Navigation – Plan du site
Recensions

Jacques Dalarun, Armelle Le Huërou (dir.), Claire d’Assise. Écrits, Vies, Documents

Paris, Les Éditions Franciscaines/Cerf, coll. « Sources franciscaines », 2013, 1096 p.
Rozalia Horvath
p. 110-111
Référence(s) :

Jacques Dalarun, Armelle Le Huërou (dir.), Claire d’Assise. Écrits, Vies, Documents, Paris, Les Éditions Franciscaines/Cerf, coll. « Sources franciscaines », 2013, 1096 p.

Texte intégral

1Trois ans après François d’Assise. Écrits, Vies, Témoignages, la collection « Sources Franciscaines » publie le livre Claire d’Assise. Écrits, Vies, Documents sous la direction de J. Dalarun, directeur au CNRS et d’A. Le Huërou, docteur en histoire médiévale. Ce délai si bref entre les deux parutions montre un des acquis majeur de la recherche de ces dernières décennies : il est impossible désormais de considérer Claire d’Assise comme une simple annexe de l’histoire du franciscanisme. Son lien avec François est d’une conformité singulière, et ce Totum clarien entretient avec le recueil des sources franciscaines une relation de même nature. Le livre est constitué de 92 entités sur 1096 pages, distribués en trois catégories.

2La collection « classique » des écrits contenait la Règle, le Testament – où l’authenticité et la pleine « auteurité » de Claire est désormais acquise –, les Lettres témoignent des débats sur la pauvreté, la forme de vie et dévoilent la spiritualité de Claire, une bénédiction et une prière. La section est enrichie de l’« Acte de vente d’Angeluccio de Foligno » (1238), jadis relégué parmi les documents divers. Toutefois, selon les règles de la diplomatique, il s’agit bien d’un acte objectif de l’abbesse de Saint-Damien, qui permet de mieux saisir la mise en œuvre concrète de la pauvreté par Claire et ses sœurs. La 2partie nous présente un dossier hagiographique intitulé « Un procès de sainteté ». Puisque dès la première Vita de François (1229), Claire, qui meurt en 1253, est considérée comme une sainte vivante, les documents hagiographiques se situent aussi bien en amont qu’en aval de la pièce maitresse de la section, le procès de canonisation. Les actes du Procès serviront de source à la Légende de Sainte Claire Vierge, de Thomas Celano (1255-1260). Cette légende et la Légende versifiée de Sainte Claire serviront de base à la plupart des légendes écrites en allemand (par la clarisse Catherine Hofmann) ou en italien (par Battista Alfani), et à des sermons, chroniques, etc. (Jacopo de Todi, Dante). La 3partie, « De Saint-Damien à l’Ordre de Sainte Claire », aide à comprendre la construction institutionnelle voulue par Claire et la manière dont son projet fut remodelé par la papauté. À côté des écrits concernant le monastère Saint-Damien, les textes normatifs destinés à encadrer la vie religieuse féminine d’inspiration franciscaine permettent de saisir comment la communauté des Sœurs Pauvres s’est transformée, en moins de 70 ans, à partir de l’installation de Claire à Saint-Damien, en un « Ordre de Sainte-Claire » qui n’était plus conforme à son projet évangélique radical. Après les différents textes législateurs, dont la « Formule de vie » du cardinal Hugolin, la « Forme de Vie » d’Innocent IV, les lettres de Grégoire IX à Agnès de Prague, l’avant-dernier document du volume est la Règle qu’en 1263 Urbain IV impose à l’Ordre des Sœurs Pauvres. Voulant unifier et encadrer le mouvement féminin franciscain, celle-ci exclut les exigences de pauvreté collective et introduit une rupture de lien entre l’Ordre franciscain et l’Ordre dont l’initiatrice se disait « petite plante du Bienheureux François ». La bulle reconnaissant la Forma Vitae de Claire ne fut jamais insérée dans les registres pontificaux et la Règle d’Urbain IV a remplacé cette Forme de Vie, qui ne devient le texte de référence universel des Clarisses qu’après Vatican II. La Règle d’Urbain renforcera la clôture qui, par le biais de ce mouvement féminin s’inspirant de François d’Assise, atteindra vers la fin du xiiie siècle une force contraignante qu’elle n’avait jamais eue à ce point dans le passé.

3Le présent volume constitue aussi bien un outil incontournable aux recherches sur l’histoire et la spiritualité des ordres mendiants au xiiie-xive siècle qu’aux recherches sur les grandes figures féminines de l’époque, dont Claire est la première. Elle est « la première femme de l’histoire à composer une règle pour des femmes ». L’étude du Procès de canonisation mettant face à face une communauté de femmes et un tribunal exclusivement masculin peut contribuer à l’étude de l’histoire du genre, etc. J. Dalarun, qui a conduit des recherches sur les expériences féminines dans l’Italie des xiiie et xive siècle, et étudie les communautés religieuses médiévales comme laboratoire de la modernité, attire dès l’introduction générale l’attention sur cette dimension proprement féminine. Une des richesses de ce Totum est le travail par lequel les clarisses francophones se sont impliquées par des débats sur la valeur historique des sources, etc. Les introductions aux trois parties du livre ont été rédigées par les meilleurs spécialistes de la question clarienne : Alfonso Marini, auteur de travaux décisifs sur les écrits de Claire ; Marco Bartoli, auteur de plusieurs biographies de référence sur la sainte d’Assise ; et Maria Pia Alberzoni qui a « révolutionné les études institutionnelles clariennes par ses recherches ». C’est André Vauchez, l’un des meilleurs spécialistes de François d’Assise, membre du conseil scientifique de la Société internationale d’études franciscaines qui a préfacé ce Totum clarien, réaffirmant le lien indissoluble entre François et celle qui occupe dans le mouvement franciscain une place d’une centralité excentrique, Claire d’Assise.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rozalia Horvath, « Jacques Dalarun, Armelle Le Huërou (dir.), Claire d’Assise. Écrits, Vies, Documents », Revue des sciences religieuses, 89/1 | 2015, 110-111.

Référence électronique

Rozalia Horvath, « Jacques Dalarun, Armelle Le Huërou (dir.), Claire d’Assise. Écrits, Vies, Documents », Revue des sciences religieuses [En ligne], 89/1 | 2015, mis en ligne le 24 janvier 2016, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://rsr.revues.org/2510

Haut de page

Auteur

Rozalia Horvath

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© RSR

Haut de page