Navigation – Plan du site
Recensions

Simon Icard, Port-Royal et saint Bernard de Clairvaux (1608-1709). Saint-Cyran, Jansénius, Arnauld, Pascal, Nicole, Angélique de Saint-Jean

Paris, Champion, coll. « Lumière classique, 88 », 2010, 537 p.
Pascale Thouvenin
p. 113-115
Référence(s) :

Simon Icard, Port-Royal et saint Bernard de Clairvaux (1608-1709). Saint-Cyran, Jansénius, Arnauld, Pascal, Nicole, Angélique de Saint-Jean, Paris, Champion, coll. « Lumière classique, 88 », 2010, 537 p.

Texte intégral

1L’ouvrage de Simon Icard, issu de sa thèse dirigée par Gérard Ferreyrolles et soutenue en Sorbonne (2009), offre une contribution remarquable à l’histoire religieuse du xviie siècle, dans les domaines principaux de la théologie, de la patristique, de la controverse et de la spiritualité, autour de la figure majeure de Port-Royal, improprement confondu avec un « jansénisme » problématique, au détriment de la notion plus juste d’« augustinisme » qui domine les études dix-septiémistes depuis une trentaine d’années : si l’on peut parler de « jansénisme du xviie siècle », précise l’A., c’est, à Port-Royal, dans la mesure où il existe un augustinisme jansénien, c’est-à-dire « une lecture radicale et systématique de l’évêque d’Hippone » (p. 240). L’examen des rapports de la spiritualité de Port-Royal avec la tradition monastique cistercienne, dans ses continuités et ses ruptures à l’époque moderne, corrige de manière neuve et convaincante la conviction d’une filiation essentiellement augustinienne de Port-Royal - ou plutôt selon l’Augustinus de Jansénius-, dominante depuis le Port-Royal de Sainte-Beuve. Le vaste parcours engagé dans l’ouvrage, qui englobe non seulement Port-Royal, mais aussi toute la tradition bernardine après le concile de Trente, est magistralement étayé au moyen d’une enquête passionnante, où l’on admire la précision érudite et la sûreté méthodologique, notamment dans le parfait recours aux textes, constamment cités et commentés avec acuité. Ces qualités sont de surcroît servies par la clarté et la rigueur pleines de vivacité de la démonstration, qui engendrent un réel plaisir de lecture.

2Port-Royal est en premier lieu situé parmi le mouvement des réformes cisterciennes de Trente (les Feuillants, l’Étroite et la Commune Observance, la Trappe sous l’abbé de Rancé, les communautés féminines des feuillantines et des bernardines comme celle du faubourg Saint-Jacques de Paris ou du Tart), qui voient dans l’œuvre de saint Bernard une source de vie par une pratique de la lectio divina plus intellectualisée qu’à l’époque médiévale (Mabillon). L’abbaye prit part à l’entreprise philologique commune de renouvellement du corpus des textes de l’abbé de Clairvaux, où s’illustra notamment le mauriste, en y imprimant sa marque propre : l’œuvre de traduction d’Antoine Le Maistre, le premier des Solitaires (Trois excellents ouvrages de saint Bernard, 1649) et son hagiographie, révisée selon une exigence de véridicité édifiante (Vie de saint Bernard,1648, tirée de la Vita prima) diffusent le rayonnement hors de la clôture, auprès des laïcs dans le monde, de l’esprit de solitude du fondateur de Clairvaux. Que la tradition monastique constitue « l’un des corpus sur lesquels s’est fondée la littérature classique » est documenté de manière nuancée (deuxième partie, « L’image de saint Bernard à l’époque classique »). Si saint Bernard demeure le théologien « disciple de Dieu », le modèle de la solitude chrétienne et de l’ascèse, le « docteur melliflue », maître d’éloquence chrétienne, figures recueillies de la tradition, c’est au prix d’un remodelage classique opéré par l’abbé de Saint-Cyran ou Antoine Le Maistre : la conception de l’éloquence biblique qui lui est prêtée s’identifie avec la conception cyranienne d’une éloquence du cœur, directement touché par l’Esprit-Saint, et avec l’idéal classique d’une parole naturelle, tandis qu’est abandonnée son exégèse biblique, fondée sur la lecture allégorique, au nom de la revendication classique d’un discours transparent. En théologie, Port-Royal ne voit pas non plus le « dernier des Pères » comme un représentant de la culture médiévale monastique, mais, exclusivement, de la pérennité de l’esprit de l’époque patristique, et singulièrement de saint Augustin : l’image d’un saint Bernard devenu le plus grand des augustiniens s’oppose aux théologiens de l’École et à toutes les prétentions de la philosophie. Les troisième (« Un étendard de la réforme ») et quatrième parties (« Augustinisme et théologie monastique ») abordent, parmi des analyses dont la richesse déborde les limites d’un compte rendu, les controverses contemporaines. Considérant que saint Bernard représente la synthèse de la théologie de l’évêque d’Hippone et de son aspiration à la vie solitaire, Port-Royal a fondé son recours sur saint Bernard dans l’affaire du Formulaire (les démonstrations reposent sur l’abbé de Saint-Cyran, les Solitaires et les abbesses) : les règles du discernement de l’obéissance, la conception de la liberté humaine, tendue vers une eschatologie, inconnue chez Jansénius, réfèrent à l’autorité de l’abbé de Clairvaux. En revanche, la tradition médiévale de l’exégèse patristique est étrangère au Port-Royal classique, qui s’éloigne du modèle bernardin, comme il apparaît à travers le commentaire du Cantique des Cantiques selon la mère Angélique de Saint-Jean, Jean Hamon ou Pierre Nicole : « Le retour aux sources de l’interprétation allégorique que l’on constate dans les dernières décennies de Port-Royal révèle à quel point l’éloquence biblique des Pères et des médiévaux est devenue inaudible à l’époque classique » (p. 341). Port-Royal place aussi saint Bernard au centre des questions du libre arbitre, du socratisme chrétien et de la relation entre amour de soi et amour de Dieu (querelle de l’attrition suffisante et querelle quiétiste), moyennant l’abandon de la théologie médiévale des degrés et une modification radicale de la doctrine patristique de l’image. L’ouvrage de S. Icard s’impose comme une synthèse majeure sur le xviie siècle français religieux et intellectuel.

3L’on regrette de formuler in fine une menue réserve – ce qui toutefois n’amoindrit en rien la grande qualité de l’ensemble –, dans le parti, en dissonance avec l’usage bibliographique, de ne pas mentionner, sauf rare exception, les éditeurs récents des auteurs étudiés (par exemple saint Bernard lui-même, ou Antoine Arnauld, Angélique Arnauld, Angélique de Saint-Jean Arnauld d’Andilly, Rancé, dom Mabillon, La Bruyère, Molière, La Rochefoucauld, Pascal, Racine…).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascale Thouvenin, « Simon Icard, Port-Royal et saint Bernard de Clairvaux (1608-1709). Saint-Cyran, Jansénius, Arnauld, Pascal, Nicole, Angélique de Saint-Jean », Revue des sciences religieuses, 89/1 | 2015, 113-115.

Référence électronique

Pascale Thouvenin, « Simon Icard, Port-Royal et saint Bernard de Clairvaux (1608-1709). Saint-Cyran, Jansénius, Arnauld, Pascal, Nicole, Angélique de Saint-Jean », Revue des sciences religieuses [En ligne], 89/1 | 2015, mis en ligne le 24 janvier 2016, consulté le 26 avril 2017. URL : http://rsr.revues.org/2517

Haut de page

Auteur

Pascale Thouvenin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page