Navigation – Plan du site
Recensions

Boukari Aristide Gnada, Le concept du don. Ce qui dit l’être personnel et l’agir moral

Paris, L’Harmattan, coll. « Religion et Spiritualité », 2013, 211 p.
Riyad Dookhy
p. 124-125
Référence(s) :

Boukari Aristide Gnada, Le concept du don. Ce qui dit l’être personnel et l’agir moral, Paris, L’Harmattan, coll. « Religion et Spiritualité », 2013, 211 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage est une tentative pour penser le « don » selon une perspective théologique. Le point de départ de l’A. est la lettre encyclique Populorum progressio sur le développement des peuples (26 mars 1967). Celle-ci constatait la double réduction de l’homme, c’est-à-dire celle qui le ramène à sa capacité technique et celle qui l’astreint à sa raison économique. Cette double réduction entraîne des conséquences éthiques qui soulèvent des questions bien ontologiques.

2Or, l’action morale fait de l’homme un être « libre et obligé ». À cet effet, l’A. reprend la maxime de Kant : « Agis uniquement d’après la maxime qui fait que tu peux vouloir en même temps qu’elle devienne une loi universelle ». Il faut pour cela, selon les termes de Jean Paul II, une « anthropologie adéquate » qui « cherche à comprendre et à interpréter l’homme en ce qu’il est essentiellement humain ». Celle-ci doit en retour s’interroger sur l’origine, la norme et la fin de l’être humain.

3C’est ainsi qu’il s’agit pour l’A. de trouver « dans l’expérience d’action humaine une réalité fondamentale pour l’existence ». La question portant sur cette « réalité » devient alors une « question de méthode ». Cette interrogation tisse un lien entre la vocation morale de l’homme et son essence et souligne « l’inhérence de l’agir moral dans l’être personnel ». C’est, en amont, la nécessité de découvrir le principe même de la vie morale. Sur ce point, l’idée du don renvoie « aux caractéristiques fondamentales de la conception chrétienne de l’Absolu, de l’homme et du monde, et à l’action divine en faveur des êtres humains », même si elle porte une ambiguïté notable. En effet, le terme grec δόσις signifie à la fois « don/cadeau/largesse » ainsi que « dose de venin ».

4Sur fond de ces considérations, l’auteur fait ressortir que si le concept de « don » appartient à la langue quotidienne, il n’en demeure pas moins vrai qu’il peut donner naissance à une « ontodologie », une ontologie du don, « comprise dans le sens d’une réflexion sur l’être-de-don », déjà initiée par Claude Bruaire. Ce concept renvoie à une réalité simple mais qui est complexe dans sa constitution formelle.

5L’ouvrage vise, il en a l’ambition, à établir une « réalité fondamentale » qui se présente, en vertu de son universalité, comme le socle tant d’une « éthique théologique » que d’une « éthique laïque », faisant ressortir le don comme un « concept radical et universel ». Il reste en cela une réflexion importante, malgré des analyses parfois trop rapides.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Riyad Dookhy, « Boukari Aristide Gnada, Le concept du don. Ce qui dit l’être personnel et l’agir moral », Revue des sciences religieuses, 89/1 | 2015, 124-125.

Référence électronique

Riyad Dookhy, « Boukari Aristide Gnada, Le concept du don. Ce qui dit l’être personnel et l’agir moral », Revue des sciences religieuses [En ligne], 89/1 | 2015, mis en ligne le 24 janvier 2016, consulté le 25 avril 2017. URL : http://rsr.revues.org/2533

Haut de page

Auteur

Riyad Dookhy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page