Navigation – Plan du site
Recensions

Lionel Obadia, La marchandisation de Dieu. L’économie religieuse

Paris, CNRS Éditions, 2013, 250 p.
Marc Feix
p. 122-123
Référence(s) :

Lionel Obadia, La marchandisation de Dieu. L’économie religieuse, Paris, CNRS Éditions, 2013, 250 p.

Texte intégral

1Lionel Obadia, professeur d’anthropologie sociale et culturelle à l’université Lumière Lyon 2, présente dans cet ouvrage le fruit de sa recherche sur « La religion au prisme de l’économie » (tel est le titre du premier chapitre). Autrement dit, la religion peut-elle faire l’objet d’une analyse économique ? L’A. s’y intéresse d’autant plus qu’il est chercheur associé du Centre d’études interdisciplinaires des faites religieux (CEIFR) de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Pour envisager une réponse à cette question, Obadia introduit le concept d’économie religieuse (deuxième chapitre), qui devient même le sous-titre de l’ouvrage. Mais de quoi s’agit-il exactement ? L’A. invite à une révision des rapports entre économie(s) et religion(s) depuis la fin des années quatre-vingt-dix, proposant une réflexion sur l’économie de la religion et non dans la religion. Il aurait pu ajouter dans ce champ pluridisciplinaire l’économie comme religion ! C’est ce qu’indique d’ailleurs la définition qu’il donne de l’économie religieuse : « cette démarche de compréhension et d’intelligibilité du religieux qui suppose d’en faire une lecture au prisme de l’économie scientifique et en particulier de l’économie politique » (p. 56). L’auteur décline ainsi une série de thèmes : l’économie des religions, la religion à l’épreuve de l’économie et du marché, le marché religieux, etc. en sollicitant les études sociologiques contemporaines. La description des pratiques du marketing religieux dans le contexte nord-américain est tout à fait révélatrice à ce propos du marché du religieux (p. 200). L’auteur cherche à mettre en perspective ces diverses approches. Mais la neutralité de l’étude sociologique, telle que l’avait mise en œuvre Max Weber, ne devrait-elle pas conduire à interroger l’ambivalence des concepts employés ? Les trois grands monothéismes par exemple se sont plus intéressés au cours de l’histoire à l’emprunteur qu’au prêteur pour ce qui concerne le prêt à intérêt. Il en va de même pour l’offre et la demande. L’offre s’adapte aussi à la demande, y compris dans le marchandising religieux. Les seuls maux de l’économie religieuse ne sont pas uniquement du côté de l’offre ! Si le marché est le lieu où l’offre et la demande peuvent être identifiées toutes les deux, il est aussi du coup le lieu où offre et demande peuvent s’ajuster l’une à l’autre. Cela étant, Obadia montre en conclusion qu’il est possible d’entendre des choses bien différentes lorsque l’on parle d’économie en religion : « soit l’environnement dans lequel se produisent les changements des formes du religieux, soit la modélisation métaphorique de ces processus de changement. L’économie revêt ici deux statuts différents : elle est à la fois réalité (contexte) et modèle de la réalité (concept) » (p. 245). C’est ce qui ouvre à la question éthique : « la requalification de l’éthique en économie par le religieux est proportionnelle à la qualification économique des comportements religieux, même si la première attitude n’est pas à proprement parler une réponse directe à la seconde » (p. 248). Si le lecteur peut légitimement s’interroger sur cette proportionnalité introduite entre éthique et économie, l’approche rejoint en beaucoup de points des thématiques jadis identifiées (au début des années quatre-vingt-dix !) dans les travaux du CERIT – économies sacrées, économie du salut, économie du temps et des décisions, etc. – proposant même à la suite de Jean-Paul Resweber l’hypothèse d’un modèle économique de l’éthique, ces travaux étant rassemblés dans l’ouvrage Économie et symbolique (René Heyer [dir.], Presses Universitaires de Strasbourg, 1994). Les contextes différents d’énonciation montrent la permanence de certaines thématiques au fil du temps.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Feix, « Lionel Obadia, La marchandisation de Dieu. L’économie religieuse », Revue des sciences religieuses, 89/1 | 2015, 122-123.

Référence électronique

Marc Feix, « Lionel Obadia, La marchandisation de Dieu. L’économie religieuse », Revue des sciences religieuses [En ligne], 89/1 | 2015, mis en ligne le 24 janvier 2016, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://rsr.revues.org/2529

Haut de page

Auteur

Marc Feix

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page