Navigation – Plan du site

Nommer l’Un dans la théologie Égyptienne

Jan Assmann
Traduction de Christian Mehrin
p. 137-163

Résumés

La notion de « polythéisme » demande à être réexaminée, et l’auteur préfère parler de religions « cosmothéistes », face aux religions monothéistes, l’affirmation de l’Un leur étant commune, mais comprise différemment. La présentation des quelques sources appartenant à la religion de l’Égypte ancienne permet de mettre cela en évidence : de l’Un pré-existant et universel proviennent la création et la multiplicité des dieux, mais l’affirmation de sa transcendance est variable selon les périodes, jusqu’à ce que prévale à l’époque ramesside (20e dynastie) la conception d’un Dieu de la vie, qui anime le cosmos.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en avril 2017.

Plan

1. Le monothéisme cosmogonique
1.1 La cosmogonie héliopolitaine
1.2 Préexistence et transcendance
1.3. L’universalisme solaire du Nouvel Empire
1.4. L’abolition de la transcendance
2. Nommer l’un dans les hymnes de l’époque ramesside : la réinvention de la transcendance
2.1 Ba : la manifestation et le caché
2.2. La Tout-Unité (Hen kai pan)
2.3. Le Dieu cosmique

Aperçu du texte

Le tournant du polythéisme vers un monothéisme, activé par la christianisation et l’islamisation du monde antique, fait partie des plus grands pas évolutionnaires de l’Ancien Monde tels que l’urbanisation, la formation de l’État et l’invention de l’écriture. Cependant, les termes « poly- » et « mono- », donc la distinction entre la pluralité et l’unité du divin, ne parviennent pas à décrire ce tournant suffisamment. Certes, « un Dieu », Heis Theos, JHWH echad : c’est la devise des « religions monothéistes », mais aucune religion polythéiste n’a pour devise « Plusieurs dieux ! », polloi theoi. Il n’y a pas de proclamation de la pluralité du divin telle qu’il y en a pour l’unité du divin. Bien au contraire : même les textes religieux des Égyptiens sont pleins de louanges adressées à « l’Un, l’Unique ». Pour les Égyptiens, cela ne signifie pas qu’il existait seulement un Dieu, mais que le tout, l’univers y compris la pluralité des dieux, provient d’un Dieu, d’une origine donnant naissa...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jan Assmann, « Nommer l’Un dans la théologie Égyptienne », Revue des sciences religieuses, 89/2 | 2015, 137-163.

Référence électronique

Jan Assmann, « Nommer l’Un dans la théologie Égyptienne », Revue des sciences religieuses [En ligne], 89/2 | 2015, mis en ligne le 01 avril 2017, consulté le 29 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/2543 ; DOI : 10.4000/rsr.2543

Haut de page

Auteur

Jan Assmann

Université de Heidelberg

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page