Navigation – Plan du site
Recensions

Agnès Cousson, L’Écriture de soi. Lettres et récits autobiographiques des religieuses de Port-Royal. Angélique et Agnès Arnauld – Angélique de Saint-Jean Arnauld d’Andilly, Jacqueline Pascal

Paris, Champion, coll. « Lumière classique, 94 » 2012, 636 p.
Denis Donetzkoff
p. 111-113
Référence(s) :

Agnès Cousson, L’Écriture de soi. Lettres et récits autobiographiques des religieuses de Port-Royal. Angélique et Agnès Arnauld, Angélique de Saint-Jean Arnauld d’Andilly, Jacqueline Pascal, préface de Philippe Sellier, Paris, Champion, coll. « Lumière classique, 94 », 2012, 636 p.

Texte intégral

1Fondées et dirigées par Philippe Sellier, les deux collections complémentaires « Sources classiques » et « Lumière classique » contribuent à un renouveau incomparable de notre connaissance de la littérature du xviie siècle. La première édite des textes fondamentaux de l’époque classique, et la seconde des études novatrices sur la littérature de la même époque.

2Publiée en 2012, l’étude d’Agnès Cousson –remaniement d’une thèse dirigée par le Professeur Dominique Descotes – porte le numéro 92 dans la collection « Lumière classique » qui en compte aujourd’hui plus de cent. Sujet paradoxal que celui abordé par A.C., ainsi qu’elle le signale elle-même en citant immédiatement au début de son texte les Constitutions du monastère de Port-Royal du Saint-Sacrement : « Encore qu’il n’y a ait point de péché de parler lorsqu’il est nécessaire, il est néanmoins difficile de le faire sans pécher, parce qu’il n’est pas aisé de réprimer sa langue et de l’empêcher de s’étendre plus qu’il ne faut ». Ce qui vaut pour la langue, vaut aussi, et de manière éminente, pour la plume !

3A.C. appuie son analyse sur un corpus de texte tout à fait impressionnant, tant par sa richesse que par la diversité des genres qu’il revêt. Il s’agit en effet non seulement des lettres de trois abbesses de Port-Royal – la correspondance de la seule Angélique de Saint-Jean ne compte pas moins de 800 numéros –, mais encore des récits autobiographiques et des mémoires rédigés par les religieuses de Port-Royal à l’occasion de la grande persécution qui les afflige dès 1664, arrachant d’abord les religieuses considérées comme les meneuses dans le refus de la signature du Formulaire et les dispersant en captivité dans des monastères où tout est mis en œuvre pour les faire plier, avant de réunir toutes les religieuses « rebelles » aux Champs pour les soumettre au régime de la privation des sacrements jusque dans la mort pendant quatre longues années avant la paix précaire conclue en 1669. Sans oublier différents écrits spirituels, dont le Règlement pour les enfants de Blaise Pascal, ou historiques, comme les Vies intéressantes et édifiantes des religieuses de Port-Royal, 4 volumes publiés de 1750 à 1752. La liste de ces textes occupe quatre pages de la bibliographie (p. 567-570).

4La plupart de ces sources n’ont par ailleurs jamais fait l’objet d’une édition critique. Or, nous savons à quel point les éditeurs de ces textes au xviie et xviiie siècles les ont « accommodés », si bien que le recours aux manuscrits constitue une étape nécessaire. Ainsi que le souligne le Professeur Sellier dans sa préface : « [A.C.] a su étendre son exploration bien au-delà des documents publiés et aisément accessibles, elle a exploité les fonds manuscrits des principales Bibliothèques parisiennes. Au total elle a abordé un vaste ensemble de près de 3000 lettres […]. De là, déjà, l’un des apports les plus frappants du livre, la révélation d’un riche florilège de textes d’une évidente qualité spirituelle, et souvent même littéraire ».

5A.C. déploie son argumentation en quatre parties. Elle s’intéresse d’abord aux « ambiguïtés de la personne humaine » (p. 31-156) : « Les moniales » se trouvent « dans la situation paradoxale de [devoir] s’oublier » et cependant de devoir « s’examiner pour vérifier l’origine de leurs gestes, paroles ou pensées ». Elles « ont l’obligation d’oublier le monde sans en être complètement coupées ». La deuxième partie, la plus longue, et de loin, « Le maintien des sentiments humains » (p. 157-348), met en lumière le rôle de la lettre dans laquelle « l’espace d’un instant les sœurs donnent […] accès à la face privée de leur être ». C’est alors que « le je personnel surgit ». La troisième partie, « Écriture et lutte intime » (p. 349-422), décrit l’écriture comme une « lutte », un « travail sur soi et sur l’autre », un « labeur individuel et collectif ». La correspondance est utilisée par les religieuses « comme un fil d’Ariane pour avancer vers Dieu ». La quatrième partie enfin, « L’écriture au service de la lutte communautaire » (p. 423-562), établit, au travers de l’étude des divers textes rédigés pendant les années de persécution, la justification ultime de l’attention portée au moi par les religieuses : « L’histoire individuelle n’a de sens, d’intérêt et de légitimité que dans le cadre de l’histoire collective. Elle doit être utile à l’âme et […] à la défense de la communauté ». L’histoire des prisonnières est ainsi « attestation du projet divin sur Port-Royal ».

6Comme A.C. le souligne dans sa conclusion (p. 563-566), « écrire au couvent, c’est travailler à sauver son âme et » pourtant « se mettre en danger de se perdre, œuvrer à l’affaiblissement de la nature et » dans le même temps « courir le risque de renforcer son emprise dans les cœurs ». Dans les divers textes étudiés, « les voix singulières se mêlent pour retracer l’histoire du moi communautaire, élu et martyr » et « le font entrer dans l’Histoire ».

7C’est un très bel ouvrage que nous donne A.C., une analyse fine et précise du cœur des religieuses de Port-Royal tel qu’il se révèle au travers des textes dans lesquels elles se livrent, et dont elles ont bien conscience de l’ambiguïté qu’ils recèlent, ainsi que le montre entre autres, par exemple, cette confidence de la Mère Agnès, citée par A.C. : « Nous avons deux esprits qui se font une continuelle guerre, qui sont celui de la foi et de la nature qui est toute terrestre ; au moins tâchons que le premier soit le dominant, et qu’il n’y ait que la moindre partie de nous qui s’applique aux choses présentes, afin que nous les puissions quitter facilement lorsqu’elles nous quitteront les premières ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Donetzkoff, « Agnès Cousson, L’Écriture de soi. Lettres et récits autobiographiques des religieuses de Port-Royal. Angélique et Agnès Arnauld – Angélique de Saint-Jean Arnauld d’Andilly, Jacqueline Pascal », Revue des sciences religieuses, 89/1 | 2015, 111-113.

Référence électronique

Denis Donetzkoff, « Agnès Cousson, L’Écriture de soi. Lettres et récits autobiographiques des religieuses de Port-Royal. Angélique et Agnès Arnauld – Angélique de Saint-Jean Arnauld d’Andilly, Jacqueline Pascal », Revue des sciences religieuses [En ligne], 89/1 | 2015, mis en ligne le 01 février 2016, consulté le 28 juin 2017. URL : http://rsr.revues.org/2514

Haut de page

Auteur

Denis Donetzkoff

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page