sa bibliographie sur le site de l’Université d’Oslo). Dix contributions de femmes enseignants-chercheurs portant sur la littérature chrétienne des deux premiers siècles jusqu’à Grégoire le Grand – y prend place aussi l’étude de Madeleine Scopello sur « l’apport de la Bible dans la construction littéraire du personnage féminin de l’âme dans un traité de Nag Hammadi » (Traité de l’exégèse de l’âme, NH 2, 6). L’ensemble constitue un répertoire et une analyse rigoureuse des textes, sans conclusions hâtives ni polémique. On s’en tiendra à quelques exemples. En ouverture, G. Aragione, notre collègue de la Faculté de théologie protestante, présente « La réception de l’Écriture dans le discours sur les femmes aux ier iie siècles » et montre comment Justin, par exemple, dans sa discussion avec le juif Tryphon, interprète dans la perspective typologique de l’histoire du salut les récits de mariage et de polygamie des patriarches mais aussi le rôle clef de quelques figures féminines.

2Avec Jean Chrysostome, la figure d’Olympias, diaconesse de Constantinople s’impose et C. Militello (p. 209-240) étudie la correspondance qu’échange avec elle Chrysostome pendant son exil au début du 5e siècle (Lettres à Olympias, trad. fr. dans la coll. Sources chétiennes, n° 13 bis) ; sur le même auteur, on rappellera la fine étude de C. Broc-Schmezer, Les figures féminines du Nouveau Testament dans l’œuvre de Jean Chrysostome (recension dans RevSR 86 /2, p. 238-239). Les excès de langage et les aspects misogynes (peu originaux !) de l’œuvre de Chrysostome sont bien connus mais en s’intéressant au recours à l’Écriture dans les dix-sept lettres à Olympias, l’A. montre comment l’amitié des deux personnages et leur culture commune le disputent à une vision de l’Église et à une compréhension de l’Écriture fondées sur une asymétrie entre homme et femme et sur les conséquences de la chute.

3Un des enjeux et, tout autant, des difficultés soulignés par les auteurs est de faire la part entre des codes d’écriture, et plus largement, culturels, et d’autre part les réalités sociales et leur évolution sur plusieurs siècles – réalités auxquelles nous avons souvent bien peu accès.

4L’index biblique permet de repérer, tout au long de l’ouvrage, les références à 1 Co 11, 7 (« l’homme est l’image et la gloire de Dieu ; quant à la femme, elle est la gloire de l’homme »), le verset le plus souvent abordé dans les différents articles : E. Prinzivalli (« La donna, il femminile e la Scrittura nella tradizione origeniana », p. 77-96) en examine les occurrences dans les quatre premiers siècles, peu nombreuses et toujours en lien avec les deux récits de la création. En prenant appui sur la distinction entre « homme extérieur » et « homme intérieur », Didyme, proche en cela d’Augustin, reconnaît à la femme, du point de vue de l’intériorité, de l’âme, une pleine participation à l’image de Dieu. Plus loin, K. Børresen analyse la « déconstruction allégorique » de ce verset chez Augustin (« Modelli di genere in Agostino », p. 191-207), affronté à la difficulté de le concilier avec le récit de la Genèse : « homo imago » (Gen 1, 26) et « vir imago » dans l’affirmation de Paul. Puis son examen de divers textes d’Augustin l’amène à une double conclusion : d’un côté il serait trop facile de caricaturer les positions d’Augustin, mais on peut aussi regretter que les positions actuelles de l’Église catholique prennent plutôt fait et cause pour les traits de la pensée augustinienne les plus remis en cause par les approches féministes.

5Si éloignés qu’ils paraissent des approches contemporaines du rôle des femmes et du rapport entre masculin et féminin, les écrivains chrétiens des premiers siècles constituent cependant un héritage important, aux multiples variations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Vinel, « Kari Elisabeth Børresen, Emanuela Prinzivalli (éd.), Le donne nello sguardo degli antichi autori cristiani. L’uso dei testi biblici nella costruzione dei modelli femminili e la riflessione teologica dal I al VII secolo », Revue des sciences religieuses, 89/2 | 2015, 224-226.

Référence électronique

Françoise Vinel, « Kari Elisabeth Børresen, Emanuela Prinzivalli (éd.), Le donne nello sguardo degli antichi autori cristiani. L’uso dei testi biblici nella costruzione dei modelli femminili e la riflessione teologica dal I al VII secolo », Revue des sciences religieuses [En ligne], 89/2 | 2015, mis en ligne le 22 janvier 2016, consulté le 29 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/2560

Haut de page

Auteur

Françoise Vinel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page