Navigation – Plan du site
Recensions

József Zsengellér (éd.), Rewritten Bible after Fifty Years : Texts, Terms, or Techniques ? A Last Dialogue with Geza Vermes (JSJ.S 166)

Leiden, Brill, 2014, XII-383 p.
Pierre Keith
p. 221-224
Référence(s) :

József Zsengellér (éd.), Rewritten Bible after Fifty Years : Texts, Terms, or Techniques ? A Last Dialogue with Geza Vermes (JSJ.S 166), Leiden, Brill, 2014, XII-383 p.

Texte intégral

1Le fil conducteur de ce volume est le sens, les enjeux et les transformations de l’expression « réécriture de la Bible », comme de la notion qu’elle couvre, depuis qu’elle a été proposée et introduite dans le discours académique par G. Vermes en 1961. Les études réunies sous le titre Rewritten Bible after Fifty Years ont été présentées lors d’un congrès à Budapest en juillet 2011. L’événement correspondait également au jubilé de l’expression. Il était organisé autour de son initiateur par la chaire de Théologie biblique et d’histoire des religions de l’Université Réformée Gáspár Károli. Les actes sont disposés selon trois parties. La première est réservée à G. Vermes et à la genèse de l’expression. La seconde aborde le phénomène des réécritures bibliques et évalue le vocabulaire utilisé pour le décrire. L’expression et la notion se sont révélées productives mais ont évolué dans des directions qui ne pouvaient pas être prévues au départ. La troisième rassemble un nombre important d’études, significatif par la diversité des cas, de période et de type. Le tout forme un ouvrage complet qui permet de saisir le phénomène de la « réécriture » « biblique » globalement et concrètement grâce à des approches épistémologiques et méthodologiques, des états de la question et des propositions innovantes, une bibliographie riche et spécialisée organisée par articles, des discussions et des évaluations de nombreuses formes de réécriture, des suggestions et des ouvertures sur la littérature et les arts. Les études réunies dans ce volume croiseront l’intérêt de nombreux domaines. Les questions qu’elles posent rendent passionnante la lecture de l’ensemble et la plongée dans le type littéraire considéré.

2G. Vermes, dans « The Genesis of the Concept of ‘Rewritten Bible’ », p. 3-9, reconstitue la naissance de l’expression, le cadre de son premier emploi, les objectifs et les circonstances de la recherche qui l’ont entourée. De notion précise appliquée à un nombre limité de textes (cf. le Targum Palestinien, les Antiquités Juives de Flavius Josèphe, le Livre des Antiquités Bibliques, le Livre des Jubilés et l’Apocryphe de la Genèse), elle a évolué vers un sens plus englobant. G. Vermes considère ce glissement, entraîné par les découvertes ou l’usage, et propose des pistes pour répondre à quatre défis que sont la prise en compte ou non du matériau législatif, l’apport des manuscrits de Qumrân, l’angle du genre ou du procédé littéraire, la distinction entre réécriture de la Bible ou de l’Écriture. Ces défis seront approfondis et complétés dans les parties deux et trois du présent volume.

3A. K. Petersen, dans « Textual Fidelity, Elaboration, Supersession or Encroachment ? Typological Reflections on the Phenomenon of Rewritten Scripture », p. 13-48, retrace l’histoire de la recherche en distinguant quatre phases, isole les difficultés théoriques liées à l’usage de l’expression à partir de chacun de ses pôles « bible » et « réécriture », et interroge la relation établie entre la réécriture et le texte de départ. Dans la troisième et dernière partie de l’article, l’A. recourt au livre des Jubilés et aux évangiles, en particulier de Matthieu et de Jean, pour interroger le rapport d’autorité qui existe entre le texte réécrit et son antécédent. À partir de ces exemples, conventionnel pour le premier, inhabituel pour les seconds, il décline une gamme de possibilités, de la valorisation au dépassement, de l’absorption à la transformation.

4J. G. Campbell, dans « Rewritten Bible : A Terminological Reassessment », p. 49-81, tout en évaluant la justesse et l’efficacité de la terminologie employée, développe une réflexion de nature épistémologique illustrée à l’aide de plusieurs études antérieures déterminantes consacrées au sujet. Il interroge tour à tour la pertinence d’une identification du phénomène à un genre littéraire qui se heurte à la grande diversité des œuvres concernées, puis celle du remplacement dans l’expression du mot « bible » par « Écriture » qui veut éviter une distinction anachronique entre intra-biblique et extra-biblique mais qui aboutit à une désignation globale et vague. Il évalue ensuite la compréhension du phénomène comme un procédé de composition destinée à produire une œuvre distincte étroitement liée au texte de départ. Il évoque aussi le travail du scribe qui enrichit, transmet et préserve une littérature en l’adaptant, et plaide pour une prise en compte de la diffusion large du procédé pour comprendre le phénomène de réécriture.

