Navigation – Plan du site
Recensions

Quod iustum est et aequum, scritti in onore del Cardinale Zenone Grocholewski per il cinquantesimo di sacerdozio

Poznan, Facoltà Teologica dell’Università di Poznan, Arcidiocesi di Poznan, 2013, 616 p.
René Heyer
p. 126-127
Référence(s) :

Quod iustum est et aequum, scritti in onore del Cardinale Zenone Grocholewski per il cinquantesimo di sacerdozio, a cura di Mons. Marek Jedraszewski, Arcivescovo Metropolita di Lodz/don Jan Slowinski, Poznan, Facoltà Teologica dell’Università di Poznan, Arcidiocesi di Poznan, 2013, 616 p.

Texte intégral

1À l’occasion du cinquantième anniversaire de son ordination sacerdotale, le cardinal Zenon Grocholewski s’est vu offrir, à l’initiative des instances épiscopales et académiques polonaises, un volume d’hommage fort de plus de 600 pages en deux colonnes et relié sous coffret. Ce très bel ouvrage n’est pas moins impressionnant par son contenu que par le soin mis à sa réalisation. Il réunit les contributions de 56 auteurs issus de 17 pays et écrivant en 6 langues. Il faut dire que la trajectoire suivie par le cardinal Grocholewski attire à plus d’un titre l’attention des canonistes et des théologiens, des enseignants et des responsables de formation.

2Né en 1939 en Pologne, il est ordonné prêtre en 1963 pour le diocèse de Poznan. Puis il part étudier à Rome jusqu’à l’obtention du doctorat (rédigé en latin sur un sujet de droit matrimonial) à la Grégorienne. Il y enseignera le droit canon en même temps qu’à l’Université pontificale du Latran. Dès 1972 il travaille au Tribunal suprême de la Signature apostolique, comme notaire, chancelier, puis, en 1982, secrétaire et finalement comme préfet en 1998 (avec le titre d’archevêque). Un an plus tard, le 15 novembre 1999, il est nommé préfet de la Congrégation pour l’éducation catholique. Le pape Jean Paul II l’a créé cardinal en 2001.

3Cette carrière à la fois riche et cohérente est illustrée de diverses manières dans l’ouvrage. Notons d’abord, avant les introductions, une lettre du pape François suivie des vœux du pape émérite Benoît XVI à l’occasion de l’année de la foi. La première partie du livre regroupe des contributions liées à la vie du cardinal : biographie, hommages à son action, éléments d’histoire contemporaine, notice sur San Nicola in carcere à Rome dont le cardinal est prêtre titulaire… Les deux autres parties concernent les deux responsabilités principales exercées successivement à la Curie. Des études de droit canonique d’abord : mariage, formation des prêtres, droit pénal, comparaison entre droit canonique occidental et oriental, administration des biens ecclésiastiques – la moisson est riche et les spécialistes s’en réjouiront. Ne l’est pas moins celle des études sur l’éducation, qui vont des problèmes de civilisation (dans une société « postséculière ») aux tâches des écoles et des universités catholiques dans un contexte plus ou moins marqué de laïcité et à la formation des prêtres face à la bioéthique et plus largement à la culture contemporaine.

4Notons plus particulièrement deux points : d’abord l’insistance sur la formation conjointe en philosophie et en théologie, sur laquelle Jean Paul II et Benoît XVI ont successivement mis l’accent. Notre collègue Philippe Capelle-Dumont revient sur le thème (p. 352-359) pour dégager la conception de la raison impliquée dans le renvoi l’une à l’autre des deux disciplines, mais on comprend que, dans la perspective de l’université catholique, toutes les sciences sont concernées par cette double approche. Le second point est le processus de Bologne, que le Saint-Siège a rejoint en 2003. Le cardinal Grocholewski a en effet œuvré fortement en faveur de ce rapprochement, qui a donné ultérieurement naissance à l’Agence du Saint-Siège pour l’évaluation et la promotion de la qualité des universités et facultés ecclésiastiques (Avepro). Les trois degrés de diplômes (LMD) dans l’espace européen sont censés favoriser la mobilité des étudiants par un système de crédits. Peut-on émettre à ce propos une remarque et un vœu ? La formation théologique commence par un cycle beaucoup plus long qu’ailleurs – ce qui se justifie par son caractère de pluridisciplinarité interne affirmé. Mais ne serait-il pas possible d’introduire une validation canonique intermédiaire dans le grand parcours (cinq ans en général) menant au premier diplôme : le baccalauréat ? – Il est à noter enfin que le processus de Bologne prend en compte de façon volontariste la place de l’éthique et des valeurs dans « l’éducation supérieure » (c’est l’expression officielle).

5À l’échelle de l’Europe au moins, les interactions entre autorités catholiques et responsables civils sont vivantes et nombreuses. L’ouvrage offert au cardinal Grocholewski nous permet opportunément de le remarquer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

René Heyer, « Quod iustum est et aequum, scritti in onore del Cardinale Zenone Grocholewski per il cinquantesimo di sacerdozio », Revue des sciences religieuses, 89/1 | 2015, 126-127.

Référence électronique

René Heyer, « Quod iustum est et aequum, scritti in onore del Cardinale Zenone Grocholewski per il cinquantesimo di sacerdozio », Revue des sciences religieuses [En ligne], 89/1 | 2015, mis en ligne le 01 février 2016, consulté le 25 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/2539

Haut de page

Auteur

René Heyer

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page