Navigation – Plan du site
Recensions

Jacques Ellul, Théologie et Technique. Pour une éthique de la non-puissance. Textes édités par Yves Ellul et Frédéric Rognon

Fribourg, Labor et Fides, 2014, 369 p.
Marie-Jo Thiel
p. 120-122
Référence(s) :

Jacques Ellul, Théologie et Technique. Pour une éthique de la non-puissance. Textes édités par Yves Ellul et Frédéric Rognon, Fribourg, Labor et Fides, 2014, 369 p.

Texte intégral

1Globalement daté des années 1975, cet ouvrage de Jacques Ellul reprend un manuscrit non totalement élaboré, qui n’a pas été publié du vivant de son auteur (décédé en 1994), à l’exception de quelques pages reprises dans des articles publiés par lui. Malgré cette limite qui signifie effectivement des imperfections rédactionnelles et un style parfois plus oral qu’écrit (en particulier à cause des redites), les éditeurs, Yves Ellul (fils de Jacques, architecte devenu pasteur) et Frédéric Rognon (professeur de philosophie à la Faculté de théologie protestante de l’Université de Strasbourg et spécialiste reconnu de Jacques Ellul), ont fait le choix de publier tels quels ces documents en deux parties : d’abord les documents préparatoires et ensuite le corps du livre avec ses six chapitres.

2Alors que les écrits autour de Jacques Ellul se succèdent en ce 20anniversaire de sa mort – nous avions déjà recensé précédemment Le Vouloir et le Faire. Une critique théologique de la morale, Labor et Fides, 2013 – le présent ouvrage apporte selon F. Rognon, au moins cinq nouveautés par rapport à l’ensemble de l’œuvre ellulienne, qu’il énonce comme suit : « la critique des courants théologiques dominants dans la société technicienne, l’alternative théologique qu’il leur oppose, le dialogue avec René Girard et avec Gabriel Vahanian, la contribution au débat sur les racines judéo-chrétiennes de la crise écologique, et enfin la dimension propositionnelle de l’éthique de la ‘non-puissance’ ». Cette dernière partie est sans doute la plus novatrice puisque Ellul y fait des propositions positives suffisamment abstraites pour ne pas tomber dans un nouveau légalisme, et suffisamment concrètes pour échapper à toute spéculation théorique.

3Ellul mentionne quatre axes éthiques. D’abord celui de la non-puissance qui n’est pas l’impuissance en tant qu’incapacité à faire ; la non-puissance désigne le fait de renoncer à faire tout ce qu’il serait possible de faire. Principe de précaution avant l’heure ? C’est en tout cas un point essentiel au point que les éditeurs l’ont retenu comme sous-titre de l’ouvrage. Le second axe concerne les libertés que la société technicienne met en exergue mais qui sont futiles et superficielles : la vraie liberté est celle qui s’exerce dans le choix pour ou contre le sacré de la technique qui a aliéné l’homme sous prétexte de libération. Le troisième axe valorise la place du conflit comme lieu et valeur de survie pour l’humanité, car le conflit est lié à la vie elle-même, à l’opposé de l’ordinateur qui exclut toute dissension, toute négociation… Enfin le dernier axe, l’éthique de la transgression et de la profanation, pose une attitude réaliste et juste à l’égard des objets techniques : ce ne sont pas des en-soi qui nous déterminent, ils doivent retourner à leur juste place d’objets à notre service et que l’on utilise quand ils sont utiles.

4Ellul, pris par sa critique du système technicien, ne va-t-il pas parfois trop loin ? Ainsi, par exemple, quand il considère la non-violence comme une décision qui peut être politiquement légitime mais qui est aussi une manière d’« adhérer au système technicien » (p. 318).

5Enfin, cet ouvrage discute aussi la théologie dans la société technicienne. Ellul introduit ce chapitre en soutenant une proposition habituellement connue en sens inverse ; en effet, la formule « Dieu est mort, l’homme aussi doit mourir » devient chez lui : « il faut que l’homme se suicide pour que Dieu meure » ; cette allégation me semble incertaine, mais les développements qui font passer d’une mauvaise pratique de la foi dans une société technicienne agnostique et non critique, à une mauvaise théologie avec éclatement et disparition de la foi sont d’autant plus intéressants qu’ils sont rarement énoncés avec cette radicalité. La raison en est double : une déstructuration du rapport avec Dieu et un processus d’autojustification (p. 41). Et « dans ces deux transformations, il ne s’agit pas d’une affaire intellectuelle, c’est un processus existentiel, fondamental, qui provoque ensuite l’explicitation intellectuelle » (p. 41). Ce passage est certainement une clé qui permet de comprendre pourquoi la théologie chrétienne n’a pas davantage joué son rôle dans la distanciation critique à l’égard de la société technicienne. Et « fournir une justification théologique à la Technique, c’est provoquer une dernière élimination de l’homme » (p. 269).

6Finalement, « c’est quand l’homme a appris à être libre qu’il est capable de se limiter. » (p. 67). À méditer !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Jo Thiel, « Jacques Ellul, Théologie et Technique. Pour une éthique de la non-puissance. Textes édités par Yves Ellul et Frédéric Rognon », Revue des sciences religieuses, 89/1 | 2015, 120-122.

Référence électronique

Marie-Jo Thiel, « Jacques Ellul, Théologie et Technique. Pour une éthique de la non-puissance. Textes édités par Yves Ellul et Frédéric Rognon », Revue des sciences religieuses [En ligne], 89/1 | 2015, mis en ligne le 01 février 2016, consulté le 25 mars 2017. URL : http://rsr.revues.org/2527

Haut de page

Auteur

Marie-Jo Thiel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page