5E. Ulrich, dans « Crossing the Borders from ‘Pre-Scripture’ to Scripture (Rewritten) to ‘Rewritten Scripture’ », p. 83-104, compare le traitement des textes, le type de remaniement et de réécriture, en fonction de leur identité et de leur statut. Il distingue d’une part entre la révision ou la nouvelle composition, et d’autre part entre le statut d’Écriture ou non du texte. La formation du livre de l’Exode et les différentes phases de son histoire littéraire servent de référence et illustrent la différence de traitement d’un texte en fonction de son statut. L’article procède à de nombreux inventaires parmi lesquels les marques de réécriture qui produisent de nouvelles éditions (à Qumrân, dans le TM, dans le Pentateuque samaritain, dans la LXX…) ou celles qui produisent des réécritures d’Écriture (certaines, pour ces dernières, pouvant avoir un statut scripturaire).

6S. W. Crawford, « ‘Rewritten Scriptures’ as a Clue to Scribal Traditions in the Second Temple Period », p. 105-117, étudie un groupe de vingt-quatre manuscrits de Qumrân contenant un texte remanié ou révisé du Pentateuque et les observe à l’aide de plusieurs critères (archéologique, codicologique, paléographique, écriture du nom divin, signes particuliers, format d’édition, orthographique et morphologique). Le but fixé à cet examen est d’identifier des pratiques de scribes, école ou groupe. L’A. ne propose pas de conclusion mais fait cinq propositions en rapport avec Qumrân et la diffusion de ce type de textes.

7G. J. Brooke, dans « Memory, Cultural Memory and Rewriting Scripture », p. 119-136, veut approfondir la compréhension du phénomène de la réécriture. Il attire l’attention sur le rôle de la mémoire, selon ses deux faces, individuelle et collective. La mémoire individuelle relève de l’implication personnelle du scribe et de la façon dont il comprend son rôle (copiste ou rédacteur, p. ex.). Exemple est pris entre autres des évangiles synoptiques. La mémoire collective ou culturelle, par la conservation et la médiatisation, joue un rôle dans le renforcement de l’identité et la cohésion du groupe. Appui est pris sur des travaux de Jan Assmann qui propose quatre critères pour évaluer l’impact de la mémoire culturelle : l’institution, l’obligation, l’organisation et la reconstruction.

8S. Schorch, dans « Rewritten Bible and the Vocalization of the Biblical Text », p. 137-151, aborde un autre volet de la transmission des textes, celui de la vocalisation de la ligne consonantique, et montre comment celui-ci peut intéresser et compléter le dossier de la réécriture de la Bible. Il analyse plusieurs exemples tirés du livre des Jubilés. Réciproquement, les réécritures de la Bible sont utiles pour comprendre le processus de la vocalisation et reconstituer les lectures du texte biblique de la fin de la période du second temple.

9I. Karasszon, dans « Reuse of Prophecy in the Book of the Twelve Minor Prophets. Rewritting and Canonization », p. 157-166, présente la première étude de cas du volume. L’A. décrit la formation du rouleau des Douze petits prophètes, par ajouts successifs de nouveaux livres, depuis le noyau Amos – Osée, et par remaniements rédactionnels. Il présente ces étapes comme les linéaments du phénomène de réécriture et valorise le rôle de la critique rédactionnelle dans leur reconstitution.

10E. Hodossy-Takács, dans « On the Battlefield and Beyond : The Reinterpretation of the Moabite-Israelite Encounters in 2 Chronicles 20 », p. 167-180, recourt à un document extrabiblique pour étudier un phénomène de réécriture interne à la Bible. Il analyse de manière comparée le texte de la stèle de Mésha, le récit du même événement en 2 Rois 3 et l’interprétation de 2 Chr 20. Il interroge à la fois la nature de ces trois documents et l’objectif poursuivi par leurs auteurs.

11E. Tov, dans « Textual Criticism of Hebrew Scripture and Scripture-Like Texts », p. 183-202, explore l’implication des textes proches de l’Écriture pour la critique textuelle (cf. les textes liturgiques, les réécritures, les commentaires et pesharim). Seules les variantes ponctuelles peuvent être prises en compte à condition toutefois de recouper des variantes similaires dans d’autres sources.

