Navigation – Plan du site
Recensions

Bernard Barbiche, Christian Sorrel (dir.), La France et le Concile Vatican II

Bruxelles, Peter Lang, coll. « Diplomatie et Histoire », 2014, 258 p.
Jean-Pierre Wagner
p. 115-116
Référence(s) :

Bernard Barbiche, Christian Sorrel (dir.), La France et le Concile Vatican II, Bruxelles, Peter Lang, coll. « Diplomatie et Histoire », 2014, 258 p.

Texte intégral

1Les publications consacrées au Concile Vatican II sont très abondantes, mais le volume qui nous est offert ici est fort original et couvre un champ disciplinaire peu abordé. En effet, il est bien question, le titre l’indique, de la France et non pas des théologiens français ou des évêques français. Les études réunies ne relèvent qu’indirectement de la théologie, elles sont le fruit d’un colloque organisé en novembre 2012 par le Centre des Archives diplomatiques dépendant du Ministère des Affaires étrangères. Des diplomates et des historiens ont donc pris la parole pour présenter un événement majeur du xxe siècle.

2La première section, avec les contributions de Nicole Even et de François Falconet, traite des sources diplomatiques françaises. Sont successivement analysées les archives de la Présidence de la République, puis celles des Affaires étrangères. L’inventaire ainsi établi est d’une grande richesse. Vient ensuite une section intitulée « La France, Rome et le Concile », c’est sans doute la partie la plus originale de l’ouvrage : elle donne le point de vue de diplomates et traite des relations entre Rome et la France (Philippe Levillain) et de l’Ambassade de France près le Saint-Siège (Jean-Dominique Durand). Nous découvrons l’intérêt que suscite le Concile jusqu’au sommet de l’État en la personne du général de Gaulle. Est également mis en valeur le rôle des grands Ambassadeurs de France, principalement celui de René Brouillet dont le séjour à la villa Bonaparte fut exceptionnellement long et dont la proximité avec le Président de la République était bien connue. Les ambassadeurs, bien sûr, ne sont pas intervenus dans les débats conciliaires, mais ils ont su faire de l’Ambassade ainsi que du Centre culturel Saint-Louis une véritable « maison » du catholicisme français, aidant à toutes sortes de rencontres entre évêques et théologiens, y compris en accueillant dans de prestigieux bâtiments et en organisant des réceptions régulières. La description de cette « plaque tournante », de ce « lieu d’observation » est bien complétée par une fine analyse des grandes approches monographiques dues à Yves Congar, René Laurentin, Robert Rouquette et Antoine Wenger (Yves Poncelet). La section se termine par « Vatican II dans le débat théologico-politique français » (Michel Fourcade).

3La troisième partie est sans doute la plus classique, elle traite de grandes figures du Concile, mais là encore le choix des prélats retenus est relativement original. Étienne Fouilloux brosse le portrait du cardinal Eugène Tisserant. Ce lorrain originaire de Nancy est un érudit spécialisé dans les langues orientales, il fit toute sa carrière au sein de la Curie et il est alors Doyen du Collège cardinalice. Son rang institutionnel le met au premier plan, il préside le Conseil de Présidence, mais son investissement personnel fut volontairement assez limité et fut surtout d’ordre règlementaire, sauf en quelques circonstances bien ciblées. Christian Sorrel traite, lui, du futur cardinal Garrone, alors archevêque de Toulouse. Son engagement et son rôle dans les débats théologiques et dans la préparation de nouveaux documents sont bien mis en valeur. Bénéficiant de l’appui du très influent cardinal Liénart, Mgr Garrone sera également actif dans la mise en place d’une nouvelle organisation épiscopale, à savoir la Conférence des évêques de France. Deux théologiens de renom sont ensuite évoqués : Éric Mahieu, éditeur du Journal conciliaire de Congar, aborde tout naturellement le rôle théologique du Dominicain et ses très nombreuses interventions dans des groupes de travail. Loïc Figoureux, éditeur des Carnets du Concile du Père de Lubac et auteur d’une grande thèse – dont la publication est attendue – sur de Lubac à Vatican II dépeint un homme bien éloigné des réseaux organisés et des intrigues, mais vivant intensément les diverses étapes du travail conciliaire, exprimant ses sentiments avec joie ou avec inquiétude et exerçant une réelle influence surtout à travers son œuvre théologique personnelle. Enfin Philippe Chenaux s’interroge sur le rôle joué par le philosophe Jean Guitton, observateur au Concile, ami de Paul VI qui d’ailleurs lui remit, au moment de la clôture du Concile – le 8 décembre 1965 –, le « message aux hommes de la pensée et de la science ». L’ouvrage se termine par la contribution du cardinal Jean-Louis Tauran traitant de l’actualité du Concile Vatican II.

4Saluons une fois encore l’originalité de ces études qui, en partant des Archives nationales, nous offrent une belle investigation dans l’histoire des Institutions et dans l’histoire du Catholicisme français.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Wagner, « Bernard Barbiche, Christian Sorrel (dir.), La France et le Concile Vatican II », Revue des sciences religieuses, 89/1 | 2015, 115-116.

Référence électronique

Jean-Pierre Wagner, « Bernard Barbiche, Christian Sorrel (dir.), La France et le Concile Vatican II », Revue des sciences religieuses [En ligne], 89/1 | 2015, mis en ligne le 24 janvier 2016, consulté le 29 juin 2017. URL : http://rsr.revues.org/2519

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Wagner

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page