12B. Tamási, dans « Apocryphon of Jeremiah C from Qumran : Rewritten Prophetic Text or Something Else ? », p. 203-219, veut comprendre comment et pourquoi ce qui est réécrit dans l’Apocryphe de Jérémie C a été réécrit. À travers cette étude, l’A. aborde des aspects importants du phénomène de la réécriture comme les techniques d’exégèse, les méthodes de remaniement, les statuts des textes, les genres littéraires ou les liens complexes aux sources scripturaires.

13S. D. Fraade, dans « Between Rewritten Bible and Allegorical Commentary : Philo’s Interpretation of the Burning Bush », p. 221-232, illustre l’utilité de catégories souples pour l’étude des textes et pour la compréhension de leurs pratiques exégétiques souvent partagées. Il montre à partir de l’exemple choisi que le commentaire philonien ne s’est pas basé sur le texte scripturaire mais sur sa réécriture. Il est ainsi légitime de se demander si la réécriture est l’aboutissement d’un processus ou son commencement.

14F. Damgaard, dans « Philo’s Life of Moses as ‘Rewritten Bible’ », p. 233-248, interroge la compréhension du phénomène de réécriture à partir de l’exemple philonien et illustre son lien avec d’autres procédés d’interprétation. Il propose d’aborder la première partie de la Vie de Moïse comme une œuvre de réécriture. À cette occasion, il rappelle les caractéristiques du genre, définies par Alexander, Fisk et Brooke.

15M. Ribary, dans « Josephus ‘Rewritten Bible’ as a Non-Apologetic Work », p. 249-266, redéfinit l’orientation générale des Antiquités Juives. L’œuvre majeure de Flavius Josèphe n’est pas apologétique mais historique. Elle a été composée pour présenter l’organisation politique, la loi, l’histoire et la culture du judaïsme à un auditoire de langue grecque. Les aspects perçus habituellement comme apologétiques peuvent être intégrés à l’exercice de réécriture et compris comme des remaniements avantageux, des développements ou des omissions favorables.

16C. T. Begg, dans « Josephus’ Rewriting of Genesis 24 in Ant. 1.242-255 », p. 267-292, compare de façon précise le récit du mariage d’Isaac en Gn 24 et sa réécriture par Flavius Josèphe dans les Antiquités Juives I, 242-255. Il fait apparaître des techniques différenciées qui portent sur le vocabulaire, le style, et le contenu.

17R. Adelman, dans « Can We apply the Term ‘Rewritten Bible’ to Midrash ? The Case of Pirqe de-Rabbi Eliezer », p. 295-317, interroge l’expression « réécriture de la Bible » à partir d’un récit plus tardif qui présuppose le texte massorétique. L’article développe son enquête autour des transformations de la figure d’Élie au cours du temps.

18C. Ötvös, dans « Adam or Adams ? Genesis and the Mythical Anthropology in the Writing without Title on the Origin of the World from Nag Hammadi (NHC II,5) », p. 319-344, s’intéresse à la méthodologie de l’auteur, à l’utilisation des sources, à l’évaluation et à l’interprétation des passages bibliques, et s’interroge s’il est possible de parler de « réécriture de la Bible » dans le cas de ce traité de la bibliothèque de Nag Hammadi.

19J. Zsengellér, dans « Samaritan Rewritings : The Toledot in Samaritan Literature », p. 345-357, s’intéresse aux formes de réécritures décelables dans la littérature samaritaine.

20Par leur qualité et leur complémentarité, les études rassemblées dans ce volume clarifient et approfondissent une notion parvenue à un moment décisif de son développement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Keith, « József Zsengellér (éd.), Rewritten Bible after Fifty Years : Texts, Terms, or Techniques ? A Last Dialogue with Geza Vermes (JSJ.S 166)  », Revue des sciences religieuses, 89/2 | 2015, 221-224.

Référence électronique

Pierre Keith, « József Zsengellér (éd.), Rewritten Bible after Fifty Years : Texts, Terms, or Techniques ? A Last Dialogue with Geza Vermes (JSJ.S 166)  », Revue des sciences religieuses [En ligne], 89/2 | 2015, mis en ligne le 22 janvier 2016, consulté le 22 mai 2017. URL : http://rsr.revues.org/2557

Haut de page

Auteur

Pierre Keith

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page